Proposer un article

Haut-Royaume – 1. Le Chevalier – Pierre Pevel

Écrit par le 24/04/2015 et modifié le 4/07/2015 - Livres - 0 commentaire

 
Haut-Royaume - 1
 
1547, Lorn Askariàn est emprisonné à Dalroth depuis 3 ans, pour un crime qu’il n’a pas commis. A Dalroth les prisonniers meurent ou deviennent fous, l’Obscure anéantissant tout espoir et toute humanité. Le Haut-Roi Erklant II s’est enfermé dans la Citadelle, fou ou malade, ou les 2. Son Haut-Royaume se sent abandonné, la reine mène sa cour et fait uniquement ce qui lui plaît, la paix est menacée. Lorn est alors libéré de Dalroth, et fait Premier Chevalier par le Haut-Roi qui lui confie une mission. Lorn est toujours hanté par l’Obscure, et il poursuit, en outre, son désir de vengeance personnelle pour avoir été trahi et injustement envoyé à Dalroth.
 

Haut-Royaume – 1. Le Chevalier
Pierre Pevel
Éditions Milady
Paru le 20 mars 2015
576 pages
8,20€

 
Pierre Pevel : né en 1968, auteur français, il a obtenu plusieurs prix pour ses romans fantastiques, le Grand Prix de l’Imaginaire en 2002, le prix Imaginales en 2005 et le David Gemmell Mornongstar Award en 2010.

 
Haut-Royaume est le tout 1er roman fantastique que je lis (Harry Potter, ça compte?). J’avoue ne jamais avoir été attirée par ce genre littéraire. Et je n’ai vraiment pas été déçue, ce roman est captivant, on ne s’ennuie pas, on voyage.

De la testostérone, des combats, des luttes de pouvoir, des trahisons, des amitiés, des héros, un monde imaginaire. Tous les ingrédients d’un très bon roman.

On suit le cheminement de l’aventure de Lorn Askariàn, de sa sortie de Dalroth au combat final qu’il doit mener au nom du Haut-Royaume contre l’Yrgaärd, un royaume ennemi. Avec ses doutes, sa colère, son désir de vengeance, son indifférence, et sa loyauté, son héroïsme. Le récit suit de la 1ère à la 4ème partie les étapes de la quête de Lorn : il est libéré de Dalroth et doit s’adapter à une nouvelle vie, aux prises avec l’Obscure, Lorn est perdu, en colère, indifférent au sort de son entourage ; puis il rencontre le Haut-Roi qui lui confie un titre et une mission, mission qu’il prépare, et enfin qu’il accomplit avant une épique bataille finale. La 1ère partie est plus sombre, les suivantes sont (de plus en plus) pleines d’espoir, de conquêtes, de plus ou moins grandes victoires…

Si on adore ce roman même sans être fan du genre fantastique, c’est parce que les créatures imaginaires ne sont pas trop nombreuses ni trop présentes, pas besoin d’être une inconditionnelle du genre donc pour plonger dans Haut-Royaume. Les divinités sont des dragons, toute l’histoire des royaumes est disséminée au fur et à mesure que le récit avance.

On évite l’écueil des histoires sentimentales à l’eau de rose trop faciles (pourtant, l’auteur aurait pu en caser), et c’est tant mieux.

Les personnages ont tous des forces et des faiblesses, et ne sont pas caricaturaux (le méchant n’est que méchant, le très méchant aussi, mais il en faut).

Un final au suspens insoutenable et avec des surprises pour un joli feu d’artifice vers lequel tout le roman nous a conduit. On attend impatiemment le 2ème tome.

Bref, on adore, à lire.

Laisser un commentaire