Proposer un article

30 ans, mariée, et pas d’enfants ?!

Écrit par le 7/09/2015 - Famille - 0 commentaire

Il y a des choses qui ne se font pas dans la vie : oublier de mettre une culotte, doubler les autres clients dans une file d’attente, farfouiller au fin fond de ses narines en public, avoir 30 ans et être mariée et ne pas avoir d’enfants…

Lorsqu’on vient de se marier et qu’on a la trentaine, la question ne se fait pas attendre, limite quand vous sortez de la mairie « Alors, et maintenant, les enfants ? ». Euh… attendez, il y a les petits fours avant… Et la danse des mariés, et le gâteau, et les cadeaux aussi… Au XXIème siècle, alors que les bébés peuvent pousser dans des éprouvettes, que les hommes et les femmes peuvent se marier entre eux, ou pas du tout, divorcer, se remarier 100 fois, faire l’amour sans procréer…

Sans compter que c’est limite privé, comme information, non ? Il n’y a pas que tante Edmonde qui nous harcèle de questions sur nos futurs enfants (encore imaginaires), il y a aussi les amis, les voisins, les inconnus ! « – Bonjour, je m’appelle Toinette, la petite blonde, là-bas, c’est ma fille. Vous avez combien d’enfants, vous ? – 0. – Et vous pensez en avoir combien ? – Ben… euh… » Je t’en pose des questions ? J’ai pensé à «  – La question est bien de savoir si mon mari et moi faisons l’amour sans moyen de contraception et au moment de mon cycle où j’ovule, en faisant attention qu’il éjacule bien dans mon vagin, c’est ça ? Hier, c’était fellation suivie d’une petite sodomie, ça marche ? » Je n’ai pas encore trouvé de réponse qui ne soit pas désagréable à cette question, alors je bafouille en attendant le prochain sujet de conversation…

C’est un peu rétrograde, comme vision du mariage, non, d’imaginer qu’on se marie pour juste après se mettre à l’ouvrage afin de repeupler la planète ? En droit français, la famille se définit par le mariage. Pas besoin d’enfants pour être une famille donc. Ni pour être heureux.

OK, tante Edmonde a vu tous ses petits-enfants devenir parents dans l’année de leur mariage et elle ne comprend (probablement) pas pourquoi on ne fait pas la même chose… OK, nous sommes le seul couple (ou presque) de la famille et parmi nos amis à ne pas avoir d’enfants passés 30 ans et mariés. OK, on croise des bébés (trop gnons) dès qu’on sort de la maison, en vacances, dans les magasins, partout…

« Et si Lola saute par la fenêtre, tu le fais aussi ? » me demandait ma mère quand j’étais petite si je justifiais l’une de mes bêtises par « Mais Lola le fait aussiiii ! » Et la bonne réponse était « non », il ne faut pas faire tout ce que Lola fait. Et maintenant que Lola a 35 ans, 4 adorables enfants, une maison à crédit et une grosse voiture familiale, un CDI dans une grande boîte et un mari en CDI aussi dans la même boîte, ma mère de me demander « Mais pourquoi TOI tu n’as pas encore d’enfants ? Lola en a déjà 4, tu sais ? » Mais je croyais que… Non, en fait, ce n’est pas la peine de lutter. Tu es une femme trentenaire, mariée, tu DOIS avoir des enfants ! D’ailleurs, quand ils auront 10 ans, on pourra leur répondre, à la question « – Dis, Maman, pourquoi tu m’as eu ? – Demande à Tati Lola ! » Pffff.

Et ce qu’on VEUT dans tout ça ? Si on n’est pas prêt, Amour et moi ? Si on a envie d’aller visiter toute l’Italie, volcans et anciennes cités englouties comprises, avant ? De terminer 200 romans, de danser le cha-cha-cha et le quick-step comme des pro, de tester tous les préservatifs aromatisés aux fruits qui existent ? Hein ? Et si… on ne voulait pas d’enfants ? Ça existe, et ça ne ferait pas de nous des monstres. Et personne pour nous jeter dans une maison de retraite sordide quand on sera plus vieux et nous regarder nous y dessécher afin d’hériter plus vite, faut y penser ! Et si on ne pouvait pas avoir d’enfants, et que le sujet nous rende triste, ça ne lui traverse pas l’esprit à Tante Edmonde, qu’elle nous rend triste à chaque fois qu’elle nous parle de ses petits-enfants et de ceux qu’on n’a pas ? Et si l’un de nous 2 en voulait et l’autre non, elle n’en a rien à faire, tante Edmonde, de nous pousser vers le divorce avec ses questions à la con ? Non, là, je ne voudrais pas devenir vulgaire, mais, quand même, ça suffit, ces indiscrétions, cette pression…

La nature se charge déjà de nous mettre la pression. On a entendu parler de la sexagénaire qui avait eu des quadruplés… Mais bon, a-t-on vraiment envie d’avoir des quadruplés ? A 20 ans, on a toute la vie… A 30 ans, il nous reste bien 10 ans pour nous mettre à l’ouvrage… Et même plus, on a vu des jeunes mamans quadragénaires. Bref, on sait qu’on a un temps limité pour se décider, ce n’est pas la peine d’en rajouter. N’est-ce pas, Tante Edmonde ? Et outre la date de péremption de nos œufs, aura-t-on la pêche pour se lever toutes les 4 heures passés 45 ans ? Déjà qu’une soirée entre amis qui se termine après 2 heures du matin nécessite, après 30 ans, 2 journées et 2 nuits de sommeil de 10 heures chacune pour se remettre…

Bref, quand on attendra un enfant, je pense pouvoir affirmer que vous le verrez, vraiment, au moins au-dessus de ma ceinture, quand mon tour de taille n’aura d’égal que ma hauteur. En attendant, occupez-vous de votre chat (ça, c’est pour Tante Edmonde), votre maison à crédit, vos quadruplés, et laissez donc nos enfants tranquilles ! N’oubliez pas que, dès qu’on aura les nôtres, comme ils seront probablement les derniers bébés de la famille de notre génération (voire du quartier, voire des statistiques nationales pour les trentenaires d’aujourd’hui…), TOUTE l’attention se portera sur eux : ils seront tout petits, attendus (par un peu tout le monde apparemment – ça promet pour leur inculquer la modestie, déjà), trop gnons, bref, toute la famille, les amis, les voisins, le village ne verront qu’eux, ne parleront que d’eux, n’offriront des jouets qu’à eux, et délaisseront donc vous et vos propres enfants ou petits-enfants. Et vous regretterez le temps (béni) où nos enfants n’étaient pas encore nés si ça se trouve…

Et, promis, on enverra, quand ça sera le moment, des faire-parts !

Laisser un commentaire