Proposer un article

La Maison jaune – Martin Gayford

écrit par le 6/10/2017 et modifié le 6/10/2017 - Livres - 0 commentaire

Automne 1888, Paul Gauguin rejoint Vincent Van Gogh à Arles, dans la petite maison jaune qu’il occupe depuis quelques mois, et dans laquelle il ambitionne de créer un atelier abritant plusieurs artistes. Pendant 9 semaines les 2 peintres cohabitent dans un huis-clos prolifique et tourmenté.

 

Résumé

Automne 1888, Paul Gauguin rejoint Vincent Van Gogh à Arles, dans la petite maison jaune qu’il occupe depuis quelques mois, et dans laquelle il ambitionne de créer un atelier abritant plusieurs artistes. Pendant 9 semaines les 2 peintres cohabitent dans un huis-clos prolifique et de plus en plus tourmenté. Si la cohabitation se déroule parfaitement au début, les personnalités exaltées de Gauguin et surtout de Van Gogh se heurtent ensuite, jusqu’au drame final lors duquel Vincent Van Gogh se coupe l’oreille…

La Maison jaune
Martin Gayford
Éditions 10/18
Paru le 15 juin 2017
312 pages
7,80€

Auteur

Martin Gayford est écrivain, critique d’art, commissaire d’exposition chercheur et professeur d’histoire de l’art à l’université de Buckingham en Angleterre.

Notre avis

Cet livre biographique de Paul Gauguin et Vincent Van Gogh pendant leur courte mais intense cohabitation – de 3 mois – à Arles est un vrai plaisir à lire ! Et fut un coup de cœur lecture pour moi. Je ferme tout juste ce livre avec beaucoup de nostalgie.

On entre vraiment dans la vie de Paul Gauguin et Vincent Van Gogh comme si l’on était invité à partager un moment de leur vie. C’est une façon vraiment agréable de suivre leur évolution et leur relation dans la maison jaune d’Arles, intime et touchante.

Le livre se lit comme une visite guidée dans un musée à laquelle se mêlerait des instants partagés privilégiés de leur vie privée. De nombreux tableaux des 2 peintres sont décrits, la façon, le moment où ils ont été réalisés, on les voit (et on les reconnaît souvent) en lisant. Tout en découvrant la vie des peintres dans la maison jaune et leur relation. Gauguin et Van Gogh apprennent d’abord à cohabiter sans vouloir se déranger mutuellement et toujours en se respectant et en s’admirant. Puis ils deviennent plus intimes, par la force des choses, s’apprécient tout en se faisant des reproches. Et enfin la folie de Van Gogh prend le dessus et la fin de leur cohabitation s’accélère.

Des digressions nous plongent dans le passé de Gauguin et de Van Gogh. On fait connaissance avec leur entourage proche, notamment Théo Van Gogh, le frère de Vincent, vendeur d’art. On vit aussi à Arles à la fin du XIXème siècle, la vie d’artiste peu reconnu et torturé et peu fortuné. Un joli voyage dans le temps. Quand la Tour Eiffel pousse à Paris, quand les crimes sordides de Jack L’Eventreur font la Une de la presse française, quand Degas, Puccini, Toulouse-Lautrec, Maupassant, Pissarro, etc., étaient des contemporains.

Les dernières pages résument la vie des différents personnages rencontrés après la mort de Van Gogh, et un intéressant passage nous explique la théorie développée par l’auteur sur la maladie dont souffrait, a priori, réellement Vincent Van Gogh.

Érudit, passionnant, on plonge dans ce huis-clos comme dans un thriller, on voit les tableaux des artistes défiler. Un livre à lire et relire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *