Proposer un article

La porcelaine revisitée – INDO, artiste plasticien.

Écrit par le 11/03/2013 et modifié le 19/06/2013 - Portraits - 4 commentaires »

Il est des œuvres lumineuses et majestueuses qu’on aimerait croiser plus souvent.
Des réalisations hors du commun, presque hors du temps, dont on voudrait pouvoir apprivoiser les formes et les contours.

INDO est un de ces artistes qui innove, anime et détourne la matière.


SICARIE, volumineuse sphère de vaisselle blanche de Limoges, toute en pureté et transparence, comme une invitation à un voyage onirique.
La magie opère lorsque le soir venu, une lumière diffuse s’échappe entre les interstices, et confère à l’ensemble une ambiance chaleureuse.

So What a eu la chance de recueillir les propos de cet artiste talentueux.

Mais qui êtes-vous, Charles Indaud ?

 

Pourquoi ce pseudo, INDO ? : C’est avant tout la forme phonétique de mon nom de famille, INDAUD.
Je voulais un pseudo court, facile à retenir de tous, en France comme à l’étranger.
Il a également une certaine consonance asiatique, moi même étant un grand amateur de la culture asiatique.
 Profession : Artiste plasticien. J’assemble porcelaine et acier pour donner vie à des objets sortis de mon imagination.
 Date de naissance (indiscret, non? Ça commence bien hein?) : 21 Août 1979
 Situation familiale : Fiancé – sans enfant
Signe particulier :  Un brin ‘écorché vif’

Pour vous connaître un peu mieux…

SO WHAT? : Quel est votre chanteur/chanteuse/groupe de musique préféré et pourquoi :
Charles Indaud : Claire Pelletier, chanteuse folklorique québécoise aux mélodies envoutantes, elle représente une partie de ma vie au Canada ; elle est à l’image de sa Belle Province, simple et authentique.

SO WHAT? :Quel est votre film préféré et pourquoi :
Charles Indaud : Les Westerns estampillés Sergio Leone avec Clint Eastwood en père fouettard, je suis éternel abonné à ce genre de films.

SO WHAT? :Votre livre préféré et pourquoi :
Charles Indaud : Tout ce qui touche à l’histoire de France et notre beau Patrimoine

Une petite manie/habitude :
Charles Indaud : Pour habitude chaque matin de parler, au réveil, à mon Paon ; il s’agit d’une conversation unilatérale malheureusement…

SO WHAT? : Guilty pleasure/petit plaisir (pas forcément sexuel hein?!) :
Charles Indaud : Les parties de pétanques estivales entre amis obligatoirement accompagnées de Berger Blanc.

A propos de votre profession/activité :

SO WHAT? : Comment vous est venue l’idée?
Charles Indaud : Je suis tombé en admiration des créations de Li Xiaofeng, confectionnant des habits traditionnels à base de porcelaine de Chine. Je m’en suis inspiré en utilisant une matière première purement française avec comme variante le fait que ce soit des luminaires.
                                                                                                            ©Li Xiaofeng

SO WHAT? : Avez-vous toujours voulu faire ce métier?
D’où vous est venu l’inspiration ?
Comment définiriez-vous vos créations ? (hou 3 questions en une, on est curieux chez SoWhat!)

Charles Indaud : Pour la 1ere fois de ma vie, je n’ai pas l’impression de faire un métier, le mot Liberté prend tout son sens.
J’ai toujours été un manuel. Tout petit, je bricolais beaucoup avec mon grand-père. Je pense que cela m’a prédisposé à créer, manipuler, casser et recommencer, faire des objets ‘tordus’ et originaux. Cela a germé en moi…
Je suis arrivé à une croisée des chemins où le métier du vitrail, rénovation de monuments et architecture m’attiraient… je suis parti dans l’Artistique pour suivre un Rêve.
L’inspiration, je la puise dans mes expériences de vie à l’étranger, la nature et le patrimoine français. De mes créations, je souhaite dégager une certaine ambivalence entre le côté pur, raisonnable et poli que confère la porcelaine et l’autre côté où je la met en valeur suivant la façon dont je la taille. Ainsi des angles aigus et pointus, des bords saillants, des lignes parfois agressives contrastent et mettent en valeur le coté dangereux et déraisonnable de certaines pièces. Le Bien et le Mal rassemblés.

SO WHAT?Expliquez-nous votre activité (à quoi ressemble une journée type).
Charles Indaud : Une journée dans mon atelier, c’est sélectionner et découper la porcelaine qui va donner vie à l’œuvre, réaliser les soudures pour fixer ces pièces et surtout éviter d’être trop raisonnable, il faut mettre à profit sa sensibilité et sa folie et l’insuffler dans chacune des pièces.

SO WHAT? : Combien de temps pour réaliser une de vos œuvres ?
Charles Indaud : Ma toute 1ère œuvre, SICARIE, représente 760h de travail. Globalement il faut compter entre 400 et 600h de travail pour une œuvre imposante.

SO WHAT? : 3 choses que vous aimez dans votre activité/profession
Charles Indaud : La Liberté avec un grand L,
laisser libre cours à sa créativité et sa folie,
et la fierté de matérialiser physiquement ce qui n’était qu’une chimère au départ

SO WHAT? : 3 choses que vous n’aimez pas dans votre activité/profession
Charles Indaud : Travailler l’hiver dans le froid dans un atelier entre 5 et 10°C, tout devient plus compliqué !

SO WHAT? : Les réactions les plus drôles ou marquantes quand vous parlez de votre profession ?
Charles Indaud :Une remarque cocasse lors du Shooting photo organisé au Château de Monbazillac : ‘C’est votre femme qui a cassé toute cette vaisselle ? Elle était énervée?’
L’un de mes premiers moments de ‘gloire’ fut lorsque des touristes Allemands à tour de rôle se sont photographiés à coté de ma 1ère création, joli moment.

SO WHAT? : Des projets par rapport à votre activité artistique?
Charles Indaud : Exposer à l’étranger ! ce serait ma consécration ultime, au Japon ou en Chine.
Je suis actuellement en relation avec la CCI Française de Tokyo au Japon pour étudier ensemble la possibilité d’une représentant sur place pouvant faire la promotion de mes œuvres… à suivre !
Mon autre défi serait également d’exposer mes créations chez de grands Chefs de la Gastronomie Française ayant des établissements à l’étranger ; Robuchon, Ducasse… Art et Gastronomie ont énormément de points communs.

SO WHAT? : Quelque chose à ajouter ?
Charles Indaud : Merci à vous pour cette interview, j’espère que les lecteurs auront pris plaisir à découvrir une partie de mon univers. Je souhaite le meilleur à SoWhat !

 

Si vous vivez en appartement, sans jardin pour exposer cette merveille, rassurez-vous … Charles a pensé à vous en imaginant des appliques murales et des plafonniers pour apporter un peu de la magie de SICARIE à la maison …


Pour découvrir ses créations : son site
sa page facebook.

N’hésitez pas à lui demander de créer une œuvre personnalisée : contact
Propos recueillis par Neigeline Bunet

 

Quelque chose à ajouter ?

  1. INDO - 19 mars 2013 à 17 h 05 min

    Un grand merci pr vos compliments

  2. INDO - 19 mars 2013 à 17 h 02 min

    Merci à vous! J’apprécie chaque compliment

  3. Marielle - 17 mars 2013 à 1 h 52 min

    Tout à fait génial et finement artistique

  4. Neva - 13 mars 2013 à 11 h 43 min

    Belle découverte !

Laisser un commentaire