Proposer un article

Lancaster – Tome 1. Les Portes de l’Arctique – Bec, Dzialoswki

Écrit par le 30/05/2014 et modifié le 4/07/2015 - Livres - 0 commentaire

 
Lancaster T1 couv

Un lord anglais et son acolyte et ami français rejoignent au Pôle Nord une mission scientifique afin d’étudier les vestiges récemment découverts d’une ancienne civilisation aujourd’hui disparue. Mais ils ne sont pas seuls à s’intéresser à cette civilisation disparue, et la mission semble cacher quelques mystères.

Lancaster – Tome 1. Les Portes de l’Arctique
Christophe Bec, Jean-Jacques Dzialoswki
Éditions Glénat
Collection Grafica
Parution : 18 septembre 2013
13,90€
 






Bouton-Commandez-100x30

pub

 
Christophe Bec : dessinateur et scénariste, auteur notamment de la très célèbre série Sanctuaire, il vit dans le Tarn.

Jean-Jacques Dzialoswki : illustrateur, il vit à Paris.

 
Une aventure sur fond de mystère et de civilisation perdue, même dans le froid glacial de l’Arctique, on a envie de poursuivre l’exploration avec les héros. On retrouve d’abord les 2 aventuriers à Haïti, bronzant en attendant leur prochaine aventure puis on arrive sur le site de l’exploration scientifique… au beau milieu des glaciers, choc thermique! Le contraste est très drôle.

Je vous conseille de lire l’album sous votre couette bien chaude, parce qu’on se croirait vraiment en Arctique! Des découvertes, des mystères, la légende d’une vieille civilisation disparue, tous les ingrédients d’une bonne aventure réunis.

On aime aussi les planches, avec les contrastes de couleurs entre le soleil des Bahamas et le bleu glacial de l’Arctique.

Un petit bémol avec l’acolyte de notre héros britannique : un français alcoolique, dragueur et lourdaud, plus là pour mettre en avant le sexy et intelligent lord anglais, peu intéressant. S’il devient le méchant dans le tome 2 on aura eu notre cliché au complet!

Reste un petit détail peu crédible : une blonde, même jolie, ne se promènerait pas en décolleté plongeant et poitrine nue à – 40°C (sur l’illustration de la couverture, néanmoins très jolie). Je dis ça, je dis rien.

Une très chouette bande-dessinée, le Français alcoolisé et la pin-up réchauffée ne sont pas suffisants pour gâcher le tout.

Suite et fin du diptyque avec l’album Les Portes de l’Arctique.

Laisser un commentaire