Proposer un article

Red Queen (tome 1) – Victoria Aveyard

écrit par le 10/02/2018 et modifié le 13/02/2018 - Livres - 0 commentaire

Dans le royaume de Norta, la couleur de votre sang décide du cours de votre existence. Sous l’égide de la famille royale, les Argents, doués de pouvoirs hors du commun, règnent sur les Rouges, simples mortels, qui servent d’esclaves ou de chair à canon. Mare Barrow, 17 ans, tente de survivre dans une société qui la traite comme une moins que rien. Quand elle s’avère détenir des pouvoirs magiques, sa vie change du tout au tout.

 

Résumé

Le Pouvoir est un jeu dangereux. Dans le royaume de Norta, la couleur de votre sang décide du cours de votre existence. Sous l’égide de la famille royale, les Argents, doués de pouvoirs hors du commun, règnent sur les Rouges, simples mortels, qui servent d’esclaves ou de chair à canon. Mare Barrow, 17 ans, tente de survivre dans une société qui la traite comme une moins que rien. Quand elle s’avère détenir des pouvoirs magiques dont elle ignorait l’existence, sa vie change du tout au tout. Enfermée dans le palais de la famille royale, promise à un prince Argent, elle va devoir apprendre à déjouer les intrigues de la cour, à maîtriser un pouvoir qui la dépasse et à reconnaître ses ennemis.

Red Queen (tome 1)
Victoria Aveyard
Éditions Le Masque – JC Lattès (2015) / Éditions Le Livre de Poche (2016)
Paru le 11 mars 2015 (Le Masque)
Paru pour la 1ère fois au États-Unis chez HarperTeen
432 pages
18€

Auteure

Victoria Aveyard est née et a grandi dans une petite ville du Massachusetts aux États-Unis. Passionnée de films et de séries télévisées, elle vit actuellement à Los Angeles où elle exerce le métier de scénariste.

Notre avis

La 1ère chose qui m’a plu dans Red Queen, c’est sa couverture. Cela peut paraître idiot, mais je pense que la couverture fait partie intégrante d’un livre et je suis presque certaine que si je n’avais pas autant aimé la couverture, je n’aurais jamais pris la peine de lire la quatrième de couverture !

Donc j’ai acheté ce livre et je me suis jetée dessus dès que je suis rentrée chez moi…

On est très vite fixé : on aime le style de Victoria Aveyard ou on le déteste ! Personnellement, j’ai adhéré tout de suite. Je trouve le style très fluide et l’auteure ne se perd pas en descriptions de plusieurs pages. Le point négatif étant que, par moment, elle ne s’étend justement pas assez sur certaines descriptions relativement importantes pour l’histoire. Mais en lisant entre les lignes, on comprend ce qu’elle veut dire.

Quant à l’histoire en elle-même… Je m’étais dit que ça allait probablement ressembler à La Sélection de Kiera Cass, avec un dénouement assez prévisible. Et ce fut le cas sans vraiment l’être. Dans ce 1er tome, l’histoire ne ralentit jamais. L’auteure suit une ligne très prévisible par moments, mais nous amène à ces moments « prévisibles » de façon totalement improbable. Il en va de même pour la façon dont les personnages se sortent de ces situations.

Mare, héroïne de ce roman, est une voleuse et ne cherche pas à sauver le monde, juste sa propre peau. Son destin est parfaitement tracé : elle va partir rejoindre ses 3 frères à la guerre quand elle sera majeure et reviendra vivre dans son village natal, Pilotis, si elle en sort vivante. Mais les choses se compliquent et elle se retrouve propulsée dans un univers qu’elle connaît très mal : le monde des Argents. Là-bas, il n’est plus question de vols, de boue, et de pannes d’électricités fréquentes, mais de princes, de Maisons Nobles, de bals, de robes somptueuses et de pouvoirs magiques. Mare a un caractère très fort et doit parfois – souvent – se retenir pour survivre dans un univers où trahison est le maître mot et où elle pourrait vite devenir l’ennemi à abattre.

Les Argents sont des êtres froids, dont la seule motivation est la quête de pouvoir et la seule promesse valable, celle des liens du sang. Ils possèdent tous des pouvoirs plus dangereux et terrifiants les uns que les autres. Certains sortent du lot, faisant preuve d’un peu de gentillesse et ne courant pas exclusivement après le pouvoir, mais ils sont rares.

Les personnages du roman sont, de manière générale, très attachants et très complets, qu’il s’agisse de Mare qui lutte pour sa survie, du garçon qui ne peut choisir son destin, du garçon voué à rester dans l’ombre ou encore de la princesse cruelle et avide de pouvoir qui – je l’admets – est mon personnage favori.

Le point négatif que j’ai trouvé dans ce roman ne réside pas dans l’histoire elle-même, mais dans des problèmes de traduction. En effet, la version des éditions du Masque comporte beaucoup de fautes de frappe, d’orthographes, de prénoms, des adjectifs à la place des noms…

Red Queen est une dystopie en 4 tomes (le 4ème tome est à paraître), ou quand Hunger Games rencontre La Sélection, entre mensonges, secrets, romance, trahisons, intrigues politiques et une bonne dose d’humour. Red Queen m’a captivée jusqu’au dernier mot !

Dans la même série

Glass Sword (tome 2)
S’agenouiller ou saigner
Victoria Aveyard
Éditions Le Masque (2016) / Éditions du Livre de Poche (2017)
King’s Cage (tome 3)
Les monstres sont encore plus dangereux lorsqu’ils ont peur.
Victoria Aveyard
Éditions Le Masque (2017)
War Storm (tome 4)
Levez-vous avec l’aube.
Victoria Aveyard
À paraître aux États-Unis en mai 2018

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *