Proposer un article

[Dossier] Jardinage pour débutantes

écrit par le 30/04/2015 et modifié le 28/04/2015 - Jardinage, Thème du mois - 0 commentaire

Le printemps nous donne des envies de jardinage. Ou l’achat d’une nouvelle maison, ou l’arrivée de bébé (oui, ça fait ça, aussi). On peut créer facilement, même en débutant, un petit jardin d’ornement ou potager (ou les 2 !). Suivez le guide !

 
Collage of gardening equipment isolated on white
 
On n’oublie pas de faire du jardinage des moments de plaisir : en commençant par une petite surface à cultiver, qui ne nous découragera pas, en choisissant des plantes faciles à cultiver, et on maîtrise ses dépenses en préparant un petit plan pour son jardin.

Découvrez notre dossier jardinage pour les débutantes : pas à pas pour commencer son petit bout de jardin, 16 plantes faciles à cultiver, lexique de jardinage, sélection shopping, conseils pour se faciliter la vie au jardin.
 

Pas à pas

 

Les bons outils :

  1. 1 indispensable paire de gants, pour protéger nos mains (cf. sélection shopping)
  2. 1 fourche bêche, pour aérer le sol
  3. 1 pelle, pour creuser les trous de plantation ou déterrer des plantes à déplacer
  4. 1 sécateur, pour la taille des plantes
  5. 1 sceau, pour transporter ses mélanges de terre et terreau, plants…

Outils jardinage

1. Choisir ses plants et les emplacements

Si vous avez un grand jardin, il n’est pas raisonnable de penser tout cultiver la 1ère année, surtout si vous êtes débutante ! Même si votre jardin est petit, on préfère commencer par se faire la main sur une petite parcelle.

On commence par délimiter les espaces dans le jardin : plantations, potager, verger, espace jeu pour les enfants, espace de gazon pour jouer, lire…

Et on observe son jardin : les éventuelles plantations déjà présentes des anciens occupants de votre jardin, certaines plantes ou arbres fruitiers pourraient vous plaire et vous n’aurez pas à les racheter, juste à les entretenir. On observe aussi les emplacements ensoleillées, à l’ombre, venté, etc. Cette observation nous sera utile afin de choisir les plantes à placer dans le jardin.

On choisit ensuite les plantes : couleurs, effets que l’on veut obtenir (plantes grimpantes contre un mur, buisson, fleurs à chaque saison, potager uniquement…). On choisit en fonction des emplacements du jardin et de ce qu’on a envie d’y voir pousser ! Pour choisir ses plantes et graines, on se balade dans les jardineries ou sur les sites de ventes de graines et plantes en ligne (nous vous parlons aussi de plusieurs plantes faciles à cultiver dans ce dossier).

On lit attentivement les étiquettes des plantes et graines : nom commun et nom latin en général, type de plante (vivace*, annuelle*…), hauteur de la plante à maturation (couvre sol, arbuste…) et couleur des fleurs et feuilles, taille et goûts des fruits et légumes, semis et plantation (soleil, ombre, rocaille, buisson, pots, dates de semis et plantation…), entretien (arrosage, taille…), date de péremption pour les sachets de graines (après cette date, on constatera un pourcentage moins important de réussite des semis) et prix !

On peut ajouter dans ses choix de plantations : des engrais verts, des fleurs pour attirer les insectes, coccinelles, abeilles, qui vont butiner et participer à vos cultures.

Utilisation des engrais verts au jardin. Les engrais verts sont des plantes que l’on cultive et qui apportent des minéraux au sol et l’enrichissent donc avant qu’il n’accueille nos plantations l’année suivante ou la saison suivante.

  1. La moutarde : semis de mars à août, insecticide naturelle.
  2. La phacélie: semis d’août à février, très mellifère et attractive pour les insectes pollinisateurs, fixe le nitrate et insecticide naturel,  s’utilise comme engrais vert en association avec le sarrasin (2 kgs de phacélie pour 1 kg de sarrasin) par exemple.
  3. La vesce : semis en septembre-octobre et mars-avril, apporte de l’azote, et travaille le sol grâce à ses racines profondes.
  4. La luzerne : excellent engrais vert, enrichit le sol en azote et humus, arracher les plants avant floraison.

