Proposer un article

Histoires de fées

Écrit par le 15/05/2012 et modifié le 16/05/2012 - Thème du mois - 0 commentaire

Mois de mai, mois féérique sur So What? Et si on parlait des fées, alors ?!

Les fées sont des femmes magiciennes, et possèdent des pouvoirs surnaturels, matérialisés dans une baguette, la plupart du temps.

Leur pouvoir est double, tout à la fois bénéfique et maléfique car elles peuvent se transformer en sorcière.

Une fée est une reine ambivalente.  Elle apparaît dans une lumière scintillante, puis disparaît, ne laissant qu’un souvenir, une trace, un vœu, après avoir délivré un message. Elle est en effet messagère d’un autre monde, et son secret doit être capté à temps, car elle disparaît pour un long moment… Au destinataire de savoir décrypter.

Mais, de quelle fée s’agit-il ?

De la fée Mélusine au doux nom, la femme-serpent ?

Elle demande à son époux de ne pas chercher à savoir ce qu’elle fait un jour par semaine. Celui-ci, après avoir promis, ne peut tenir, et, transi de jalousie, découvre un jour le secret. Il voit Mélusine se transformer à moitié en serpent. Elle s’envole alors, poussant des cris terribles et disparaît à jamais. Leur amour est détruit par manque de confiance.

L’histoire dit qu’il n’y a pas de possibilité de se réaliser si l’on n’accepte pas la part d’irrationnel, de mystère, de secret, qui est en chacun de nous, si l’on ne réussit pas à intégrer cette part d’inconscient dans notre psyché.

Ou de la fée Carabosse de notre enfance ?

C’est la méchante marraine tout de noir vêtue.  Elle a été oubliée dans la liste des invités du baptême de la princesse, et ne pourra manger dans la vaisselle d’or comme les autres fées-marraines du bébé. Elle grommelle une prophétie : « tu te piqueras avec un fuseau à l’âge de 15 ans et tu en mourras. »

Le mauvais sort ne peut être annulé mais est transformé par la dernière fée : la mort sera en fait un long sommeil de cent ans, que seul un prince pourra interrompre.

Son sort révèle l’envers de la vision idyllique du monde. Elle symbolise les épreuves qu’il faut connaître pour s’initier à la vie. Le sommeil de cent ans représente la mort symbolique de l’enfance, nécessaire pour devenir adulte, précisément à l’âge de l’adolescence.

Là aussi, l’histoire dit qu’il est nécessaire d’intégrer tous les aspects du psychisme, sans « oublier un invité », qui se fera connaître de toutes façons.

Les ancêtres des fées de notre mythologie sont les trois Parques romaines. Les trois fileuses de la vie, qui à travers leur fuseau tiennent entre leurs mains chaque destinée humaine, la dernière Parque, inflexible, coupant le fil lorsque l’heure est venue. Elles symbolisent ainsi le cycle ; naissance, vie et mort, ou bien jeunesse, maturité vieillesse.

La fée est issue dela Terre-Mère. Sonorigine est tellurique, ses lieux de prédilection sont les crevasses, montagnes escarpées aux « cheminées de fées », près des torrents, des cascades, tous ces lieux où la nature montre sa démesure et sa force.

Vient-elle organiser le chaos du monde, insuffler un courant bénéfique aux forces démoniaques, permettre le renouveau de la vie ?

La fée est immortelle. Elle se révèle lors de ses apparitions, mais son existence est permanente, en filigrane.

Tout comme l’inconscient.

Ce texte est inspiré du dictionnaire des symboles de la collections bouquins de chez PUF.

(Photo: © Zemlyanika – Fotolia.com)

Laisser un commentaire