Proposer un article

Histoire de Blondine – Comtesse de Ségur

Écrit par le 15/04/2018 et modifié le 10/05/2018 - Livres - 0 commentaire

Blondine est une jeune princesse heureuse. Mais lorsqu’elle a 6 ans sa mère décède. Son père doit ensuite se remarier. La belle-mère de Blondine s’avère être cruelle et lui joue un mauvais tour. Blondine se retrouve perdue dans la forêt enchantée…

 

Résumé

Blondine est une jeune princesse heureuse. Mais lorsqu’elle a 6 ans sa mère décède. Son père doit ensuite se remarier. La belle-mère et la demi-sœur de Blondine sont mesquines avec elle. La 1ère joue un mauvais tour à Blondine qui se retrouve perdue dans la forêt enchantée. Elle devra alors affronter 1 000 dangers et épreuves dans l’espoir de retrouver un jour son père…

Histoire de Blondine
Comtesse de Ségur
Éditions Folio
Collection Folio + collège
Paru le 8 mars 2018
144 pages
2,90€

Auteure

Sophie Rostopchine1, comtesse de Ségur (1799 – 1874) est une femme de lettres française d’origine russe. Elle maîtrise 5 langues. Elle vient vivre à Paris avec sa famille lorsqu’elle a 19 ans. Elle épouse Eugène de Ségur (1798-1869) et ils ont ensemble 8 enfants. Elle commence à écrire tardivement son 1er recueil : Nouveaux Contes de fées (1855). La comtesse de Ségur a dédié ses livres à ses petits-enfants pour qui elle les écrit. L’éditeur Louis Hachette créé la collection de la Bibliothèque rose et y publie tous les écrits de la comtesse de Ségur, notamment : Les Malheurs de Sophie (1858), Les Petites Filles modèles (1858), Pauvre Blaise (1861), Les Deux Nigauds (1863), Un bon petit diable (1865), Jean qui grogne et Jean qui rit (1865), La Fortune de Gaspard (1966).

Notre avis

Histoire de Blondine est un conte pour enfants. Je ne l’avais jamais lu, et, aujourd’hui adulte, je l’ai trouvé agréable (et très rapide) à lire.

On suit les aventures de Blondine, et on entre dans un monde merveilleux : les animaux parlent, la magie existe, on croise des fées, des personnages mystérieux… Une aventure avec même du suspens (que va-t-il encore arriver à Blondine ?).

Ce qui gêne le lecteur contemporain c’est la très grande influence du christianisme et de l’époque à laquelle le conte a été écrit (fin XIXème siècle) : on trouve l’idée très présente de l’obéissance qui mène à une récompense alors que la désobéissance induit une punition puis mène au repentir et au pardon (la comtesse de Ségur était convertie au catholicisme et très croyante). Ainsi Blondine n’a, pour ainsi dire, aucune liberté dans ses actions, elle n’a jamais le droit de savoir pourquoi elle doit agir de telle ou telle manière et est priée de se contenter d’obéir scrupuleusement à touts les injonctions (parfois étranges, puisqu’elle se trouve dans une forêt enchantée) qu’on lui assène. Autre chose qui nous dérange de nos jours : la place de la femme, bien sûr. Blondine est une fille qui reçoit une éducation et l’instruction nécessaires pour… se marier ! Ce qui est sa seule ambition (après avoir retrouvé son père). Blondine mène toutefois toutes ses aventures de front et réussit à franchir tous les obstacles qui surgissent devant elle. Un peu féministe Blondine ?

Ces thèmes (obéissance, place de la femme) permettent de réfléchir à la vie à l’époque de l’écriture du conte, à son contexte et aux évolutions qui ont depuis modifié la société. Et donne envie d’en discuter…

Le style est fluide, très facile à lire, adressé aux enfants mais pas désagréable à lire en tant qu’adulte. Le conte finit bien (il s’adresse aux enfants) et c’est ce que l’on attend pendant toute la lecture : une fin heureuse !

Le dossier qui suit le conte est intéressant et concerne le contexte, l’auteure… On apprécie de le lire aussi afin de remettre en place nos connaissances (voire en acquérir de nouvelles).

Un classique, à lire !

Laisser un commentaire