On supprime ensuite tous les plants en les arrachant ou fauchant, on peut les mettre au compost, et si on ne compte pas cultiver d’autres plants tout de suite sur la parcelle, on peut laisser les engrais verts fauchés sur place, en les étalant, ils nourriront le sol en se décomposant. On ameublit ensuite le sol (retourne la terre pour mélanger les engrais verts à la terre), et on peut planter.

2. La préparation du sol

On désherbe. Désherber à la main et à la pioche pour les herbes récalcitrantes afin de retirer les plantes dont on souhaite se débarrasser. On les dépose dans un sceau et elles pourront être ajoutées au compost maison.

On aère le sol. Il y a 2 écoles quand on parle de retourner la terre à la bêche : à l’ancienne, pour enfouir les mauvaises herbes et avoir un surface légère, nette, prête à accueillir les semis (et fatigante, le vrai travail de la terre quoi), ou pas, et on aère le sol en ne retournant à la fourche bêche que quelques centimètres de terre afin de modifier la faune des différentes couches du sol (qui sont correctement faites par la nature!). Nous, on préfère la 2ème école.

On nourrit ensuite le sol : compost maison, engrais naturel, on épand nos éléments sur le sol.

On laisse le sol se remettre de ses émotions quelques jours avant de semer.

On peut aussi choisir de nourrir un sol qui n’a pas été entretenu ou abîmé en semant des engrais verts (encart ci-dessus), et faire ses plantations l’année suivante. On se garde un petit coin de jardin qu’on cultive tout de suite (parce qu’on est pressée de jouer à la jardinière).

3. Semis et plantations

Les semis en godets : on récupère les godets en plastique des plants achetés, ou on achète des godets en tourbe biodégradables (que l’on pourra ensuite planter dans la terre avec les plantes), on mélange de la terre du jardin et du terreau spécial semis (qui apportera de la nourriture aux semis) ou du compost maison dans un sceau, on remplit les godets avec le mélange, on tasse la terre à la main. Les godets sont prêts. On sème quelques graines (d’une même espèce) par godet, espacées afin de s’éviter le laborieux éclaircissement* (pour certaines fleurs, comme les pois de senteur, on sème 3 graines dans 1 trou), on enfouie un peu les graines avec une griffe, on appuie sur la terre afin que les graines soient en contact avec terre (sinon elles ne pourront pas se nourrir !), on arrose, on pense à placer des étiquettes pour repérer les semis, et on recouvre de voile de croissance ou d’un couvercle si investit dans une mini-serre ou des cloches transparentes pour maintenir une bonne température et l’humidité. On place les semis dans endroit chaud et protégé (intérieur, ou serre d’extérieure). On arrose régulièrement, sans laisser la terre sécher. Et on observe ses graines qui sortent de terre (avec une pointe de fierté tout de même)

Lorsque les plants mesurent quelques centimètres, on replante en pleine terre : soit on retire le plant du godet en plastique, soit on plante le tout avec le godet en tourbe biodégradable.

Plantation : on creuse un trou un peu plus grand que le plant, on trempe le plant dans de l’eau, on griffe les racines pour les desserrer (utile avec les plants achetés , souvent) mais sans trop abîmer les racines, on ajoute au fond du trou du compost maison ou du terreau plantation (pour nourrir les plants), on dépose le plant, on rebouche trou avec de la terre, on appuie avec les mains autour du plant afin que ses racines soient en contact avec la terre et qu’il se nourrisse, on arrose généreusement. On place éventuellement un tuteur s’il s’agit d’une plante grimpante, ou pour les tomates par exemple (on le plante près de la tige, on attache la plante avec des attaches en plastique ou en métal sans trop serrer), on dispose une étiquette éventuellement.

Pour la culture en pots :

On sème dans des godets selon la technique décrite ci-dessus.

On seme ou on plante dans les pots directement : on choisit des pots ou jardinières avec des trous dans le fond, si les pots ne sont pas propres, on les nettoie avec de l’eau chaude et quelques gouttes d’huile essentielle de thym désinfectante (s’il y a eu autres plantations dans le spots, le nettoyage évitera la transmission des maladies éventuelles). On ajoute plusieurs centimètres de billes d’argile au fond du pot (l’eau ne stagnera pas dans le fond du pot et la terre et évitera que les racines pourrissent), on mélange du terreau et de l’engrais dans un sceau, on remplit le pot avec le mélange, on appuie pour tasser la terre. On sème ensuite dans le pot, on enfouie les graines avec une griffe, ou on creuse un trou, on plante après (avoir griffé les racines éventuellement et mis le plant dans l’eau), on bouche le trou avec le terreau et l’engrais. On arrose, on place sur balcon, la terrasse, ou le rebord de la fenêtre, on met éventuellement des étiquettes et des tuteurs si nécessaire.

4. Entretien

On observe et surveille ses plantations au quotidien : c’est toujours un plaisir de voir son travail récompensé par des jolis espaces ou de bons produits cultivés.

On pense à arroser, plus ou moins selon les plantes. En début ou fin de journée, en évitant les feuilles et pas en plein soleil.

On apporte de l’engrais (naturel) ou du compost maison régulièrement (tous les 15 jours, avec une pause en hiver).

On traite contre les maladies ou insectes éventuellement : il existe des traitements entièrement naturels compatibles avec l’agriculture biologique.

On récolte !

*

 

16 plantes faciles à cultiver

 
Plant de tomate
 
Menthe : prend facilement et ne craint rien ou presque. Semer en avril en godets et en mai en pleine terre. Planter en pleine terre ou dans un pot dès le mois d’avril à la mi-ombre, dans un sol frais et humide. On peut même la planter à l’intérieur. La menthe se divise facilement : diviser le plant en plusieurs tronçons de 5 à 10 cm et planter, arroser. La menthe s’étend beaucoup lorsqu’elle grandit, attention au choix de l’emplacement..

Tomate : une bonne production et un goût de vraie tomate tellement incomparable à celles que l’on trouve en magasin (sauf votre producteur au marché qui en fait aussi de délicieuses), ça serait dommage de s’en priver. On trouve des plants en jardinerie dès avril et jusqu’à juin (plus tôt dans le sud que dans le nord). On les plante en pleine terre ou en pot après les gelées (1 pot assez grand, les plants vont pousser jusqu’à 1 mètre environ). On tutore. Au fur et à mesure que les plants grandissent, on supprime les « gourmands », les pousses à l’intersection de 2 tiges. Elles affaiblissent les plats, et on conversera à la tomate un port droit. Arroser au pied (en évitant les feuilles, comme la plupart des plantes). On récolte les tomates à partir de juillet et jusqu’à l’automne pour les variétés remontantes. Il existe des très nombreuses variétés, tomates cerises ou tomates poires pour les apéritifs, variétés anciennes très goûteuses… Plantez 10 plants de variétés différentes pour nourrir la petite famille tout l’été !

Bulbe à fleurs : rien de plus simple que planter un bulbe dans la terre. Tulipes, anémones, iris, dalhias, fressias, agapanthes, cannas, bégonias, arums, glaïeuls, renoncules… Le choix ne manque pas. La plantation s’opère de la même manière : creuser un trouve de 10 à 20 cm de diamètre selon la taille du bulbe, y déposer le bulbe à l’endroit (côté plat ou racines vers le bas), recouvrir de terre, appuyer sur la terre pour que le bulbe soit en contact avec la terre, arroser. Et regarder pousser ! Ne pas oublier d’arroser régulièrement les fleurs.

Persil : plat ou frisé, c’est une question de goût. En pleine terre ou en pot. Semer (assez clair, c’est-à-dire pas trop de graines au même endroit afin d’éviter le plus possible d’avoir à éclaircir) de mars à août puis éclaircir* lorsque les plants on 4 à 5 feuilles, ou acheter un plant à replanter de mai à octobre.

