Proposer un article

L’amitié dans tous ses états

Écrit par le 20/09/2017 et modifié le 19/09/2017 - Psycho - 0 commentaire

Est-ce que l’amitié a changé de visage aujourd’hui avec l’utilisation des nouveaux moyens de communication ? Quelle place prend-elle dans nos vies ? Otez moi l’amour que j’ai pour mes amis, l’urgence dévorante qui me jette vers toute vie humaine, ce qu’elle a d’attirant et de mystérieux, et je ne serai plus qu’une fibre incolore à jeter au rebut écrit Virginia Woolf à son amie Ethel Smith, donnant un point de vue très passionné de la relation humaine et amicale, vitale, selon elle, puisque sans cette vibration, nous ne sommes plus rien.

 

Des liens amicaux

L’éloge de l’amitié, dont on parle pourtant moins que de l’amour, se déploie en termes de sentiment sacré, élevant l’homme au plus haut de ses potentialités.

Le philosophe Michel de Montaigne, dans son essai sur l’amitié, explore les liens qui l’unissaient à son ami Etienne de La Boétie, fondant sa définition sur son expérience vécue. La Boétie étant mort très jeune, c’est avec une grande nostalgie que Montaigne pensera toute sa vie à son ami. Selon Montaigne, ami et tyran sont des termes incompatibles : l’amitié ne peut exister qu’entre 2 êtres parfaitement égaux, où aucun ne domine l’autre.

Il existe 2 sortes de liens amicaux : les relations ordinaires, liées aux obligations et aux commodités, liens qui se font et se défont au gré des circonstances. On pourrait faire entrer dans cette catégorie les relations professionnelles, parfois intenses, mais qui pâlissent ou même n’ont aucune suite, en cas de changement, lorsque les rencontres n’ont plus lieu au quotidien.

Et l’amitié unique et fusionnelle, où les “âmes se mêlent et se confondent”. Pour Montaigne, la relation amicale n’est pas seulement rencontre de 2 êtres, mais elle est co-création d’un “nous”. Et au sein de cette entité nouvelle, de ce “nous”, chacun se transforme. La relation d’amitié entraîne chacun à vivre une expérience nouvelle où son moi vit quelque chose de neuf, qu’il ne connaissait pas auparavant, faisant de l’amitié un presque chemin initiatique, révélateur d’une partie de soi inconnue.

De plus, si l’on en juge par les couplets de la chanson de Georges Brassens célébrant l’amitié, celle-ci est indéfectible, synonyme de fidélité.

Au rendez vous des bons copains
Y avait pas souvent de lapin
Si l’un d’entre eux manquait à bord
C’est qu’il était mort

(Georges Brassens, Les copains d’abord)

Et éternelle : c’est pour la vie, même au-delà de la mort, et du temps humain, puisque :

Au grand jamais son trou dans l’eau n’se refermait
Cent ans après coquin de sort
Il manquait encore

L’amitié aujourd’hui

Ces mots sur l’amitié nous parlent tout autant aujourd’hui. En effet, l’amitié semble prendre beaucoup d’importance dans les vies de chacun, quel que soit l’âge. Les phases de vie amoureuse sont entrecoupées de phases de vie “en célibataire”. Une sphère demeure dans tous les cas : les amis. Toujours présent, le cercle d’amis reste proche en toutes circonstances…

L’amitié est donc décrite comme un sentiment puissant et durable, qui contient presque les ingrédients de la relation amoureuse : unicité, fusion, profondeur des liens, accroissement de l’être, complicité, plaisir à être ensemble, à échanger, à partager des moments, des activités. Les fêtes entre amis permettent de célébrer ce sentiment, en lui donnant une couleur de joie, d’exception.

L’amitié est en effet souvent accompagnée de rituels : on aime renouveler un plaisir, ensemble, repas, sorties, vacances, etc.

A l’heure des réseaux sociaux, le terme “ami” regroupe beaucoup d’acceptions. On est “ami sur Facebook” . Pour tout usager, il s’agit là d’une catégorie particulière d’amis : on ne se connait pas forcément réellement, parfois on se connait mais on ne se fréquente pas, ou plus. La précision apportée derrière le mot ami montre bien qu’il ne s’agit pas de la même amitié que celle de la “vraie vie”, et chacun en est bien conscient. Suivre les “actualités” de quelqu’un sur Facebook, voir des photos, des commentaires, des posts indiquant des opinions, des goûts, ne signifie pas connaître quelqu’un et l’apprécier pour ses qualités humaines.

Aussi, l’ami, le vrai, ne s’additionne pas en nombre dans une vie. Il est rare, précieux.

Peut-être a-t-on un seul ami dans sa vie. Ou 2. Ainsi, lorsque, interrogé sur son nombre d’amis, chacun réfléchit à ceux qu’il fait réellement entrer dans cette catégorie qu’est l’ami, le confident, celui avec qui on partage des préoccupations intimes, celui dont on ne se méfie pas, en qui on a toute confiance, ne trouve souvent qu’un tout petit nombre.

