Proposer un article

Dans la paume du diable – Tome 1. L’Usine à rêves – Mathieu Mariolle, Kyko Duarte

Écrit par le 28/05/2014 et modifié le 4/07/2015 - Livres - 0 commentaire

 
Dans la paume du diable 1

Hollywood, 1946, William Lawford, agent du FBI, va tenter, sous couverture, de mettre fin aux activités de Bugsy Siegel, mafieux tout-puissant qui à Hollywood à ses pieds, ses stars, le milieu du cinéma tout entier, et la police locale corrompue. Lawford est le fils du célèbre acteur et réalisateur Peter Lawford et sa couverture est toute trouvée : il va produire un film!

Dans la paume du diable
Tome 1. L’Usine à rêves
Mathieu Mariolle, Kyko Duarte
Éditions Glénat
Collection : Hors Collection
Parution : 20 mars 2013
13,90€






Bouton-Commandez-100x30

pub

 
Mathieu Mariolle : il a travaillé dans le milieu du jeu vidéo avant de se consacrer entièrement à la bande-dessinée. Il a publié plusieurs séries dans différents genres.

Kyko Duarte : autodidacte, il a signé de nombreux dessins de presse avant de se lancer dans la bande-dessinée.

 
Le glamour, la mafia, les paillettes, une enquête, un agent du FBI beau-gosse, tous les ingrédients du polar hollywoodien sont réunis, on adore! Vous connaissez ma passion pour le milieu de la mafia (voir notre article Father – Vito Bruschini), alors en bande-dessinée, sur fond d’Amérique des années 50, forcément, je suis fan.

Les planches sont très jolies. On se faufile aisément dans le milieu du cinéma dans le Hollywood de 1946 avec William Lawford (beau-gosse, je répète), on en a pour notre compte : meurtres, sexe, violence, alcool, jeux, et cinéma quand même aussi. On croise Howard Hughes, Bugsy Siegel, Peter Lawford, notamment (qui ont vraiment existé). Pas de vulgarité (ça aurait pu, mais là, je ne vous en aurais même pas parlé), pas de multiplication inutile de scènes de sexe (il y a William Lawford presque tout nu, je vous l’ai dit ça?), juste de quoi nous immerger dans ce très chouette album. A lire et relire!

Le tome 2 terminera le diptyque et s’intitulera Les Mirages de Bugsy.

 
L’album nous fait rencontrer des personnages réels : Howard Hughes, Bugsy Siegel, Meyer Lansky, Peter Lawford.

Howard Hughes (1905 – 1976) : aviateur, constructeur aéronautique, homme d’affaires, producteur, réalisateur. Il est texan, a hérité de la fortune de son père. Très célèbre et très riche, il a établi des records mondiaux de vitesse en avion, acheté et développé la compagnie aérienne Trans World Airlines, produit des films à gros budget et controversés. Le film dont on voit l’affiche dans l’album : The Outlaw (en français : Le Banni) en fait partie. Il est aussi connu pour avoir été un homme a femmes et avoir eu des troubles psychologiques, paranoïa, phobie des microbes. Leonardo DiCaprio a emprunté ses traits dans le film Aviator de Martin Scorsese.

Bugsy Siegel (1906 – 1947) : né Benjamin Siegelbaum à New-York, mafieux américain, il fut envoyé en Californie par le Syndicat du crime afin d’y implanter l’organisation criminelle et d’échapper à un procureur qui le poursuivait. Violent et cruel avec ses ennemis et avec les femmes. Il s’est spécialisé à Hollywood dans le racket des stars et des studios de cinéma. Il s’est installé ensuite à Las Vegas et la construction de son casino Le Flamingo en 1946 marqua le début de la construction du Las Vegas d’aujourd’hui. Le Syndicat du crime investit dans le casino de Siegel mais la mauvaise gestion de son propriétaire lui faisait perdre de l’argent, le Syndicat décida de son assassinat et reprit le casino.

Meyer Lansky (1902 – 1983) : mafieux né dans l’Empire russe (actuelle Biélorussie), il a immigré aux États-Unis, à New-York, avec sa famille. Il devint le trésorier du Syndicat national du crime, aida Lucky Luciano a accroître son autorité sur le milieu mafieux new-yorkais et à devenir l’un des plus puissants chefs du crime organisé américain. Il a été l’ami et associé de Bugsy Siegel. Il a notamment prospéré dans le milieu des jeux d’argent, à collaboré avec l’armée américaine pour faire arrêter des espions allemands pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a aussi investit avec d’autres mafieux dans la construction du casino de Siegel Le Flamingo à Las Vegas. Il a ensuite donné son accord, après avoir plusieurs fois soutenu son ami, pour l’assassinat de Siegel à cause des pertes que le casino faisait subir aux investisseurs. Après la Conférence de La Havanne, une réunion d’importants parrains de la mafia, Lansky et le président cubain Fulgencio Batista, qui sont amis, ont conclu un accord : Lansky et la mafia contrôlent le jeu et les champs de course de La Havanne, et Batista retrouve le pouvoir. Lansky fuit Cuba juste après l’arrivée au pouvoir de Fidèle Castro pour les Bahamas. Il est ensuite retourné aux États-Unis où le FBI le suivait de près. En 1972 le BFI mit fin au règne de la mafia à Las Vegas. Lansky se lança ensuite dans le trafic de drogue. Il fut arrêté puis libéré sous caution en 1970, puis s’enfuit en Israël. L’Israël refusa de l’accueillir et Lansky dut retourner en Floride, où il fut arrêté à nouveau mais relaxé, à cause du manque de crédibilité d’un témoin. Il décéda d’un cancer à Miami. Il n’a jamais impliqué ses 3 enfants dans ses affaires criminelles.

Peter Lawford (1923 – 1984) : acteur et producteur. Né à Londtres, il a vécu aux États-Unis. Il était marié avec Patricia Kennedy (la sœur de John F. Kennedy), ils ont eut 4 enfants : Christopher, Sydney, Victoria, Robin (non, pas de William, le héros de la bande-dessinée!).

* * * * *

On voit aussi dans l’album une affiche du film Le Banni (titre original The Outlaw), western de Howard Hughes de 1943. L’histoire : 2 amis voient leur relation mise à rude épreuve lorsque Billy the Kid vole le cheval de l’un d’eux. Les 3 protagonistes se pourchassent, se lient, tentent de s’entretuer.

* * * * *

Je vous ai parlé du roman de Vito Bruschini Father, et bien certains personnages du roman et de l’album se sont rencontrés dans la vraie vie, Bugsy Siegel et Lucky Luciano, mafieux sicilien, à New-York.

* * * * *

Hollywoodland : on remarque dans l’album que sur le célèbre panneau en lettres capitales de Hollywood est inscrit “Hollywoodland”. Ce panneau était à l’origine un panneau publicitaire marquant la construction d’un nouveau programme immobilier et ne devait rester en place que provisoirement. Le projet fut abandonné et les lettres ne furent plus entretenues à partir de 1939. En 1949 la Chambre de commerce retira les dernières lettres “land” et entretinrent à nouveau la construction. En 1973 le panneau “Hollywood” fut classé monument historique culturel de Los Angeles. En 1978 les lettres furent remplacées grâce aux dons généreux de stars du rock comme Alice Cooper, ou d’entrepreneurs comme Hugh Hefner (créateur de Playboy). De nouveaux dons furent nécessaires en 2008 pour sauver le panneau, notamment de Steven Spielberg, Tom Hanks, Aileen Getty, Hugh Hefner à nouveau (en plus de ceux de l’état de Californie et des autorités locales). En 2012 le panneau fut entièrement rénové par une entreprise qui s’est ainsi offert une excellente publicité! Un système d’alarme et une surveillance nuit et jour protègent le site et les panneaux.

Laisser un commentaire