Proposer un article

La Pharmacienne – Esparbec, Igor et Boccère

Écrit par et le 23/07/2017 et modifié le 16/01/2019 - Livres, Sexe - 0 commentaire

Laura est pharmacienne, et, en privé, sexuellement soumise à son mari, Beau. Sa fille prodigue des fellations à tous ses camarades de classe. Et lorsque Ernest, un cousin de la famille, débarque, la situation dégénère rapidement…

 

Résumé

Laura est pharmacienne, et, en privé, sexuellement soumise à son mari, Beau. Sa fille, et belle-fille de Beau, veut rester vierge mais se fait surprendre par son beau-père en train de faire une fellation à un de ses camarades de classe. Ernest, un cousin de la famille, débarque. La situation dégénère rapidement entre les 4 protagonistes…

Adaptation du roman pornographique éponyme.

La Pharmacienne
Esparbec, Igor et Boccère
Éditions Dynamite
Paru le 22 juin 2017
64 pages
20€

Auteurs

Esparbec est romancier, il écrit des livres érotiques. Il est l’auteur du roman La Pharmacienne qui a été adapté dans cet album.

Igor et Boccère ne forment qu’une personne. Après des études aux Beaux-Arts d’Angoulême inachevées il se lance dans la publicité et fait quelques incursions dans l’édition pour adultes.

Notre avis

L’album ne manque pas de scènes de sexe. Mais les personnages sont inintéressants, même horripilants. Laura est stupide, sa fille encore plus. Les personnages masculins, Beau et Ernest sont ringards, stéréotypés, idiots. Il n’y a pas vraiment d’histoire. Donc pas de situations érotiques, pas de tension sexuelle qui monte. Juste des jolies femmes débiles qui s’envoient en l’air avec des hommes beaufs et sans intérêt.

L’idée du huis-clos est bonne – les personnages vivent leurs fantasmes sexuels dans les différentes pièces de la maison – mais n’est pas exploitée de manière très sexy ni très réaliste. La maison n’est pas jolie, le décor n’a pas d’intérêt et toutes les scènes pourraient aussi bien être dessinées sur un fond blanc, cela reviendrait au même. Les personnages étant inintéressants, leurs relations (sexuelles) dans ce huis-clos le sont aussi.

Si les fantasmes sont personnels, la scène de sexe finale avec la mère et la fille et les 2 hommes, est incestueuse, limite écœurante et donc loin d’être sexy. Cette même scène finale n’est pas très crédible, on a l’impression que les auteurs ont jeté leurs dernières idées dans n’importe quel sens sur les dernières planches.

On peut passer son chemin…

Laisser un commentaire