Proposer un article

Joueur du Grenier – 4. Ma jeunesse sportive

Écrit par le 8/09/2015 et modifié le 9/09/2015 - Livres - 0 commentaire

 
Joueur du Grenier vol.4 - Ma jeunesse sportive

Au même titre que juin (éventuellement juillet) et décembre, le mois de septembre se veut particulièrement impitoyable pour le porte-monnaie de nos chers parents. Allez donc leur demander de réserver une partie de leur budget de la rentrée (déjà pas forcément conséquent) à un achat loisir, il est bien possible qu’ils vous envoient balader si vous n’avez pas encore atteint le huitième de siècle ni l’âge de voir des doubles sens partout. Parce que oui, puisque vous avez déjà compris que l’on va ici critiquer la quatrième BD du Joueur du Grenier parue quasiment un an jour pour jour après le tome 3, certifions-le une fois encore sans plus attendre : le public visé reste a priori jeune et ce nouveau volume ne rompra pas la tradition voulant que les pérégrinations toutes plates du jeune Grenier ne jouent pas dans la même ligue que les productions vidéo de sa version adulte.

Joueur du Grenier – 4. Ma jeunesse sportive
Piratesourcil et Frederic Molas
Editions Hugo BD
Disponible en librairies depuis le 3 septembre 2015
48 pages
10,45€

 
Ma jeunesse sportive (toujours illustré par Piratesourcil et conjointement écrit par Frédéric Molas et Piratesourcil) est-il toutefois un choix pertinent pour l’audience qu’il espère conquérir, soit un lectorat moyennement exigeant ? Ce tome centré mais pas trop sur les activités sportives (vous auriez parié, vous auriez gagné) de Chibi Grenier conserve les forces (humour léger et sympathique) et les faiblesses (chutes peu convaincantes) des précédents, et ses pages se dévorent tout aussi rapidement que celles des trois premiers volumes. Mention spéciale à une double page bigrement bien réalisée mais qui se conclut dans un sentiment proche de la consternation. Soyons honnêtes (et pour être franc, c’est le cas depuis le début de cette critique), ce nouveau volume ne fera pas tâche dans la collection et il mérite par conséquent tout autant votre attention que les ouvrages passés, si tant est bien entendu que ces derniers vous aient enchantés, ou plus simplement amusés.

Laisser un commentaire