Proposer un article

13 personnages féminins de séries qu’on surkiffe

Écrit par le 18/01/2021 - Séries télé - 2 commentaires » - Lecture : 8 minutes

Les séries nous montrent de plus en plus, il me semble, de personnages féminins de séries télé qui sont forts, charismatiques, originaux, manipulateurs, méchants, drôles, indépendants… Avant, tout cela était réservé aux hommes. Voici donc notre top des personnages féminins de séries que l’on surkiffe !

Alice Fletcher (Godless)

13 personnages féminins de séries qu’on surkiffe

© Ursula Coyote/Netflix

 
La série Godless (Netflix) est un magnifique western girlpower. À voir, vraiment. L’histoire : la bande de hors-la-loi de Frank Griffin est à la recherche Roy Goode et saccage tout ce qui se trouve sur sa route. Roy Goode les a trahis et vit maintenant chez Alice Fletcher (Michelle Dockery) à La Belle, une ville qui ne compte plus que des femmes ou presque depuis un accident de mine. Alice Fletcher est une veuve endurcie qui n’est pas appréciée dans la ville.

Alice Fletcher est surtout une femme qui a vécu des moments très difficiles et est aujourd’hui forte, indépendante, se moque de ce que les autres femmes de la ville pensent d’elle. Elle est aussi très courageuse, sait se servir d’un fusil, élève son fils adolescent et s’occupe de sa ferme. Bref, un super-femme comme on les adore.

June Osborn (The Handmaid’s Tale)

13 personnages féminins de séries qu’on surkiffe

© Hulu

 
Comment pourrais-je ne pas la surkiffer ? June Osborn est forte, vraiment très forte, et se bat contre un abominable gouvernement sexiste, autotiaire et violent pour sauver des enfants et des femmes – et elle-même, on espère, d’ici la fin de la série…

June pourrait juste être… nous ! On a vu quelques évolutions (ou plutôt régressions) bien inquiétantes dans la société, au sujet de l’IVG, par exemple… (Mais aussi des bonnes choses qui ont eu lieu en 2020 – ne soyons pas négatives – juste vigilantes.)

June est donc une femme d’aujourd’hui, intelligente, instruite, jolie, drôle. Et elle doit faire face à une situation totalement extraordinaire (au sens propre) et juste horrible en fait (j’écris cet article pendant le confinement n°2, donc se voir priver d’une partie de ses libertés, maintenant, je connais, et ça craint un max). Bref, June est super courageuse – et ça, ça force le respect et l’admiration.

Marcia Clark (American Crime Story : The People v OJ Simpson)

american crime story

© FX Networks

 
Un autre personnage féminin de série que l’on adore – et inspiré d’une femme ayant existé (American Crime Story est une série inspirée de faits réels). Marcia Clack est la procureure qui, dans les années 90, a poursuivi devant le tribunal O.J. Simpson.

Et Marcia Clack a subi du sexisme (pas qu’un peu) avec des commentaires sur son look, ses cheveux alors qu’elle travaillait à faire condamner un meurtrier (aujourd’hui la culpabilité d’O.J. Simpson est admise au moins dans l’opinion publique). Marcia Clack a subi la pression de son équipe, du public, de la tripotée d’avocats que Simpson s’est offerte… Et les revers d’un procès qui n’a pas vraiment fini comme prévu, malgré le monceau de preuves apporté…

Aussi, la géniale Sarah Paulson incarne à merveille le personnage de Marcia Clack (et on retrouve avec plaisir l’actrice dans Ratched sur Netflix, par exemple).

Anne Montgomery (What/If)

What | If

© Adam Rose/Netflix

 
Anne Montgomery (interprétée par Renée Zellweger) est une femme riche, sexy, puissante, mystérieuse (qui cache pas mal de secrets…). Elle est aussi manipulatrice, abîmée, froide, et pense qu’elle peut faire tout ce qu’elle veut avec qui elle veut…

Mais oui, on l’adore. On a presque envie de tomber dans ses pièges et ses tortueuses manipulations… Anne Montgomery est aussi charismatique, et on veut découvrir ses failles et secrets pendant toute la série… Le final nous la rend attachante.

Ally McBeal (Ally McBeal)

ally mcbeal

© Fox

 
Ally McBeal est un de ces personnages féminins de séries devenu culte. Elle est vraiment à part… Ally passe son temps dans son monde imaginaire et il est riche – peut-être même plus que le mien, et ça m’épate ! (Ça ne devrait probablement pas être le cas, mais ça me rassure que quelqu’un d’autre – même un personnage fictif – ait un monde imaginaire riche.)

Ally McBeal est aussi intelligente, romantique – et assume. Elle veut défendre les affaires les plus originales/compliquées/perdues d’avance si elle s’attache aux clients et voit une cause pour laquelle elle veut se battre. Ces affaires sont moins dramatiques que des procès au pénal, mais restent franchement fun et originales.

Esther Shapiro (Unorthodox)

7 séries inspirées de faits réels à regarder sur Netflix

© Anika Molnar/Netflix

 
Esther Shapiro est une super-woman (et une vraie – Unorthodox est aussi une série inspirée de faits réels). Esther Shapiro réussit à fuir un mariage arrangé qui ne lui plaît pas, une vie toute tracée qui ne lui ressemble pas et à se débarrasser de décennies de tradition orthodoxe et pressions familiales. Pour vivre sa propre vie, imaginer ses propres passions, loin de sa famille. C’était dur, mais Esther Shapiro a réussi ! Bravo !

Cookie Lyon (Empire)

13 personnages féminins de séries qu’on surkiffe

© Fox

 
Cookie Lyon n’a aucune limite quant il s’agit de défendre sa famille. Ou de dire ce qu’elle pense. Tellement fun, ça fait du bien. Elle se défoule largement assez pour toutes ses téléspectatrices. Elle nous fait du bien quoi !

Elle est aussi ultra sexy, a un don pour son travail (productrice de musique). Aime passionnément sa famille – ses 3 fils et son horrible mari Lucious (avec lequel elle s’est frittée puis rabibochée un nombre incalculable de fois – mais toujours avec des talons aiguilles et un certains sens du mélodrame).

Cookie est une personne fondamentalement gentille, qui a grandi dans un milieu difficile, est tombée amoureuse d’un bad boy, a purgé une très longue peine de prison pour ce bad boy et revient à la vie à sa sortie de prison en restant une personne fondamentalement gentille. Chapeau !

Carrie Bradshaw (Sex and the City)

carrie bradshaw série sex and the city

© HBO

 
Quand je serai grande, je serai Carrie Bradshaw ! Si, c’est un job (ou alors ce métier devrait exister). Écrire, acheter des chaussures, être stylée, s’envoyer en l’air souvent, être amoureuse, être aimée, avoir des super potes. What else ? Je trouve que c’est un peu la vie rêvée…

Ce n’est pas vraiment Carrie Bradshaw que j’adore, en réalité, c’est plutôt (en partie) sa vie. Et ses fringues. Ça compte quand même ?

Villanelle (Killing Eve)

Killing Eve Villanelle

BBC America

 
Villanelle (Jodie Comer) est une tueuse sociopathe, je sais… Mais ce personnage détonne vraiment. On n’a pas l’habitude de voir à la télévision des tueuses sociopathes aussi drôles, surprenantes et (bizarrement) attachantes. Jodie Comer dans ce rôle est charismatique, exubérante, totalement crédible.

On parle du look de Villanelle ? On adore ! Elle a toujours des vêtements magnifiques, des tenues qui marquent l’esprit, fun, importables parfois mais qui mettent vraiment le personnage en valeur.

Sansa Stark (Game of Thrones)

sansa stark game of thrones

© HBO

 
Sansa Stark est passée d’une jeune ado écervelée (mais c’est à cause des hormones, ce n’était pas de sa faute) dans la saison 1 à une femme forte cheffe de clan familial à la fin de la série. Comment ne pas la mettre dans notre liste des personnages féminins de séries qu’on surkiffe ?

Sansa est l’un de ces personnages féminins de séries qui évolue, grandit, apprend, change beaucoup. Je trouve qu’elle en est d’autant plus réaliste. Et attachante. Un peu comme dans la vraie vie on peut changer, évoluer et devenir une super version de nous-même.

Alors je n’oublie pas que Sansa a vécu des moments juste abominables dans sa vie avec son premier mari Ramsay Bolton (qui finit bouffé par ses chiens – bien fait). Et personne n’envie cela. (C’est Game of Thrones quoi…). Mais Sansa devient ensuite plus forte, plus sûre d’elle et a l’étoffe d’une vraie cheffe de clan. Elle ne se laissera pas manipuler par Littlefinger (saison 7)… Bref, un super woman !

