Proposer un article

Les 6 pires couples au cinéma selon la Rédaction

Photo du profil de Marie-Aube Photo du profil de Charline V. écrit par et le 14/08/2015 et modifié le 4/08/2015 - Amour, Cinéma - 0 commentaire

On termine notre dossier couples dans lequel nous vous avons parlé de nos amoureux préférés et de ceux qu’on aimait le moins dans la littérature, le cinéma et les séries télé. (Retrouvez les 6 articles du dossier dans la rubrique Amour.) Après nos 8 couples préférés au cinéma, voici (enfin) les 6 pires couples au cinéma selon la Rédaction.

 

L’empereur Ping et l’impératrice Phoenix, La Cité interdite (titre original :满城尽带黄金甲, si c’était important de le notifier)

La Cité Interdite film

L’histoire : l’empereur rentre à la Cité interdite après une longue absence et s’aperçoit que des complots se sont formés afin de le déposséder de son pouvoir. Plus en détails : l’impératrice est tombée amoureuse – et réciproquement – de son beau-fils, le 1er fils de son mari d’empereur. Ce dernier le découvre, et autant vous dire que ça ne lui plaît pas, mais alors pas du tout. Luttes de pouvoir, histoire d’amour, batailles, décors magnifiques. Un beau film ! Et l’un des pires couples du cinéma. J’ai oublié : l’empereur essaie de tuer sa femme : il lui fait servir tous les jours un breuvage empoisonné pour l’assassiner petit à petit.
Pire moment : à la fin du film, repas en famille à table, après la révolte menée par l’impératrice, contrée dans un bain de sang par l’empereur, celui-ci demande à leur fils cadet de donner à sa maman son breuvage, que tout le monde sait être un poison. Il hésite, mais elle jette le verre qui se renverse et le liquide qui en tombe grignote la table sur laquelle il s’est renversé (le poison est donc plus fort que d’habitude). Un mariage heureux comme on n’en fait plus…

*

Beatrix Kiddo, alias Black Mamba, et Bill, Kill Bill (Tuer Bill au Québec, j’adore les traductions de titres de films et séries québécois)

Bil et Beatrix film Kill Bill

Tout est dans le titre, je dirais. Elle, enceinte, se fait tirer dessus alors qu’elle s’apprête à se marier, tombe dans le coma après cette attaque, puis se réveille et veut se venger. Normal. Et c’est Bill, son ancien acolyte lorsqu’ils étaient tueurs à gage, ex petit-ami et donc père de son enfant, qui a commandité cette attaque et qu’elle veut notamment tuer pour se venger. Notamment, parce qu’elle veut aussi se faire ses ex acolytes. Charmant, non ?
Pire moment : l’attaque du début dans la chapelle pendant le mariage, ça met dans l’ambiance tout de suite, et on apprend plus tard que Bill n’était pas content que son ex se marie avec un autre et ait quitté leur petit groupe de tueurs à gage. Un sms, ou un joli mail, auraient été bien, aussi, non ?

*

Dan/Alice, Dan/Anna, Anna/Larry et Larry/Alice, Closer, entre adultes consentants

ENTRE-ADULTES-CONSENTANTS-CLOSER-2004_portrait_w858

On parle bien ici de 4 couples formés par les 4 personnages du film, classés ex-æquo dans la catégorie des pires couples du cinéma. Voyez plutôt : Dan se met en couple avec Alice, rencontre Anna, l’embrasse. Assez ironiquement grâce à Dan, Anna rencontre Larry, l’épouse mais le trompe avec Dan. Dan et Anna quittent leurs conjoints respectifs pour se mettre ensemble, Larry, désespéré, passe une nuit avec Alice. Larry recouche une fois avec Anna. Anna quitte Dan, retourne avec Larry, donc Dan se remet avec Alice mais ne peut lui pardonner le fait qu’elle ait couché avec Larry. Alice finit ainsi par quitter Dan. The end.
Pires moments : lorsque je vis ce film au cinéma pour la 1ère fois, c’était un samedi soir, la salle était remplie de couples qui se collaient l’un à l’autre, se bécotaient amoureusement. Puis, le film avançant, le malaise dans la salle alla grandissant, les couples se redressèrent sur leur siège, arrêtèrent de se toucher et quittèrent la salle le film achevé dans un silence inconfortable. Ambiance…
En effet, en faisant délibérément l’ellipse des moments heureux vécus par les différents couples pour ne montrer que la succession des moments déterminants pour la formation ou la rupture de ceux-ci, dans des scènes très (trop ?) réalistes, avec des dialogues crus qui sonnent douloureusement justes, le réalisateur a créé avec Closer, ce que j’appellerais l’anti-comédie romantique. Dans ce film, l’amour ne survit pas à la mort de son idéal et l’honnêteté fait plus de dégâts que le mensonge. Aussi séduisants et crédibles que soient Jude Law (Dan), Nathalie Portman (Alice), Julia Roberts (Anna) et Clive Owen (Larry), on n’a vraiment pas envie de vivre l’histoire de ces couples, qui nous renvoient à nos plus mauvais souvenirs en matière de relations amoureuses.

