Proposer un article

Belgravia – Julian Fellowes

écrit par le 25/07/2017 et modifié le 25/07/2017 - Livres - 0 commentaire

Le 15 juin 1815 a lieu le bal de la duchesse de Richmond qui réunit la bonne société britannique à Bruxelles. Mais le 15 juin 1815 les troupes de Napoléon marchent vers Bruxelles et la bataille de Waterloo est imminente. 25 ans plus tard, dans un nouveau quartier de Londres où réside l’aristocratie, les événements passés menacent de remonter à la surface…

 

Résumé

Le 15 juin 1815 a lieu le bal de la duchesse de Richmond, qui réunit la bonne société britannique à Bruxelles. Sophie Trenchard, dont le père côtoie cette bonne société, y emmène sa femme et sa fille. Sophie espère y retrouver le beau Edmund Bellasis, futur comte de Brokenhurst. Mais le 15 juin 1815 les troupes de Napoléon marchent vers Bruxelles et la bataille de Waterloo est imminente. 25 ans plus tard, les Trenchard vivent à Belgravia, un nouveau quartier de Londres où réside l’aristocratie, et les événements passés menacent de remonter à la surface et de bousculer leur nouvelle vie…

Belgravia
Julian Fellowes
Éditions 10/18
Paru le 1er juin 2017
528 pages
8,80€

Auteur

Julian Fellowes : né Julian Alexander Fellowes en 1949, au Caire, de nationalité britannique, il est romancier, acteur, scénariste, producteur et réalisateur – depuis 2011, baron Fellowes de West Stafford. Il est notamment le scénariste du film Gosford Park (2001), et producteur et scénariste de la série Downton Abbey (2010-2015). Il a reçu en 2002 l’Oscar du meilleur scénario original pour Gosford Park et en 2011 l’Emmy Award du meilleur scénario pour Downton Abbey. Il est marié avec Emma Joy Kitchener-Fellowes depuis 1990, ils ont 1 enfant. Ils vivent dans le Dorset en Angleterre.
 
Julian_Fellowes_May_2014_(cropped) © Mingle MediaTV

© Mingle MediaTV

Notre avis

J’avais lu un précédent roman de Julian Fellowes, Passé imparfait, que j’avais adoré. Et regardé sa série Downton Abbey que j’ai beaucoup aimé. J’ai adoré Belgravia aussi !

J’ai adoré plonger dans les histoires familiales des Trenchard et de leurs compatriotes titrés. On retrouve ce qu’on adore dans les histoires de Julian Fellowes : les relations familiales, amoureuses, sociales des nobles et de leur personnel. Chaque famille, chaque individu se démène dans ce monde, qui semble bien cruel parfois, et bien rigide, de la haute société du XIXème siècle britannique. On aime aussi se promener dans les rues chic de Belgravia, le quartier très chic de Londres, et dans ses demeures somptueuses. Avec parfois quelques incursions dans des recoins obscurs de la ville…

Le début du roman est tout de suite captivant : on entre dans la vie des protagonistes d’une jolie manière avec le bal tant attendu. Et rapidement l’ambiance change. Le contraste entre le fameux bal de la duchesse de Richmond et la guerre menée contre les troupes de Napoléon est émouvant. Puis on découvre la vie des familles Trenchard et Brokenhurst 25 ans après ce fameux 15 juin 1815, ce qui est arrivé à chaque famille, les drames et les réussites. Ce qui les unit… Et on fait petit à petit connaissance avec les membres des 2 familles. Et c’est à nouveau émouvant et captivant. On attend pendant tout le roman le final comme un feu d’artifice lors duquel les secrets seront nécessairement dévoilés, les personnages seront tous mis au courant de tout, les trahisons seront percées à jour voire punies… Le lecteur est capté par ce suspens.

On adore détester certains personnages, John Bellasis en 1er (je suis sûre que vous serez d’accord avec moi). On en apprécie d’autres, Mme Trenchard, même la comtesse de Brokenhurst. On se délecte des sordides histoires de cœur, de sexe, de famille, de trahison des uns et des autres. Tout comme on s’émeut des peines, des drames, des amours des personnages. Des riches, comme de leur personnel. Bref, on est curieux, happé par les histoires très humaines de 2 familles et leurs employés dans leur époque. On plonge aussi dans l’Histoire, après Bruxelles en guerre on entre par la petite porte dans le Londres des mondanités du XIXème siècle.

Les 100 dernières pages s’accélèrent, les 50 dernières, encore plus ! Le final du feu d’artifice approche, on adore ! Tous les personnages préparent leur propre final, et, bien sûr, certains vont réussir mieux que d’autres…

J’aime toujours le style de Julian Fellowes, l’humour, les émotions, les complications de l’être humain, surtout de ses relations avec les autres.

Un roman super, à lire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *