Proposer un article

Journal d’Adam, journal d’Eve – Mark Twain

Écrit par le 9/01/2012 et modifié le 12/01/2012 - Cultivée, Livres, Thème du mois - 1 commentaire »

Au début il y avait l’homme, et tout allait bien. Puis Dieu créa la femme, et c’est là que les ennuis commencèrent. A travers les journaux intimes des deux premiers humains à avoir foulé un monde tout neuf, Mark Twain nous donne un aperçu des aléas de la vie de couple et de la Création, sous les deux points de vue.

Mark Twain (1835-1910), de son vrai nom Samuel Langhorne Clemens, est un écrivain, essayiste et humoriste américain. Chercheur d’or, puis reporter, il n’hésite pas à se servir de son expérience hétéroclite pour l’écriture de ses romans. S’il écrit plutôt des récits mordants sur ses contemporains dans la première partie de sa vie, ses derniers écrits sont plutôt pessimistes. Il est notamment célèbre grâce à deux de ses romans : Les aventures de Tom Sawyer et Les aventures de Huckleberry Finn.

C’est ce livre que Bridget Jones et ses comparses auraient dû compulser au lieu de perdre leur temps à accumuler la lecture de manuels de survie pour couples en crise. Bien trop court (c’est si truculent qu’on en demande encore !), ce livre réussit cependant le pari audacieux de retranscrire toute la vie d’un couple, de la rencontre à leur dernier souffle, et ce sous les points de vue des deux parties. Difficile de résister à l’humour malicieux de l’auteur qui épingle sans pitié (mais jamais méchamment) les travers tant des hommes que des femmes. Certes, c’était un monde différent, un temps où n’existait pas la technologie et où l’homme ne vivait de rien d’autre que de la chasse et de la cueillette. Et pourtant, on se reconnait dans ces pages comme si on lisait notre propre histoire, à croire que l’homme et la femme sont construits sur le même modèle depuis toujours.

A lire seul ou en couple, pour ne pas oublier que certes, jamais nous ne penserons complètement de la même façon, et oui, la femme parle trop et l’homme peine à l’écouter. Et pourtant, c’est probablement tout ce qui fait la richesse de l’union.

Laisser un commentaire