Carotte : faciles à réussir, semer clair tous les 15 jours d’avril à juin, afin d’échelonner les récoltes, recouvrir de terre, à un endroit ensoleillé, et observez vos pousses 3 semaines plus tard ! Récolter de juillet à novembre.

Ciboulette : très résistante, et délicieuse. Semer au printemps. Planter au début du printemps, en pleine terre ou en pot, 3 ou 4 touffes au même endroit. Couper très court la touffe entière dès l’apparition des fleurs, la ciboulette repoussera très vite !

Pommier et poirier : dans toutes les régions de France on peut cultiver des pommes et des poires. On préférera les variétés locales. Planter en plein soleil dans un trou 2 fois plus grand que le pot après avoir fait tremper le pied sans de l’eau, et avoir ajouté de l’engrais ou du compost maison au fond du trou ; tailler en hiver (supprimer le bois mort, et tailler les branches après le 3ème nœud).

Cerisier : facile à réussir, et on adorera dévorer les cerises et faire des clafoutis et confitures. Planter de la même manière que le pommier et poirier (ci-dessus). Pas besoin de le tailler. Penser à choisir une variété autofertile si on ne plante qu’un arbre ou plusieurs dans le cas contraire. Afin que les oiseaux ne mangent pas les cerises avant nous, on pense à placer un filet dessus lorsque les cerises commencent à rougir.

Groseillier, cassissier, framboisier : ces petits fruits sont particulièrement chers à l’achat en magasin, et souvent peu goûteux, c’est bien plus intéressant de les cultiver ! Planter les pieds préalablement trempés dans l’eau au soleil ou à la mi-ombre, dans un trou dans lequel on aura mis de l’engrais ou du compost maison, d’octobre à avril, à environ 1m de distance les uns des autres. . Les framboisiers s’étendront pour faire de grands buissons, il faut y penser lorsqu’on les plante. On peut créer une jolie haie en alternant groseillers et cassissiers. On récolte les fruits à partir de l’été. Comme pour les cerisiers, on pense à placer un filet dessus lorsque les fruits commencent à murir afin que les oiseaux ne mangent pas les fruits avant nous !

Géranium : plante de tous les balcons ou presque, rustique. Planter en avril-mai pour une floraison de mai à octobre, en pleine terre ou en pot, dans un endroit ensoleillé.Arroser régulièrement en laissant sécher la terre entre 2 arrosages, retirer les fleurs fanées au fur et à mesure.Tailler à 12 cm de hauteur en fin de saison et protéger de la gelée sous un voile d’hivernage. Les géraniums se boutures très facilement en août : couper une tige de 10 cm au moins, de façon nette, en biais, avec un sécateur propre, tremper le bout de la tige sur 3-4 cm dans de l’hormone de bouturage (on en trouve en jardinerie), tapoter la tige pour enlever l’excédent d’hormone d bouturage, planter dans un mélange de terre et de terreau ou compost maison, arroser régulièrement.

Radis : le 1er légume à sortir de terre au printemps, le radis pousse vite ! Semer clair en pleine terre, de mai à la fin de l’été, arroser régulièrement, tirer sur le radis pour le récolter. Récolte : de juin à septembre, tirer dessus ! On peut aussi faire pousser des radis en pots.

Haricot : les haricots à rame (grimpants) poussent le long d’un tuteur ou un grillage et on gagne de la place au jardin, les haricots nains n’ont pas besoin de tuteur. Penser à choisir des variétés sans fil, non, personne n’aime les fils dans les haricots. Semer en place à partir de mi-mai, 1 graine tous les 5 cm dans 1 trou (en ligne) ou 6 graines dans 1 trou – un peu plus grand (en poquet). Reboucher les trous, tasser, arroser. Penser à arroser généreusement et régulièrement. On espace les semis afin d’espacer les récoltes. Récolte environ 1 mois et demi après semis.

