Proposer un article

[Interview] On a papoté avec Emily Loizeau avant son concert parisien

écrit par le 28/10/2016 et modifié le 28/10/2016 - Musique - 0 commentaire

Nous nous sommes entretenus avec Emily Loizeau, qui nous a parlé de son nouvel album Mona , de son concert à La Cigale à Paris le 10 novembre 2016 (en partenariat avec So What?, entre autres) suivi d’une tournée dans toute la France, de son métier… On a bien papoté, quoi. Découvrez notre interview d’Emily Loizeau !

emily-loizeau

© Micky CLEMENT

So What? : L’histoire de Mona est touchante et parle entre autres de la vie de votre mère, votre grand-père… Est-ce difficile de se dévoiler dans ses chansons ?
Emily Loizeau : Je ne me pose pas vraiment cette question. J’avais envie de transmettre mes émotions, de faire d’un épisode tragique quelque chose qui soit un hommage à la vie de ma mère, à la vie. Je voulais être assez directe. Parler d’une personne inspirante dévorée par une maladie. Notre société n’est pas disposée à accueillir les gens qui traversent ça dans la vie. La société telle qu’elle est n’est pas faite du tout pour accompagner ces gens, leur permettre de rester dans la vie. La maladie, ça dérange.
J’avais besoin de dire de quoi Mona parlait pour ne pas rajouter au tabou et pour faire quelque chose de tout ça. Oui j’ai vécu ça dans mon intimé… Une fois que ma maman était partie j’avais la volonté de dire.

So What? : Avez-vous une chanson préférée dans l’album « Mona » ?
Emily Loizeau :J’aime beaucoup As a child. C’est celle qui j’ai le plus de plaisir à chanter.
Et sinon Eaux sombres. Parce que le moment où elle a été écrite c’est le moment où Mona s’en va. Et les attentas de Paris sont arrivés, et tout me paraissait anecdotique. Les paroles de Eaux sombres sont les 1ères paroles qui m’ont permis de mettre des mots sur ce qu’on vivait collectivement tout en terminant Mona. Et quand on chante cette chanson, on sort tout en live, c’est un grand moment de partage avec les gens. J’aime cette chanson aussi pour ce moment-là.

So What? : Vous souvenez-vous des réactions les plus drôles ou marquantes que vous ayez entendues au sujet de l’album, d’une de ses chansons ?
Emily Loizeau : J’envoyais toujours, avec le disque, un texte expliquant la pièce, l’album. Il y a eu la sensation, je crois, pour 1 ou 2 journalistes qui n’avaient pas vu la pièce, qu’il fallait un décodage pour comprendre le disque alors qu’il est autonome. Je ne ferai plus ça.

So What? : Qu’aimez-vous le plus dans votre métier ?
Emily Loizeau :D’une part, une chose très simple et magnifique dans une chanson, c’est qu’elle voyage dans l’imaginaire de chacun de manière différente. Les gens vous renvoient des choses précises, intimes, sur ce que la chanson leur renvoie à eux. C’est parfois proche, parfois loin, de ce que vous y mettez.
Et j’aime ce que je vis en ce moment avec Mona , le mélange théâtre, musique. Le mélange du corps, du verbe, de la musique. Je me sens entièrement à ma place.

So What? : Qu’aimez-vous le moins dans votre métier ?
Emily Loizeau :Tout le côté beaucoup plus commercial et mondain. J’aime bien faire des interviews, là je passe un bon moment à discuter avec vous. Je trouve ça réjouissant et chouette. Parfois assez étrange. J’essaie de gérer le grand écart entre l’intime et le commercial de la manière la plus cohérente.

So What? : A quoi ressemble une de vos journées-type ?
Emily Loizeau :Au saut du lit, on se réveille tant bien que mal pour mener ses enfants à l’école. (rires)
En tournée, avec la gueule un peu du matin, on retrouve les copains, on se met dedans, on se plonge progressivement dans le concert.
J’ai la chance d’avoir un groupe talentueux, humainement aussi d’une grande rareté. Et l’équipe technique aussi. On est heureux de travailler ensemble. Ce n’est pas une évidence. Alors quand ça arrive il faut se le dire.
En ce moment j’ai l’impression de vivre le concert dont je suis le plus fière.

So What? : Comment vous préparez-vous pour un concert (et une tournée) ?
Emily Loizeau :Je retravaille ma voix. Là ça a été très particulier, il y a eu la réflexion sur la scénographie (pour la pièce de théâtre au Centquatre en janvier dernier). C’était un défi.
On a joué et rejoué les morceaux et je crois que ça a investi l’histoire de quelque chose de très particulier… Il y a un travail qui a démarré au moment même de la pièce. Je pense que ça a été très bénéfique pour la qualité des arrangements.
Là on a bien les morceaux en nous, c’est très fluide, évident. Il y a un truc qui se passe.

So What? : Avez-vous une habitude juste avant de rentrer sur scène ?
Emily Loizeau :Oui j’en ai. Un petit rituel, je travaille ma voix et je m’allonge par terre pendant un petit moment pour me recentrer et visualiser ce qui va se passer. Et on se retrouve avec mes musiciens, on se fait des hugs et on chante des chansons inavouables.

So What? : Pensez-vous déjà à la suite (après le concert et la tournée) ?
Emily Loizeau :J’ai des rêves qui sont presque des projets… Vivre cette expérience en transversal avec Mona  m’a donné des choses, des envies très inspirantes…

emily-loizeau-affiche-concert

Emily Loizeau sera en concert à La Cigale à Paris le 10 novembre 2016 (en partenariat avec So What?, entre autres, au cas où je ne l’ai pas assez répété) puis en tournée en France.

Scénographe : Julie-Anne ROTH
Orchestration : Olivier Koundouno
Création vidéo: Laurent BEUCHER 
Éclairagiste : Mickael GRIFFON 

Infos, dates et réservations : www.emilyloizeau.fr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *