Proposer un article

Août au jardin

Écrit par le 8/08/2011 et modifié le 29/07/2016 - Jardinage - 1 commentaire »

Pour les chanceuses qui ont un jardin, un balcon ou une terrasse, voici les travaux de jardinage à ne pas oublier d’effectuer en août.

 

gardening tools

 

 

On récolte

 
C’est le moment de se faire plaisir en récoltant les courgettes, tomates, haricots, oignons, radis, choux, épinards, l’ail (quand les feuilles sont jaunes), les pommes de terre (on laisse sécher les pommes de terre sur place avant de les stocker), et aussi les figues, oranges, poires, prunes, framboises, pommes, abricots, pêches, brugnons…

On part à la cueillette des mûres sauvages. Délicieuses telles quelles, en tarte et confitures (on ajoute quelques fruits pas trop mûrs, riches en pectine, qui faciliteront la prise de la confiture).

On cueille les fruits bien mûrs et on les consomme rapidement. On entrepose plutôt les fruits sains, afin d’éviter toute contamination entre les fruits et donc de mieux les conserver.
 

On entretient

 
Enlever les fleurs fanées au fur et à mesure sur les plants permet aux autres fleurs de mieux s’épanouir. On pense à le faire, par exemple, sur les rosiers.

Pour faciliter la maturation des fruits, on enlève les feuilles qui les cachent du soleil (melons, tomates, potirons…). On peut envelopper aussi les beaux fruits dans des sacs en papier afin de les protéger contre les insectes.

On place une tuile ou une petite planche en bois sous les potirons pour les isoler du sol et éviter qu’ils ne pourrissent.

On place des tuteurs pour soutenir les fleurs fragiles –cosmos, roses trémières…).

C’est le moment de traiter contre les pucerons (et les fourmis qui les élèvent !) et les maladies (oïdium, rouille, tâches noires…). On peut placer, de manière préventive, de la ciboulette au pied des tomates, elle protège contre l’oïdium. Contre les limaces, on peut disposer autour des plantations du sable, ce qui les empêchera de passer. Pour les éliminer, on dispose de la bière dans des récipients (des couvercles de pots à confiture par exemple), elles en raffolent et la bière les élimine.
 

Une recette écologique anti-pucerons efficace

Broyez 100 g d’ail, faites macérer pendant 12h dans 2 cuillères à soupe d’huile (n’importe quelle huile convient).

Filtrez en ajoutant 1 litre d’eau (de pluie de préférence), attendez 1 semaine.

Diluez à 5% et pulvérisez.

 

Côté arrosage

 
On arrose plutôt le soir.

On réduit l’arrosage des rhododendrons et des azalées pour favoriser les boutons qui donneront des fleurs l’année prochaine.

Lorsqu’on part en vacances, on place les pots à l’ombre et on recouvrer les pieds d’une épaisse couche de tourbe, qui maintiendra la terre humide plus longtemps. On dispose des bouteilles en plastique (de n’importe quelle taille, on adapte la taille aux pots pour les plantes en pots) remplies d’eau retournées au pied des plantations, le goulot enfoncé dans la terre. L’arrosage se fait ensuite au fur et à mesure que la terre sèche et donc des besoins des plantes.
 

On entretient le compost

 
On retourne le compost régulièrement et on et on l’arrose si nécessaire. Pensez à récupérer l‘eau que vous avez utilisée pour laver vos fruits et légumes, et vous pouvez aussi disposer des bacs dans votre jardin afin de récupérer l‘eau de pluie qui vous servira pour l’arrosage.
 

On sème et on bouture

 
Août est la période idéale pour semer les légumes d’hiver : carottes, radis, navets, laitues. Et aussi bettes, betteraves, chicorée, épinards, persil, poireau, fenouils, choux de Bruxelles… On sème aussi la mâche (en lignes espacées de 20cm).

On récupère les graines des fleurs séchées fin août (œillets d’inde, soucis, roses trémières, lupins…). Pour conserver les graines, on commence par les faire sécher, puis on les met dans des petits sachets en papier (qui absorbera l’humidité) sur lesquels on a noté le nom des graines et la date de récolte.

On bouture… presque tout. En cette saison, tout prend ou presque. On n’hésite pas à se lancer. On coupe un rameau sans fleurs de la plante qu’on veut bouturer, de 10cm environ. On supprime les feuilles inférieures, on coupe en deux les feuilles supérieures restantes si elles ont grandes. On trempe le bout du rameau dans de l’hormone de bouturage sur 2cm. On secoue un peu la tige pour ôter l’excédent d’hormone de bouturage. On plante le rameau dans un petit pot rempli de terre, on arrose. On regarde pousser ! Certaines plantes peuvent se bouturer dans l’eau : on laisse les rameaux coupés pendant 15 jours dans de l’eau jusqu’à ce qu’elles commencent à faire des racines, puis on les plante dans la terre.
 
 

(Photo © Elenathewise – Fotolia.com. Logo Eco: Nataly Sogne pour So What?.)

Quelque chose à ajouter ?

  1. Danielle - 12 août 2011 à 19 h 14 min

    Article très coloré, belles photos
    De bonnes “astuces” qui respectent notre amie la terre

Laisser un commentaire