Laitue : culture facile, croissance rapide ! Semer assez clair de manière échelonnée de mars à juin (pour échelonner les récoltes), en couvrant à peine les graines. Éclaircir lorsque les plants ont 3-4 feuilles. Récolter de mai à octobre. On peut aussi acheter des plants de salade en jardinerie et il n’y a qu’à les planer !

Œillet d’Inde : semer sur place à partir du printemps, fleurit de mai à septembre. Semer près des tomates et rosiers pour éviter les pucerons. Lorsque les fleurs sont sèches, on les récolte, on récupère les graines et on les fait sécher à plat sur du papier journal. Lorsqu’elles sont sèches, on les range dans une boîte, on ajoute une étiquette, on range à l’abri de la lumière. Les fleurs produisent de nombreuses graines, on n’a donc pas besoin d’en acheter tous les ans.

Potiron : récupérer les graines des potirons que vous avez mangés pour en faire des graines apéritives que l’on fait griller légèrement dans de l’huile, ou pour les planter ! Planter à partir de mai 2 à 3 graines par trou (penser à leur trouver un endroit où les potirons pourront prendre leurs aises, ils forment de longues lianes, de belles grosses feuilles, et des gros potirons!), reboucher le trou, appuyer, et arroser. Apporter de l’engrais naturel ou du compost maison, les potirons sont gourmands. Pailler lorsque les plants sont un peu développés (disposer de la paille autour des pieds) afin de garder l’humidité. Cueillir les potirons lorsque les feuilles se dessèchent.

Fraisier : un plant vous assure une production de 4 à 5 ans généralement. Et les fraises, on adore. Elles se cultivent en pleine terre ou en pot. On plante d’août à octobre, exposition soleil à mi-ombre. Les plants se multiplient par des stolons (ou gourmands), des tiges qui poussent du plan et racinent. On supprime généralement les stolons. Si on veut multiplier les fraisiers, on plante les stolons détachés de leur fraisier. Arroser régulièrement.

*

 

Lexique de jardinage

 
Plant d'aster
 

  • Plantes vivaces : vivent plusieurs années.
  • Plantes annuelles : vivent 1 année.
  • Plantes bisannuelles : fleurissent l’année suivant le semis.
  • Plantes rustiques : résiste au froid.
  • Feuillage persistant : ne tombe pas en hiver.
  • Feuillage caduc : tombe en hiver.
  • Plante remontante : produit des fleurs ou fruits 2 fois dans l’année.
  • Plante précoce : se récolte tôt par rapport aux autres variétés.
  • Plante hâtive : qui pousse rapidement.
  • Plante tardive : qui se récolte tardivement par rapport aux variétés.
  • Semis en place / en pleine terre : à la place définitive de la plante, sans repiquage ensuite.
  • Bouturage : technique de multiplication des plants, on prélève 1 tige que l’on fait raciner dans de l’hormone de bouturage ou dans de l’eau, puis on la plante.
  • Division : technique de multiplication qui consiste à couper une plante mère en plusieurs plants.
  • Praliner une plante avant plantation : faire tremper les racines dans un mélange de terreau et d’eau.
  • Éclaircissage : suppression de pousses trop proches les unes des autres après semis.
  • Graines « F1 » : graines hybrides réputées plus résistantes aux maladies ou plus productives, mais on ne peut pas ressemer les graines obtenues à partir des plantes qu’elles ont produites.
  • Permaculture : technique de culture basée sur l’observation et le fonctionnement de la nature. Culture durable qui fait cohabiter les jardiniers et la nature : climat, sol, faune, etc.

