Proposer un article

Butcher’s Crossing – John Williams

Écrit par le 6/04/2018 et modifié le 18/04/2018 - Livres - 0 commentaire

Le jeune William Andrews décide de quitter Harvard afin de rejoindre l’Ouest sauvage à la recherche d’un sens à sa vie. Il se rend à Butcher’s Crossing, dans le Kansas, et part avec une petite équipe de chasseurs à la recherche d’un des derniers gigantesques troupeaux de bisons. Avant d’être surpris par l’hiver…

 

Résumé

Le jeune William Andrews décide de quitter Harvard où il poursuit ses études afin de rejoindre l’Ouest sauvage à la recherche d’un sens à sa vie. Il se rend à Butcher’s Crossing, dans le Kansas, et rencontre un chasseur qui sait où trouver l’un des derniers gigantesques troupeaux de bisons, dans les montagnes isolées du Colorado. Andrews part avec le chasseur et leur petite équipe de 4 aventuriers entame sa difficile quête. Avant d’être surprise par l’hiver…

Butcher’s Crossing
John Williams
Éditions 10/18
Paru le 1er mars 2018
336 pages
7,80 €

Auteur

John Williams (1922-1994) est un auteur et poète américain, originaire du Texas. Il a écrit 3 romans : Butcher’s Crossing (1960), Stoner (1965) et Augustus (1972). Son œuvre a été un peu oubliée dans les années 90 puis redécouverte dans les années 2000 grâce à la New York Review of Books.

Notre avis

Le lecteur suit William Andrews depuis son arrivée en diligence à Butcher’s Crossing. Andrews est jeune, se cherche et semble avoir soif d’une belle aventure dans le grand Ouest américain. Il rejoint une petite équipe de chasseurs et les 4 hommes décident de partir à l’aventure, suivant la folle conviction de l’un d’entre eux, Miller, qui sait où trouver l’un des derniers énormes troupeaux de bisons, dont ils espèrent bien revendre les peaux ensuite afin de gagner une belle somme d’argent.

On a hâte de découvrir l’Ouest sauvage américain en suivant Andrews – confortablement installé dans son fauteuil toutefois. L’écriture et les descriptions très réalistes de l’auteur nous plongent dans ce monde que l’on ne connaît pas (que je ne connais pas, en tous cas). On voit les magnifiques paysages défiler devant nous, on a l’impression de ressentir les éléments – plus ou moins cléments.

Il semble qu’Andrews ne sache pas trop pourquoi il se lance dans cette aventure, et ce n’est pas très rassurant. Le lecteur ressent cette incertitude, et découvre tout – les paysages, les chasseurs, les bisons, la chasse, la vie en pleine nature… – avec le héros. Ses compagnons de voyage ne sont, eux, pas des débutants, ils ont un petit côté dangereux peut-être, ou blasé, ou dur voire sauvage. Le lecteur s’enfonce ainsi dans la montagne, vit avec les 4 hommes qui inévitablement connaissent des tensions dans leurs relations pendant cette épopée. La tension dramatique est accentuée par les tensions, palpables, qui règnent au sein du groupe. Un huis-clos mais dans l’immensité des montagnes et plaines du grand Ouest. Et le lecteur chasse avec eux, puis tente de survivre avec eux lorsqu’ils se trouvent piégés par l’hiver. Les éléments, les 4 hommes qui doivent cohabiter et leurs fortes personnalités, l’excitation de la chasse, les éléments qui se déchaînent, les animaux… Un drame se prépare…

Le récit contient parfois quelques longueurs dans des descriptions, mais qui sont rapidement suivies par des moment de suspens haletant pour nous offrir un joli roman d’aventure. Et un final est dur, inattendu (pour ma part).

J’aime aussi beaucoup la couverture.

On ferme ce livre avec une certaine nostalgie et l’impression d’avoir vécu une grande aventure (par procuration).

À lire !

Laisser un commentaire