Proposer un article

La Vallée des poupées – Jacqueline Susann

Écrit par le 29/07/2016 et modifié le 11/07/2017 - Livres - 0 commentaire

Anne Welles quitte Lawrenceville, en Nouvelle-Angleterre, et un avenir tout tracé qui lui font horreur : épouser son gentil fiancé qu’elle n’a pas vraiment choisi, vivre dans une jolie maison, avoir de nombreux enfants, devenir mère au foyer, s’intéresser au bridge et au jardinage. Anne veut vivre. Elle choisit de s’installer à New-York où elle arrive en septembre 1945.

 
la vallée des poupées
 

Résumé

Anne Welles quitte Lawrenceville, en Nouvelle-Angleterre, et un avenir tout tracé qui lui font horreur : épouser son gentil fiancé qu’elle n’a pas vraiment choisi, vivre dans une jolie maison, avoir de nombreux enfants, devenir mère au foyer, s’intéresser au bridge et au jardinage. Anne veut vivre. Elle ne sait pas encore comment, mais elle veut vivre sa vie. Elle choisit de s’installer à New-York où elle arrive en septembre 1945. Elle trouve un emploi de secrétaire dans un cabinet juridique qui s’est fait une spécialité des célébrités et un logement miteux, dans le même immeuble que Nelly. Nelly veut devenir une star, chanter, danser, elle ne s’imagine pas autrement qu’adulée. Elles croisent ensuite la route de Jennifer qui, elle, a déjà entamé sa carrière dans le monde du spectacle. Toutes les 3 vont devenir amies, et surtout vont devoir (sur)vivre. L’amour, l’amitié, la famille, l’argent, l’alcool, les pilules de toutes les couleurs (les « poupées ») pour dormir, maigrir, se réveiller, la célébrité, Hollywood, New-York… Elles vivent. Mais quelle vie ?

La Vallée des poupées
Jacqueline Susann
Éditions 10/18
Paru le 16 juin 2016
480 pages
8,80€

Auteure

Jacqueline Susann : auteure américaine, née en 1918 à Philadelphie et décédée en 1974 à New-York. Elle a été chroniqueuse de mode. Elle a épousé un producteur. La Vallée des poupées fut un best-seller qui a battu en 1966 tous les records de vente. Il a été adapté au cinéma en 1967 par Mark Robson.

Notre avis

La Vallée des poupées est de ces romans qui vous happent, vous tiennent éveillée tard dans la nuit, et vous marquent après qu’on les a refermés.

On adore tout d’abord le contexte, la vie new-yorkaise à partir des années 40 avec ses clubs, ses spectacles, sa vie grouillante. Les questionnements mêlés la furieuse envie de vivre de l’après-guerre. Et aussi l’attrait irrépressible exercé par les stars du moment, le cinéma, le show-business.

On s’attache ensuite aux 3 héroïnes que l’on suit pendant 20 ans. On désapprouve souvent leurs choix, on compatit, on les accompagne avec curiosité. On a même envie qu’elles réussissent, ou qu’elles s’en sortent ou juste qu’elles survivent. On aime ces 3 femmes féministes, à leur manière et à leur époque, qui veulent réussir leur vie par elles-mêmes, grâce à leur talent ou à leur corps… Chacune a une histoire et une enfance compliquées, qui les ont conduites ici, à New-York. Elles suivent des voies différentes, mais ont toutes les 3 un point commun : un incommensurable et irrépressible besoin d’être aimées. Qui finit par les consumer. On s’attache aussi à elles car elles sont jeunes et innocentes et leurs dérapages sont souvent, sinon excusables, du moins compréhensibles.

Le rythme s’accélère au fur et à mesure de la lecture, et participe de l’addiction que la lecture procure au lecteur. Et on termine les 200 dernières pages sans pouvoir s’arrêter. On commence par un chapitre par mois pour terminer avec un chapitre par année. Mais le récit ne s’en trouve pas moins tronqué ni trop rapide ni bâclé. Jacqueline Susann réussit à nous faire vivre les moments importants de la vie de nos 3 héroïnes et même à nous faire ressentir leurs émotions. Ou les nôtres. Le final est émouvant.

On aime aussi l’écriture de ce roman, efficace.

Un roman à dévorer ! Un joli coup de cœur de la Rédaction.

Laisser un commentaire