Proposer un article

10 bonnes raisons de regarder UnREAL

écrit par le 13/01/2018 et modifié le 13/01/2018 - Séries télé - 0 commentaire

UnREAL suit les coulisses de l’émission de télé-réalité Il était une fois (Everlasting en V.O.) dans laquelle un homme célibataire doit choisir entre plusieurs prétendantes, jusqu’à ce qu’il n’en reste qu’une, qu’il demandera en mariage à la fin de l’émission (ou pas). Rachel Goldberg est chargée de production et son rôle est de manipuler les candidats afin de créer des rebondissements qui feront grimper l’audimat. Sa patronne et son mentor, la productrice Quinn King et elle sont prêtes à tout pour augmenter leur audience. UnREAL est diffusée sur NRJ12 en France. Voici 10 bonnes raisons de découvrir la série UnREAL.

 

1. Un sujet original

La série UnREAL décortique, critique, malmène, tourne en dérision le milieu de la télé-réalité. Voilà un sujet original pour une série télé. Qui nous change un peu des séries médicales (qu’on aime aussi regarder, mais il y en a pléthore), policières, judiciaires, vampirières… Et une série dont le thème diffère des autres, rien que pour ça, on lui donne une chance de nous convaincre.

2. Pour satisfaire notre part de sadisme

On a tous en nous quelque chose de sadique. C’est humain. Et dans cette série, regarder des producteurs et chargés de production à la vie totalement déglinguée manipuler les candidats de l’émission de télé-réalité qu’ils produisent afin de déglinguer leur vie est simplement jouissif. Et on rit. On émet des « oh! » de surprise mêlée d’indignation, puis on rit. Et puisqu’il s’agit dune série télévisée sur la production d’une émission de télé-réalité, notre karma est sauf.

3. Girl Power

La série a été créée par 2 femmes, Marti Noxon et Sarah Gertrude Shapiro, et est portée par 2 actrices principales, Shiri Appleby (qui interprète Rachel Goldberg) et Constance Zimmer (qui interprète Quinn King). Et un regard – plusieurs regards – féminins sur le monde de la télé-réalité, on aime, et ça nous parle (à nous, téléspectatrices). Dans la série, le grand manitou de l’émission est une femme, une femme de pouvoir (à la moralité douteuse, mais une femme de pouvoir). Son bras droit est une femme. Parmi les autres chargés de production, un homme et une femme. Bref, les femmes sont aux commandes !

4. Un casting parfait

Les actrices principales Shiri Appleby et Constance Zimmer forment un duo parfait ! Un duo de pestes sadiques parfait. Craig Bierko campe un Chet Wilton macho, dérangé et insupportable parfait aussi. On le déteste et on adore le détester. Les beaux gosses célibataires candidats de l’émission Freddie Stroma (qui joue le rôle d’Adam Cromwell) et B. J. Britt (qui joue le rôle de Darius Beck), respectivement dans la saison 1 et dans la saison 2, sont sexy, touchants parfois, et aussi immatures, prétentieux, coureurs. Des candidats de télé-réalité idéaux ?! Le casting secondaire n’est pas en reste (j’adore la psy de l’émission, le Dr Wagerstein, le chargé de production Jay qui hésite entre cruauté et humanité, l’horrible mère de Rachel…). Le renouvellement d’une partie du casting à chaque saison (tous les candidats de l’émission), inhérente au concept de la série, dynamise les relations et les intrigues, on aime.

5. Sexe, drogues et manipulations

Que demander de plus ? La série est sexy, un classique qui fonctionne toujours, les personnages sont tous abîmés, avec un passé compliqué et un présent peu enviable. Fêtes, drogue, argent, télé-réalité, show business, sexe, amour. Ajoutons à cela un forte dose de manipulations, de cruauté, d’ambition et d’addiction au pouvoir… Rachel et Quinn – et leurs disciples – se prennent clairement pour des déesses toute puissantes lorsqu’elles manipulent le petit monde des candidats et observent, amusées, les résultats de leurs conspirations qui font et défont les relations voire la santé mentale des candidats et candidates (on parle de ce qu’il s’est passé dans la saison 1 ?).
 

 

6. Des personnages complexes

Les productrices de Il était une fois, Rachel et Quinn, ne sont pas juste 2 productrices cruelles pour le plaisir de l’être. Elles ont chacune un passé, une histoire personnelle compliquée, qui fait d’elles ce qu’elles sont aujourd’hui. On découvre petit à petit plus d’éléments au sujet de leurs proches, leur enfance, leurs failles… Tout ce qui les rend humaines. La série nous montre aussi des bribes de la vie de candidates et candidats. Ils ne sont pas juste des flambeurs misogynes ou des jolies nunuches. On s’attache (ou pas) à eux parce qu’ils sont plutôt crédibles. On aimerait en savoir encore plus sur les personnages secondaires, comme Jay, chargé de production, ou le Dr Wagerstein, la psy de l’émission qui a sa part sombre elle aussi… A suivre !

7. Un format idéal

Chaque saison compte 10 épisodes (sauf la saison 4, déjà commandée, pour laquelle 8 épisodes sont, pour l’instant, prévus). Et c’est idéal. Les sériesvores que nous sommes commencent à en revenir du format de 20 épisodes et plus par saison. Car il y a rarement (voire jamais) 20 épisodes géniaux, intéressants, bien construits, qui apportent quelque chose à l’intrigue. Avec ses 10 épisodes par saison, UnREAL va a l’essentiel. On ne s’ennuie pas une seconde par épisode ! Ce format est de plus en plus prisé et on approuve.

8. Le duo Rachel Goldberg et Quinn King

Quinn est le mentor de Rachel. Elles se ressemblent (beaucoup plus que Rachel ne le voudrait) et ensemble forment un duo de manipulatrices sadiques très efficace. Les voir ensemble jouer à la marionnette avec les candidats de l’émission est très drôle. Et lorsqu’elles s’avouent qu’elles s’aiment avant de se faire des mauvais coups dans le dos l’une de l’autre, ça devient jouissif. Un duo d’actrices qui fonctionne aussi très bien à l’écran, on adore !

9. Une saison 4 déjà commandée

Attention spoïlers… La diffusion de la saison 3 de UnREAL aux États-Unis a été reportée par Lifetime à 2018 mais la saison 4 a déjà été commandée (en été 2017) ! Une autre bonne raison de continuer à regarder UnREAL. La série a la confiance de sa chaîne… On se demande ce qui nous attend après le drame de la saison 1 (pas prémédité, toutefois), le nouveau prétendant de la saison 2 noir, pour la 1ère fois dans l’émission, et le candidat qui est une candidate dans la saison 3… Quelle nouvelle idée pour la saison 4 ? On a hâte de le savoir…

10. Un célibataire différent dans la saison 3

Attention spoïlers… Dans la saison 3, l’émission Il était une fois doit retrouver ses téléspectateurs, elle se trouve en danger d’annulation. Et pour renouveler l’intérêt du public, la production choisit une célibataire plutôt qu’un célibataire. Une célibataire qui va donner du fil à retordre à l’équipe… On a hâte de voir une femme abuser de sa position et faire marcher (courir) une dizaine d’hommes célibataires en leur faisant croire qu’elle les amie tous… On disait girl power ?
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *