Publié le 11 novembre 2011 @ 10:43 par Gaël dans Jeux vidéo, Livres - No Comments »

Au vu du titre de l’ouvrage, le joueur moyen ne devrait pas ressentir une folle envie d’entamer sa lecture. Ce n’est effectivement pas le premier livre s’attachant à regrouper une poignée de jeux vidéo et à les définir comme indispensables à la bonne connaissance du média. Des sélections de toute façon toujours sujettes à des discussions enflammées et ne présentant souvent que peu d’intérêt pour le gamer confirmé, il faut bien l’avouer. Mais ici, le rédacteur en chef de la revue britannique Edge, Tony Mott, a rassemblé pas moins de 1001 titres sur lesquels il serait dommage de ne pas avoir passé du temps. 1001, voilà un chiffre conséquent qui peut donc nous laisser espérer de bonnes surprises, si l’on se décide à ouvrir ce gros bébé.

Il faut dire que ce recueil comporte un peu plus de 960 pages et couvre une très longue période démarrant des années 70 pour s’achever avec la génération actuelle (la préface est d’ailleurs signée du très sympathique Marcus, officiant notamment sur les chaînes Game One et Nolife). Alors comment se présent le bouzin ? Je l’ouvre sur deux pages au hasard… oh, un RPG japonais, Tales of Symphonia ! Je reviens en arrière… pour voir une belle capture d’écran de Daytona Usa remplir une pleine page. Et en remontant encore plus loin dans le temps, je tombe logiquement sur du Populons, du Karate Champ, du Xevious, du Pac-Man... La sélection se veut (étonnamment) variée et relativement complète, avec un texte descriptif clair et informatif pour chaque titre, et comporte même des jeux dont peu de joueurs doivent connaître l’existence. Alors évidemment, certaines absences regrettables viendront ternir le tableau (pas de Lost Odyssey ni de Shadow Hearts), des « oublis » encore moins excusables quand on constate par exemple la présence de Sin & Punishment et de la série Persona, des jeux quasiment inconnus du grand public.

Mais l’envie n’est pas mienne de vous déconseiller la lecture de ce bouquin, même si onéreux, il est vrai (32€). Le profane comme le mordu devrait y trouver son compte, pour se constituer une solide banque de données pour le premier et se remémorer d’agréables souvenirs pour le second.

Acheter « Les 1001 jeux vidéo auxquels il faut avoir joué dans sa vie » sur Amazon

Add Comment Register



Leave a reply

You must be logged in to post a comment.