Proposer un article

Le journal intime de Georgia Nicolson – Louise Rennison

Photo du profil de Philomène J. écrit par le 9/10/2012 et modifié le 16/10/2012 - Cultivée, Famille, Je dorlote ma famille, Livres - 0 commentaire

Georgia a 14 ans, et sa vie est un enfer. Bon d’accord, peut-être bien que Georgia est aussi une adolescente un chouïa égocentrique mais rendez-vous compte : l’homme de sa vie sort avec une cruche, ses parents sont irresponsables, sont chat se prend pour un tigre sauvage et en plus, si vous voyiez son nez…

Série de 9 tomes
Gallimard Jeunesse, entre 9 et 10 euros par tome

environ 200 pages par tome


pub

Louise Rennison, auteur et comédienne britannique, n’est autre que Georgia elle-même. On peut être surpris, en lisant cette série de romans, que tant d’événements puissent arriver à une seule et même personne, mais c’est bien sa vie qu’elle retranscrit, à tel point que même les prénoms de ses amies n’ont pas été changés… Si c’est cette série qui lui a permis d’atteindre la renommée, elle a entamé depuis le récit des aventures de Tallulah Casey, la cousine de Georgia.

Pour les anglicistes, retrouvez Louise Rennison sur son site officiel ici.

C’est vraiment difficile, pour ne pas dire compliqué, voire carrément impossible de ne pas se retrouver ne serait-ce qu’un peu dans le personnage de Georgia (enfin si on est une fille. Pour vous messieurs, je souhaite sincèrement que ce ne soit pas le cas. Par contre si vous avez envie de savoir à quoi ressemblait votre dulcinée durant son adolescence ce sera probablement une lecture très instructive).

Si vous êtes, mesdames, confrontées à une ado qui se sent incomprise, ce livre est probablement le cadeau idéal. Bourré d’humour, il retranscrit le très peu banal quotidien d’une adolescente délurée et un brin égocentrique (comme tout ado qui se respecte). Les demoiselles en herbe s’y retrouveront certainement, et seront rassurées de voir que l’adolescence est aussi pénible pour tout le monde.

Mais il serait bien dommage de se priver de ce livre sous prétexte qu’on a depuis longtemps dépassé l’âge de l’acné juvénile. Satirique à souhait, vous y verrez ce qui échappera probablement à votre progéniture : ce regard plein d’auto-dérision de l’adulte sur l’ado qu’elle a été. C’est léger, grinçant, et les fans de Bridget Jones se sentiront comme à la maison. Car, qu’on ne se leurre pas, on a beau prendre de l’âge, les relations aux hommes et aux parents restent toujours aussi compliquées !

Philomène Jonville

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*