Bree Van de Kamp (Desperate Housewives)

© ABC

 
J’ai adoré Bree Van de Kamp dès que je l’ai vue apparaître à l’écran. Les différentes saisons de la série Desperate Housewives n’ont, je trouve, pas toutes rendu hommage à ce génial personnage – à qui il arrive un certain nombre de malheurs pas toujours crédibles. (Mais le créateur de la série, Marc Cherry, avait expliqué que la femme qui ressemblait le plus à sa mère parmi les personnages principaux de la série était Bree – et Marc Cherry avait quelques comptes à régler avec sa mère – ce qu’il a fait à travers ce personnage…)

Bree est une femme au foyer apparemment parfaite qui cache des tas de secrets et de malaises. Elle fait preuve d’une franchise parfois déconcertante. Est manipulatrice. Drôle même. Elle manipule l’ironie. Sait comment blesser quelqu’un. Elle est aussi loyale avec ses amis. Aime ses enfants (parfois ce n’est pas évident, j’avoue). Et évolue (elle oublie ses manières guindées parfois et surtout son homophobie).

Bref, Bree est drôle, sournoise et politiquement incorrecte et ça fait tout son charme.

Tasha « Taystee » Jefferson (Orange Is The New Black)

Orange Is The New Black

© JoJo Whilden/Netflix

 
Taystee est une jeune femme hyper attachante. Lorsqu’on en apprend plus sur son passé dans les flashbacks, on ne peut qu’être ému. Taystee est orpheline et lorsqu’elle rencontre sa mère biologique, celle-ci la plante car elle n’ose pas dire à sa nouvelle famille qu’elle a eu une fille lorsqu’elle était jeune. (Larmes obligatoires avec cette scène.) Mais Taystee est surtout drôle, intelligente, loyale.

Si on oublie sa phase Vee (Yvonne Parker). Lorsque la seule « mère » qu’elle ait connue, Vee donc, une horrible femme qui joue les gentilles avec des enfants seuls et fragiles afin de leur faire faire ses 4 volontés, notamment ses trafics en tous genres, se retrouve à la prison de Litchfield avec elle et que Taystee en oublie ses vraies amies pour se retrouver à nouveau sous le contrôle malsain de Vee. Mais voilà Taystee finit par ouvrir les yeux sur les vraies intentions de Vee…

Taystee mène aussi un combat qui semble perdu d’avance (devant le tribunal). Elle est forte, a des convictions. On l’adore ! (Même si elle est en prison – personne n’est parfait.)

Lucy Spiller (Dirt)

lucy spiller dirt

© FX Networks

 
Oui, j’adore aussi des personnages féminins de séries que tout le monde ou presque a oubliés…

Lucy Spiller est ultra sexy, girl power à fond (voire un peu trop ?). Sans scrupules, ni culpabilité, prête à tout pour obtenir ce qu’elle veut. Je l’adore ! Peut-être que dans la vraie vie, je la détesterais… Mais dans la série, tranquillement installée sur mon canapé-rempli-de-coussins-et-plaids je la trouve fun, forte, sexy.

Et je trouve que son histoire d’amour avec Holt McLaren, l’acteur (sexy aussi) est ultra romantique et… sexy. Vous vous souvenez du final, lorsque Lucy rejoint Holt chez lui et que ça signifie qu’elle laisse enfin libre court à son amour pour lui ? (Non, car vous avez oublié jusqu’à la série Dirt…) Ben, mais, c’était trop beau.

Et, cela n’a rien à voir avec le sujet, je continue à trouver que la série Dirt aurait dû avoir beaucoup plus d’épisodes…

Quelque chose à ajouter ?

  1. Marie-Aube - 22 janvier 2021 à 15 h 25 min

    Bonjour Marie-Claude,
    Oh oui, Birgitte Nyborg, dans Borgen ! J’ai beaucoup aimé la série et le personnage aussi ! Outlander pas vue.

  2. Marie-Claude - 22 janvier 2021 à 13 h 37 min

    On peut aussi y rajouter Birgitte Nyborg, interprétée par Sidse Babett Knudsen dans la série Borgen ou Claire Fraser (Caitriona Balfe) dans Outlander.

Laisser un commentaire