 

*

 

Sélection shopping

 
Jardinage pour débutantes sélection shopping

1. Kit Biodiversité Spécial Coccinelles Le Paysan : contient 1 tour pour abriter les coccinelles + 1 sachet d’aliments à coccinelles + 1 sachet de graines attractives pour les coccinelles, ludique et utile, les coccinelles sont des indispensables auxiliaires au jardin, notamment pour dévorer les pucerons, on adore, 11,50€. Infos et points de vente : graines-lepaysan.com.
2. Lot de 30 pots de tourbe Radis et Capucine : idéal pour faire ses semis, lorsque les plants ont grandi on peut les planter directement avec le pot en tourbe qui se dégradera dans la terre, 12,50€. En vente sur : www.radisetcapucine.com.
3. Gants de jardinage Mulan Rostaing, cuir et coton écologique labellisé Fairtrade Max Havelaar, ultra confortables, indispensables pour jardiner, tailles 7 à 10, 19,30€. En vente en jardinerie et sur www.rostaingshop.fr.
4. Bouillie bordelaise Carré Vert de KB : un produit utilisé depuis longtemps, pour lutter contre de nombreuses maladies des végétaux, utilisable en agriculture biologique, boîte de 35 g (5,55€) ou boîte de 900 g (9,95€). Infos et points de vente sur www.lapausejardin.fr.
5. Kit Prêt à pousser Plantes du potager Terres de Ville : contient 1 sac de plantation + 4 briquettes de terreau naturel + 4 sachets de graines (tomate cerise, radis, fraise, céleri à couper), on déplie le sac et le met en place sur le balcon ou un rebord de fenêtre, on dispose les briquettes de terreau dans le sac de plantation (divisé en 4 parties), on ajoute de l’eau, le terreau gonfle, on peut ensuite semer les graines, ludique, joli, on adore! Je vous conseille de ne pas semer toutes les graines de chaque espèce en même temps afin d’espacer les récoltes, notamment de radis. 19,90€. Infos et points de vente : terresdeville.com.
6. Composteur bois 150 L Botanic : en bois et plastique recyclé, à monter, joli et indispensable pour faire son propre compost qui nourrira toutes les plantes du jardin, 79,95€. En vente sur : boutique.botanic.com.
7. Engrais universel super-organique Naturen : un engrais naturel pour fleurs, fruits, légumes, arbres, utilisable en agriculture biologique, boîte de 1,5 kg (7,45€) ou boîte de 4 kgs (12,85€). Infos et points de vente sur www.lapausejardin.fr.
8. Savon végétal H2O At Home : pour nettoyer les tâches laissées sur les mains après le jardinage (ou le bricolage), bouteille de 400 ml, 21,30€. Infos et achat en ligne sur www.h2o-at-home.com.
9. Jardinière de plantes aromatiques à cultiver Radis et Capucine : contient 1 jardinière en zinc et 1 coupelle en zinc (existe plusieurs coloris) + 1 sac de 1,5 L de terreau fertilisé compatible avec l’agriculture biologique + 3 étiquettes de plantations en bois + 3 sachets de graines bios (basilic, ciboulette, persil), parfaite sur le rebord de la fenêtre de la cuisine et pour se lancer dans une culture facile, 14,95€. En vente sur : www.radisetcapucine.com.
10. Bottes New Look : rose, existe d’autres couleurs, du 36 au 42, juste indispensable pour patauger dans la terre au jardin, 24,99€. En vente sur : www.newlook.com/fr

 

4 bons gestes pour se faciliter le jardinage

 
Gazon : on peut tondre sa pelouse avec une tondeuse… ou une chèvre ! Il existe des sites Internet mettant en relation les jardiniers écolos et les propriétaires de caprins.

Récupérer l’eau : on place dans le jardin un récupérateur d’eau ou des bassines. L’eau de pluie y sera récupérée, il ne restera qu’à plongera son arrosoir dedans pour pouvoir arroser le jardin.

Compost : on achète un composteur ou on créé un espace dédié dans le fond du jardin et on y jette les déchets ménagers, on retourne parfois le tas de compost, on peut aussi y ajouter 1 activateur de compost éventuellement, et on l’utilise pour nourrir le jardin.

Partager : 1 tondeuse pour plusieurs voisins, amis du quartier, échanges de semis et bouturages, 1 paquet de coccinelles pour plusieurs (elles se vendent en grande quantité sous forme de larves, et ont besoin de beaucoup de pucerons pour se nourrir), achat de sachets de graines à plusieurs (1 grosse boîte de semis de haricots verts servira à plusieurs jardins et sera moins chère).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *