Proposer un article

Besoin de vacances

écrit par le 7/06/2018 et modifié le 7/06/2018 - Psycho - 0 commentaire

Si vous fermez les yeux pendant plusieurs minutes afin de créer une bulle dans laquelle vous êtes loin, très loin de l’endroit où vous vous trouvez actuellement, et ce, plusieurs fois par jour, c’est que vous avez grandement besoin de vacances. Et si, en plus, vous êtes irritable (plus que d’habitude), c’est urgent.

Publi-rédactionnel

 

 
Il arrive un moment où tout nous agace, on s’impatiente (plus vite que d’habitude), on ne supporte plus rien, on déteste tout le monde (sauf notre petit chat, mais c’est parce qu’il est trop mignon), on a juste envie d’aller voir ailleurs si on y est. C’est le signe incontestable que l’on a besoin de vacances. (Ou ça n’arrive qu’à moi ?!)

Alors pour se sentir (un peu) mieux, on commence à rêver de destinations exotiques, de paysages magnifiques, d’ailleurs très, très, très lointains… Comme en lisant Objectif soleil de Bertrand Piccard et André Borscheberg, on voyage, on va de pays en pays, on s’envole… Et ça va déjà un peu mieux.

La 1ère idée : aller le plus loin possible. On ne peut plus supporter son quotidien, donc on veut s’en éloigner, vraiment. On regarde un planisphère, on pointe son doigt sur le point le plus éloigné de France. Ça devrait se situer quelque part en Océanie, non ? Ou on part pour un tour d’ascenseur spatial ? L’idée refait surface régulièrement et on le verra peut-être un jour… Un voyage suborbital ? Hors de prix. La distance entre notre domicile et notre lieu de vacances pourrait-elle proportionnelle à la détente qu’on y ressentirait ? Rien n’est moins sûr…

2ème idée : voyager le plus longtemps possible. Il nous faut du repos, du vrai, donc ça devrait prend un certain temps avant qu’on ait lâché prise et pris le temps de prendre le temps. On part sur… 1 an. Ça doit être ça qu’il nous faut ! On commence par faire une liste de destinations qui nous plaisent, une longue, très longue liste. On se plonge dans des guides touristiques, on cherche sur Internet, et on trouve des tas de lieux qu’il nous plairait de voir. Le tour du monde des bibliothèques ? Le tour du monde des jardins magnifiques ? Le tour du monde tout court… Oui mais voilà, on a besoin de vacances, là, tout de suite, maintenant. Et un tour du mode, ça se prépare à l’avance. Pour cet été, ça ne va pas le faire.

Notre besoin de vacances étant assez urgent, il faut donc prévoir un voyage moins loin et pendant moins longtemps. On fait une nouvelle liste (une longue, très longue liste) : Venise, Vienne, le Japon, la Sicile, New-York, Londres, Minorque, la Corse… Les vacances se rapprochent !

Oui mais voilà, les vacances ce sont aussi les valises à préparer, les (autres) touristes à se coltiner, les cadeaux à ramener, les heures de file d’attente pour chaque visite, les grèves et autres retards de trains ou de vols… Qui pourraient gâcher nos vacances. Je vous rappelle qu’on en a marre de tout et tout le monde, là tout de suite, donc on anticipe les obstacles, on ronchonne par avance. Car même imaginer les vacances, ça nous agace. C’est dire si on en a besoin, de vacances.

Bon, soyons raisonnable : faire la valise prend 10 minutes tout au plus, on évitera parfois les (autres) touristes en suivant des itinéraires peu connus, on enverra des jolies cartes postales et on invitera tout le monde à la maison en rentrant pour une fête-du-retour-des-vacances, on achètera nos billets en avance pour éviter les files d’attente, on pourra se faire rembourser nos vols d’avion en retard sur Internet en rentrant. C’est réglé !

Maintenant, il faut vraiment qu’on organise nos prochaines vacances. Même un gîte à 50 kilomètres de la maison serait sympa. Même une semaine chez Tante Edmonde dans le Vercors ça nous ferait du bien…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *