Proposer un article

La chute des princes – Robert Goolrick

Écrit par le 12/02/2016 et modifié le 8/12/2017 - Livres - 0 commentaire

La vie de golden boy en 1980 était faite d’argent, beaucoup d’argent, de sexe, d’alcool, de drogues. Et aussi d’un sentiment de supériorité trop bien ancré. Mais cette vie n’est pas vouée à durer éternellement. Et notre héros est bien placé pour le savoir. Vient alors l’après.

 
La chute des princes – Robert Goolrick

Résumé

La vie de golden boy en 1980 était faite d’argent, beaucoup d’argent, de sexe, d’alcool, de drogues. Et aussi d’un sentiment de supériorité trop bien ancré. Mais cette vie n’est pas vouée à durer éternellement. Et notre héros est bien placé pour le savoir. Vient alors l’après.

La chute des princes
Robert Goolrick
Éditions 10/18
Paru le 7 janvier 2016
240 pages
6,60€

Auteur

Robert Goolrick : romancier. Son 1er roman Une femme simple et honnête a été n°1 dans la liste des best-sellers du Times. Il a reçu d’autres prix pour ses romans suivants. Il vit actuellement en Virignie, aux États-Unis.

Bibliographie :

La chute des princes, 2014
Arrive un vagabon, 2012
Féroces, 2010
Une femme simple et honnête, 2009

Notre avis

Le rythme commence à 200 à l’heure, on est presque essoufflé en lisant les 1ères pages. Comme si le narrateur était pressé d’entrer dans le vif du sujet. Puis le rythme décélère. Le narrateur a déjà vécu son heure de gloire, dans une vie antérieure, et il doit affronter l’après, l’après vie de golden boy qui pensait que le monde lui appartenait.

On suit son quotidien. Et on s’ennuie. Fermement. Je ne pensais vraiment pas m’ennuyer en lisant ce roman. Après plusieurs pages de description particulièrement richement détaillée de ses visites d’appartements, juste pour le plaisir, sachant qu’il n’a plus les moyens de s’offrir un bel appartement, on se demande où l’auteur veut en venir. On a des bribes de souvenirs dans n’importe quel ordre de la vie trépidante et scandaleuse de golden boy du narrateur, et on a sa profonde dépression, dans laquelle il semble avoir envie de nous entraîner. Mais nous, pas. Il passe aussi un certain nombre de pages à présenter des excuses. D’avoir oublié le nom d’une fille, de s’être cru meilleur que tout le monde. OK, il regrette sa vie d’avant, nous, de nous être intéressés à sa vie.

Vous l’avez compris, je n’ai pas aimé ce livre (et ça fait d’ailleurs un petit moment que je ne vous parle que de romans que je n’apprécie pas, alors si vous avez de bonnes idées de lectures, je prends. Vraiment.)

Laisser un commentaire