Proposer un article

#JeSuisCharlie

Écrit par le 8/01/2015 et modifié le 8/11/2016 - Mes droits - 0 commentaire

Je suis Charlie

Je ne sais par où commencer pour démêler mes émotions : colère, tristesse, peur, incompréhension, voire incrédulité, à nouveau colère, envie de pleurer, si ce n’est fait.

Est-ce que ce que j’ai à dire ne l’a pas déjà été ? Ce qui ne va pas m’empêcher de le redire… A ma manière… On est triste, on est touché, on est en colère, et on va se battre encore plus fort pour notre liberté d’expression. Nos dessins et toutes nos phrases ne sont-ils pas la moindre des choses que nous puissions faire pour soutenir la Rédaction de Charlie Hebdo qui a subi une attaque terroriste meurtrière, barbare et ô combien injuste, hier matin ?

Sans compter toutes nos pensées, qui accompagnent la Rédaction, les proches des victimes. Impossible pour ma part de décoller mon regard des réseau sociaux qui montrent l’énorme élan de solidarité d’un peu tout le monde un peu partout dans le monde.

Utilisons donc nos armes à nous : nos crayons, nos stylos même s’il le faut !

Il ne nous faudra surtout jamais oublier cet attentat contre un journal représentatif de nos valeurs les plus chères, la liberté d’expression en premier.

Surtout, on doit aider : aider la Rédaction de Charlie Hebdo, par nos messages, nos rassemblements, nos dessins (et en allant acheter le prochain numéro du journal mercredi, qui sera imprimé à 1 million d’exemplaires), aider la liberté d’expression à gagner ce combat, en ne se taisant surtout pas, aider la France à rester un pays solidaire, pluriculturel, tolérant.

Cet élan de solidarité et d’émotion ne nous démontre-t-il pas que nous sommes ce pays ? N’en déplaise aux terroristes, n’en déplaise aux xénophobes, aux intolérants, aux extrémistes de tous bords.

Hâte d’entendre que les terroristes ont été arrêtés, hâte de voir la justice appliquée.

Ah, oui, voici une autre de nos armes : la justice.

Rien n’est acquis, ça doit être la morale à tirer de cette histoire : notre liberté d’expression, nous devons la protéger, encore. Et nous le ferons.

Le mieux que l’on puisse faire est alors d’apprendre, de discuter, d’enseigner, à nos enfants, nos élèves, nos lectrices, nos lecteurs, nos amis, nos parents, nos collègues, nos concitoyens, la liberté, la tolérance, et le dessin, tiens, même !

Il s’agissait de dessins…

Enfin, voilà, toutes mes pensées et celles des membres de la Rédaction de So What ? vont aux victimes de l’attentat de Paris du 7 janvier 2015 au journal Charlie Hebdo et à leurs proches.

Laisser un commentaire