Proposer un article

Battle Royale (volume 1) – Koushun Takami et Masayuki Taguchi

écrit par le 7/09/2018 et modifié le 5/09/2018 - Livres - 0 commentaire

En république d’Extrême Orient, nation totalitaire d’Asie, le gouvernement a mis en place un jeu de massacre, « le programme » à des fins militaires. Chaque année, plusieurs classes de 3ème sont sélectionnées et leurs élèves sont amenés dans un lieu isolé. Ils doivent s’entretuer jusqu’à ce qu’il ne reste qu’un seul survivant. La 3ème B du collège Shiroiwa avec ses 42 élèves a été sélectionnée cette année…

 

Résumé

En république d’Extrême Orient, nation totalitaire d’Asie, le gouvernement a mis en place un jeu de massacre, « le programme » à des fins militaires. Chaque année, plusieurs classes de 3ème sont sélectionnées et leurs élèves sont amenés dans un lieu isolé. Ils doivent s’entretuer jusqu’à ce qu’il ne reste qu’un seul survivant. La 3ème B du collège Shiroiwa avec ses 42 élèves a été sélectionnée cette année…

Battle Royale (volume 1/8)
Ultimate Edition (chaque tome réunit 2 tomes de l’édition précédente)
(1 marque-page offert dans chaque tome)
Koushun Takami et Masayuki Taguchi
Éditions Soleil Manga
Collection Seinen
Paru le 22 août 2018
416 pages
15€

Auteurs

Koushun Takami est né en 1969 à Kōbe. Journaliste puis auteur. Battle Royale est son 1er roman et a un beaucoup de succès. IL a été adapét au cinéma et en manga.

Masayuki Taguchi est né en 1970 au Japon. Mangaka, il a écrit et dessiné plusieurs mangas.

Notre avis

Battle Royale est mon 1er manga. Je n’y suis pas allée de main morte pour tester ce support : un classique du survival game à la japonaise.

Battle Royale est violent, voire gore, mais étrangement intriguant. On se prend à le lire d’une traite. Le manga est en noir et banc, ce qui minimise peut-être la violence (et le gore), il n’y a pas de sang rouge.

La république d’Extrême Orient est une nation totalitaire d’Asie de l’Est… Toute ressemblance avec une pays existant est… subtile. Des critiques de la société contemporaine y sont à peine voilées. Et font sourire. Surtout, il y vraiment une histoire. La violence n’est pas gratuite, elle fait partie du récit : un huis clos qui va faire ressortir le meilleur ou le pire des protagonistes.

On ne nous présente pas cet horrible jeu, « le programme », comme quelque chose de normal. Les élèves de 3ème B du collège Shiroiwa sélectionnés sont offusqués et effrayés, les adultes sont muselés (par le gouvernement totalitariste). Il y a des personnages sadiques, d’autres terrifiés, d’autres encore optimistes. On découvre les élèves à travers leurs réactions dans ce parcours morbide et des flash-backs de leur vie à l’école ou avec leurs proches. ON s’y attache même, parfois.

Le lecteur est offusqué, curieux, a peur, il y a du suspens, et même de l’espoir (que ça ne finisse pas trop mal). J’ai très envie de connaître la suite. J’ai apprécié ce manga.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *