Proposer un article

Bérénice 34-44 – Isabelle Stibbe

Écrit par le 22/01/2015 et modifié le 14/11/2018 - Livres - 0 commentaire

Bérénice n’a qu’un rêve, depuis toute jeune, devenir actrice et passer par le Conservatoire. Ses parents, juifs, trouvent que ce n’est pas un métier pour elle. Elle devra donc affronter sa famille pour réaliser son rêve. Bérénice deviendra une actrice de talent, rapidement célèbre. Mais la montée de l’antisémitisme, l’Occupation, et aussi ses amours, ses amitiés, les rivalités et la politique au sein de la Comédie-Française bousculeront sa vie…

 

Résumé

Bérénice n’a qu’un rêve, depuis toute jeune, devenir actrice et passer par le Conservatoire. Ses parents, juifs, trouvent que ce n’est pas un métier pour elle. Elle devra donc affronter sa famille pour réaliser son rêve. Jouer la comédie est sa raison d’être, c’est ce qu’elle doit faire. Bérénice deviendra une actrice de talent, rapidement célèbre. Mais la montée de l’antisémitisme, l’Occupation, et aussi ses amours, ses amitiés, les rivalités et la politique au sein de la Comédie-Française bousculeront sa vie. Dénoncée de manière anonyme, Bérénice connaîtra le pire…

Bérénice 34-44
Isabelle Stibbe
Éditions : Le Livre de Poche
Parution : 3 novembre 2014
7,10€

Auteure

Isabelle Stibbe : née à Paris en 1974, elle a d’abord exercé dans le droit international, avant de devenir responsable des publications à la Comédie-Française puis au Grand Palais, et critique d’opéra. Elle est aujourd’hui secrétaire générale de l’Athénée Théâtre Louis-Jouvet, et enseigne à l’Institut d’études théâtrales de l’Université Paris-III.

Bérénice 34-44 est son 1er roman, plusieurs fois récompensé.

Notre avis

Un roman magnifique, empli d’émotions, qui nous plonge dans un monde, celui du théâtre pendant l’Occupation, qu’on connaît peu ou pas (que je ne connaissais pas, en tous cas). On vit la passion dévorante de Bérénice, petite fille, puis jeune femme. On rencontre les personnes qui ont fait le théâtre de cette époque, on vit dans le Paris des années 30, et on adore.

Une autre manière de ne pas oublier et de découvrir un morceau de vie de nos grands-parents pendant la Seconde guerre mondiale. « L’Histoire est trop grande pour moi, je ne suis pas de taille. » écrit son mari à Bérénice, et je trouve que cette phrase décrit très bien ce récit. Une page de l’Histoire vécue par une jeune actrice dévorée par sa passion pour son art, son métier, qui s’est battue avec ses armes, à répondu à son Histoire contemporaine comme elle a pu.

Avec une mention (l’un des amis de Bérénice est avocat) de la responsabilité civile des articles 1382 et 1384 du Code civil et une jurisprudence sur le rôle passif de la chose et la responsabilité du gardien de la chose qui fera sourire les juristes ou étudiants en droit et leur rappellera des souvenirs de fac de droit (ce n’est pas tous les jours qu’on rencontre ces notions dans un roman…).

Le style avec des phrases parfois très longues peut surprendre au début, mais rythment le récit. On est happé par cette histoire, on vit la passion de Bérénice avec elle, on pleure lorsqu’elle fait face à son père, à sa mère, à toutes les difficiles décisions qu’elle doit prendre pendant l’Occupation. On sait où le récit va nous mener mais on ose tout de même espérer…

Un roman magnifique !

Laisser un commentaire