D’autres sont des amis aussi, même si c’est à un moindre degré : moins de confiance, moins de partage personnel. Des amis de groupe, plus que des amis intimes.

L’amitié commence tôt dans la vie. L’exemple de l’ami d’enfance ou d’adolescence avec qui on a partagé comme avec un frère ou une soeur, non loin de qui on a construit sa vie d’enfant, puis d’ado, est l’exemple de lien d’amitié qui perdure par delà les années. Parfois on s’éloigne, puis on se retrouve. Les réseaux sociaux permettent des retrouvailles d’anciens amis (les retrouvailles, autre rituel). Bien qu’ayant suivi des chemins différents, chacun conserve en lui la lumière des heures passées ensemble, le goût particulier des souvenirs d’enfance. C’est un socle, un terreau à jamais ensemencé, vibrant de joies et de partages, d’anecdotes, de rires, de plaisirs et aussi de peurs vécues ensemble. Les amis d’enfance qui se retrouvent sont intarissables !

Une relation humaine

L’ami est aussi celui qui sait écouter. Qui nous connait bien. Qui nous accepte tel que l’on est. Qui veut notre bonheur et ne nous jalouse pas. Qui n’entre pas dans un rapport de forces, qui ne juge pas, qui est juste là. Sans aucune compétition dans la relation.

L’amitié peut être aussi passionnée. On pourrait dire alors qu’elle frôle le sentiment amoureux. Parfois il y a alors déception, et rupture. On ne peut plus supporter l’ami qui nous a déçu.

L’amitié ne survit pas à la trahison. Et rarement à la collaboration professionnelle. En effet, l’amitié doit rester un sentiment libre, sans contraintes de devoir et d’exigences.

Les liens d’amitié sont essentiels pour nous donner le sentiment d’appartenance à la communauté humaine. Ils nous permettent de nous sentir reliés, à l’autre, aux autres. Or ce sentiment d’être relié, s’il est perdu, entraîne la dépression.

Les liens d’amitié constituent une part de notre identité : l’ami est un miroir, on se voit dans lui, on remarque certains de ses traits de caractère qui sont aussi les nôtres, on apprécie les connivences, les dissemblances. On retrouve une partie de soi chez cet autre qui nous ressemble et qui en même temps est si différent.

Et puis l’ami nous fait nous sentir “estimable” lorsque nous doutons : sa façon d’aimer être avec nous, de nous le montrer, son intérêt pour notre opinion sur ce qui le concerne, ou l’intéresse, nous amène à plus d’estime de nous-mêmes. Et cela est exactement réciproque, sans quoi on ne peut pas parler d’amitié. L’amitié est notre façon humaine de nous sentir exister en étant présent pour quelqu’un.

L’amitié passe par les mots. Que ce soit avec ou sans les nouveaux moyens de communication, les mots sont tout aussi importants pour l’amitié. Ecrire des lettres sauve de la folie et du désespoir estimait Virginia Woolf, dont les relations amicales étaient aussi épistolaires. L’amitié est comme une longue conversation à distance ou en direct, jamais interrompue. Avec un ami, on fait l’expérience du fil de relation jamais coupé : on se retrouve, même à un lointain intervalle, et la relation reprend comme si on s’était quitté la veille. C’est ce que les amis se disent, étonnés eux-mêmes, émerveillés de ce phénomène.

L’amitié est un mystère, tout autant que l’amour. Qu’est ce qui nous attire amicalement vers telle ou telle personne ?

Certains, par analogie avec la rencontre amoureuse, décrivent un “coup de foudre amical” lors de leur 1ère entrevue avec un futur ami.

Selon l’ami, on ne partage pas les mêmes choses. On est différent avec l’un ou l’autre. Il est même parfois impossible de réunir ses amis, trop différents, œuvrant dans des sphères trop éloignées. Une relation privilégiée ne souffre pas, parfois, d’être mêlée à d’autres. Mais au sein de cette multiplicité, en tant qu’individu, on forme un tout. En soi, ces aspects différents vivent et s’harmonisent en un tout, enrichi des différentes interactions amicales vécues.

L’autre, par sa complexité, et sa différence, offre ouvertures et possibilités. On ne le saisit jamais dans son entièreté. L’autre reste inconnu, mystérieux, profondément autre, quel que soit notre degré de relation. C’est ce mystère et cette différence qui nous enrichissent et nous portent l’un vers l’autre, avec la curiosité de la découverte, l’attrait pour la différence, la passion de l’Autre.

L’amitié est un point d’ancrage très fort dans nos vies aujourd’hui. La vie de famille étant beaucoup moins prégnante, la vie amicale est essentielle à l’équilibre. Un plus grand nombre de personnes vivent seules : ce qui laisse une place importante au relationnel amical aux différents degrés.

Laisser un commentaire