*

Jack Dawson et  Rose DeWitt Bukater-Dawson, Titanic *

Titanic

Oui, je sais, certaines d’entre vous l’ont vu 100 fois au cinéma et 1 000 en DVD, et le film a trôné au top du box-office. Moi je l’ai vu juste 1 fois, et je n’ai pas aimé. Cette histoire n’est ni crédible ni jolie, à mon sens. Et tellement cucul. Il est pauvre, elle est riche, ils se sont rencontrés, et aimés, mais leur amour est maudit et la catastrophe du Titanic les sépare. Un cliché (le pauvre et la riche), des personnages sans charisme (oui, j’ai écrit ça) et… pas vraiment de suspens. Un peu facile de mettre 2 jeunes acteurs, 1 chanteuse connue, 1 joli bateau et de se dire que ça-suffira-bien-pas-besoin-d-ajouter-un-vrai-scénario. Dommage, ça aurait dû être très joli ! Il reste quoi ? Une jolie reconstitution du bateau le Titanic. Certes. Bref, trop de guimauve tue la guimauve.
Pire moment : tout le film puisqu’il ne se concentre presque que sur leur histoire !

*

Jean Grey et Scott « Cyclope », la saga X-men

Cyclope et Jean Grey X-Men

Il y a un réel manque de crédibilité concernant le couple formé par la puissante médium (incarnée par la pourtant sublime Famke Janssen) et l’homme au regard laser (le beau gosse James Marsden). Quand ces deux-là sont ensemble à l’écran, on s’ennuie tout simplement. Jean Grey semble toute effacée et Scott aussi expressif qu’un robot en mode « touche pas à ma nana », les lunettes qui lui cachent la moitié du visage n’aidant probablement pas. Alors qu’avec Logan (aka Wolverine) c’est une toute autre histoire ! Le petit jeu de séduction qui s’opère entre eux est irrésistible, et Jean Grey trouve en l’homme aux griffes d’adamantium un héros à la mesure de ses pouvoirs. Pourtant, alors que Logan est transparent sur la nature des sentiments qu’il lui porte, elle décide malgré tout de rester avec Scott, qui le paiera cher… Il faut quand même préciser que le prochain film de la saga,  « X-Men Apocalypse » devrait nous en apprendre un peu plus sur la jeunesse de Scott et de Jean, et peut-être ainsi expliquer ce choix. En attendant, et hop, on les classe sans regret dans les pires couples du cinéma !
Pire moment : quand Jean Grey, après sa mort supposée, renaît dotée d’un pouvoir immense mais devenue incontrôlable au point de devenir une autre personne, et qu’elle tue Scott lors de leurs retrouvailles avec le même détachement qu’elle aurait montré pour enlever un caillou de sa chaussure… Seul Wolverine parviendra à la stopper, on vous dit qu’ils sont faits l’un pour l’autre !

*

Hayley et Enzo, Plush

Enzo et Haley Push

Bon avec ces deux-là on se fait un peu plaisir, parce que ce film est mauvais, mais alors tellement mauvais qu’il n’y a pas que leur couple qui soit un échec dans ce marasme qu’est le film Plush, officiellement un des pires films qu’il m’ait été donné de voir depuis longtemps.
Hayley est une petite poupée blonde au look plus glam que rock, membre du groupe à succès de (soi-disant) rock nommé Plush. Lorsque son frère jumeau et co-leader meurt d’une overdose, elle le remplace par le trouble et eye-linerisé Enzo. Des événements étranges commencent à se produire, parce que oui, Plush a des fans encore plus darks, hard-cores et obsessionnels que ceux de Mylène Farmer.
Cette chère Hayley, mariée et mère de deux jumeaux (à environ 24 ans) : 1° n’arrive pas à se consoler de la mort de son frère et a perdu l’inspiration ; 2° et s’ennuie un peu avec sa petite famille ; donc 3° va se taper son nouveau guitariste dès qu’elle en aura l’occasion. Et devinez quoi, ce cher Enzo n’est pas celui qu’il prétend être…
Sauf que, justement, on sait dès le départ quelques petites choses qui auraient pu lui mettre la puce à l’oreille : Enzo connaît toutes les chansons du groupe parce qu’il était justement un de leurs fans au point d’avoir le visage d’Hayley et de feu son frère tatoués… au-dessus de ses fesses (!?!).  Il se prétend gay, la preuve, il porte de l’eye-liner, parfois même du rouge à lèvres et des vêtements super moulants. Sauf que dès le 1er soir où il se retrouve seul avec elle et sous prétexte de lui faire un « massage », il se déshabille et lui enfonce un (BIIIIP) dans le (CENSURÉ). Oh my God ! Enzo ne va alors avoir de cesse de s’incruster dans tous les domaines de la vie de notre petite Hayley. Jusqu’à ce que des choses terribles surviennent, suivies d’incroyables révélations, et que toi, téléspectateur, tu aies perdu environ 1h50 de ta vie à subir cet horrible film, puis encore la même durée afin de te remettre de ce traumatisme cinématographique.
Et une question, une seule, ne te quitte pas : l’excellent Xavier Samuel (ledit Enzo), qu’on sent aussi mal à l’aise dans le rôle que nous qui assistons au naufrage, a-t-il perdu un pari ?
Pire moment : il y a vraiment l’embarras du choix, mais avec la scène des deux amants qui se trémoussent en boas de plumes, short de latex doré et bas résille (pour monsieur), bikini (pour madame), en se frottant au pauvre type du room-service de l’hôtel, on commence à se demander sérieusement pourquoi on regarde ce film…

 

 

* Celui-ci fait débat au sein de la Rédaction (bien sûr).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *