Proposer un article

Cinquante nuisances d’Earl Grey – Fanny Merkin

Écrit par le 19/02/2015 et modifié le 1/09/2015 - Livres, Sexe, Thème du mois - 0 commentaire

 
cinquante nuisances d earl grey

Anna Steal, étudiante naïve et très jolie, rencontre le très riche, beau, mystérieux et plus âgé qu’elle Earl Grey, PDG de Earl Grey Corporation. Devinez la suite ?

Cinquante nuisances d’Earl Grey
Fanny Merkin
Éditions Milady, collection Romantica
Parution : 23 janvier 2015
224 pages
9,90€

 
Fanny Merkin est le pseudo de Andrew Shaffer. Il est né dans l’Iowa aux États-Unis. Il a été publié dans plusieurs revues. Il rédige des critiques de romans sentimentaux, érotiques et féminins pour le RT Book Riviews, et tient une colonne dans le Huffington Post. Il est aussi l’auteur de plusieurs livres, dont Great Philosophers Who Failed at Love et How to Survive a Sharknado. Il vit à Lexington dans le Kentucky.

Son site officiel : www.andrewshaffer.com.

 
Une parodie de Cinquante nuances de Grey, drôle. On lit en fait ce qui est entre les lignes dans le roman original : une histoire d’amour ridicule, des personnages insipides, idiots, une aventure pas crédible. Mais là, c’est au second degré, et ça nous fait rire.

Par exemple, Anna sort de sa « province » et se trouve très, très impressionnée par Seattle, où elle se rend afin d’interviewer, pour remplacer sa colocataire, Earl Grey, PDG d’Earl Grey Corporation. A Seatle l’architecture la fascine… car elle vit vit à Portland où « les bâtiments sont plutôt en tourbe » et bien sûr « nous n’avons pas d’ascenseur dans l’Oregon ».

Ou encore, la “déesse intérieure” qui tourmente Anastasia Steele dans Cinquante nuances de Grey, devient la « pétasse intérieure » d’Anna, qui l’aide à prendre des décisions. Ou pas. A la réception de la société de Grey, Anna demande à l’hôtesse d’accueil (une sculpturale blonde) qui lui demande si elle a soif « du jus de viande » (c’est une blague, mais elle a quand même un verre de jus de viande).

Et bien sûr, Anna travaille dans une entreprise qu’Earl Grey achète (d’un sms) lorsqu’il veut lui parler et qu’elle ait une pause pour lui accorder du temps. Tout ça pour la conduire de son travail à un café, en hélicoptère (le café est dans la même rue, en face). Lorsqu’elle a un nouveau job, il possède déjà la boîte…

Avec aussi quelques allusions à des vampires (E.L. James, auteure de Cinquante nuances de Grey s’est inspirée de la trilogie Twilight pour rédiger ses romans).

La 1ère moitié du livre est hilarante. La seconde a quelques lenteurs, on prend l’habitude des blagues et des incohérences et il y a moins de surprise donc, et ça fonctionne moins bien. Dommage.

On aime tout de même, l’idée, l’humour, une parodie pas désagréable.

Laisser un commentaire