Proposer un article

Jeux de miroirs – E.O. Chirovici

écrit par le 8/06/2018 et modifié le 4/06/2018 - Livres - 0 commentaire

Peter Katz est agent littéraire. Il reçoit un manuscrit racontant le meurtre d’un professeur de Princeton spécialisé en psychologie cognitive qui s’est déroulé il y a plus de 30 ans et n’a jamais été élucidé. L’auteur explique avoir résolu le meurtre mais le manuscrit s’arrête la nuit du meurtre en question. Peter Katz engage un journaliste d’investigation afin d’écrire la suite…

 

Résumé

Peter Katz est agent littéraire. Il reçoit un manuscrit racontant le meurtre d’un professeur de Princeton spécialisé en psychologie cognitive qui s’est déroulé il y a plus de 30 ans et n’a jamais été élucidé. L’auteur explique avoir résolu le meurtre mais le manuscrit s’arrête la nuit du meurtre en question. Peter Katz engage un journaliste d’investigation afin d’écrire la suite…

Jeux de miroirs
E.O. Chirovici
Éditions Pocket
Paru le 1er février 2018
352 pages
7,50€

Auteur

Eugen Ovudi Chirovici est un écrivain roumain qui a oublié de nombreux best-sellers en Roumanie. Jeux de miroirs est son 1er roman traduit en français.

Notre avis

J’ai très rapidement détesté ce roman. Dommage, l’histoire me plaisait bien : pas extraordinairement original, mais je voulais me plonger dans un polar et à Princeton.

Le roman commence avec le fameux manuscrit racontant le meurtre du professeur Wieder, spécialiste de la psychologie cognitive à Princeton. Le narrateur est immédiatement insupportable, soit-disant blasé, il fait du pseudo humour noir facile et ne voit pas les éléphants plantés au milieu de sa triste maison d’étudiant. Irritant. L’histoire n’est pas très originale, les personnages encore moins. Les petits secrets de coucheries des uns et des autres ne représentent pas grand intérêt. Même si on est curieux de savoir qui a tué le professeur et pourquoi, ça ne suffit pas à maintenir l’intérêt pour le récit.

Plus quelques phrases horripilantes, comme par exemple : « – Les femmes peuvent toujours prétendre être indisposées, pas vrai ? C’est un de leurs plus gros avantages dans la vie. » Dixit le professeur Wieder, éminent professeur et spécialiste de la psychologie cognitive à Princeton !

Le récit est court, le rythme plutôt rapide. À lire si vous n’avez vraiment rien d’autre à vous mettre sous la dent. Ou pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *