Proposer un article

Frileuse comme…

Écrit par le 4/01/2015 et modifié le 5/01/2015 - Psycho, Thème du mois - 0 commentaire

… ma grand-mère en fait ! Pas très sexy tout ça, j’en conviens. Mais c’est un fait : je suis frileuse. Et de plus en plus.

 

Frileuse comme...

 

Je me souviens avec nostalgie de mes années lycée lorsque je me baladais, en plein hiver, avec un mini manteau même pas en laine – mais joli, du moins à l’époque – et autres jupes-pas-super-longues-et-encore-moins-chaudes, avec des chaussures-trop-belles-trop-douloureuses-en-synthétique-mais-je-ne-me-plaignais-pas. Et bien cette époque est bel et bien révolue. Aujourd’hui c’est multi-couches coton + laine + cuir pour les chaussures. Sinon j’ai froid. Le petit top thermoactif qu’on enfile sous ses jolis hauts pour tenir chaud. Pas sexy ? J’en ai. Les énormes chaussettes en laine hautes. Pas sexy ? J’en ai. Les grands collants en laine sous les pantalons ? Pas sexy non plus ? J’en ai aussi.

Bref, quand on a froid, on ce compte pas. Les vêtements chauds et pas nécessairement saillants qu’on enfile pour affronter les 10°C de l’extérieur. Oui, parce que la femme frileuse a froid en-dessous de 10°C, c’est le seuil de tolérance. On la reconnaît de loin : une boule, généralement colorée, toujours dans des tons assortis tout de même, amas de laine, de plumes (la doudoune) et cuir. Dis comme ça…

Il n’y a pas que lorsque je sors que je suis frileuse, je sévis aussi à la maison. Les nuisettes en satin et dentelle courtes sexy, c’est seulement d’avril à septembre. Et d’octobre à mars? Vous êtes prêts à rêver ? Le pyjama de pilou 3 pièces + chaussettes + chaussons + plaids (oui, au pluriel « plaid »). Ça demande une certaine organisation. Il faut, tout d’abord, disposer d’un certain nombre de pyjamas de pilou, et comme on n’a pas non plus envie de définitivement se passer de galipettes pendant les 6 mois les plus frais de l’année, on fait un minimum d’efforts pour ressembler à quelque chose, à une femme en fait (plutôt qu’à une boule de pilou). On y met donc de la couleur, dans nos pyjamas de pilou. Oui, c’est tout. Voire un string. Mais sous la culotte en laine, le pantalon de pyjama en pilou et au-dessus de 2 paires de chaussettes en laine, il faut bien le chercher, le string…

Sans oublier les batailles nocturnes pour piquer la couette et la couverture (et la 2ème couverture au cas où, parfois même aussi), les répétitifs « j’ai froid, pas toi ? » quotidiens (oui, parce qu’en plus, ça nous fait ronchonner, d’être frileuses), les furieuses envies de soupes, raclettes, tisanes (un trio gastronomique glamour), les excuses pour préférer les activités intérieures (d’octobre à mars, je vous rappelle)… Avec cet avantage, tout de même, que le sexe fait partie de ces activités d’intérieur qui réchauffent. Mais sous la couette juste…

Sur ce, très bon hiver (frais) à toutes! ^^

(Illustration : © kamenuka – Fotolia.com)

Laisser un commentaire