Proposer un article

L’avocat – 1. Jeux de loi – Galandon – Giroud – Volante

Écrit par le 4/12/2015 et modifié le 28/11/2015 - Livres - 0 commentaire

 
L'avocat – 1. Jeux de loi – Galandon – Giroud – Volante

Maître Léopold Sully-Darmon est connu dans le milieu judiciaire et par le public comme le sauveur des plus faibles, des causes perdues. Il étonne tout le monde en acceptant le dossier de Zeinad Zaïdi, une femme accusée de crime contre l’humanité. Dossier qui mènera l’avocat jusqu’en Irak où il tentera de découvrir le fin mot de l’affaire.

L’avocat – 1. Jeux de loi
Laurent Galandon – Frank Giroud – Frédéric Volante
Éditions Lombard
Paru le 11 septembre 2015
56 pages
12€

 
Laurent Galandon : scénariste dont l’un des thèmes de prédilection pourrait être les opprimés.

Frank Giroud : agrégé d’histoire, comédien, auteur de nouvelles, graphiste avant de se consacrer à l’écriture uniquement, toulousain, il a notamment créé le personnage de Louis la Guigne (éditions Glénat). Il a reçu un « Album d’or » pour la série Le Décalogue (éditions Glénat) et le prix « Max und Moritz » du meilleur scénariste international en 2002.

Frédéric Volante : dessinateur bruxellois, il a commencé sa carrière en Italie.

 
On aime dans cet album l’histoire, un avocat en France qui défend une femme accusée de rien moins que crime contre l’humanité. Zeinad Zaïdi est-elle innocente ou bien est-elle le bourreau sanguinaire qu’on l’accuse d’être ?

On aime aussi les personnages, l’avocat plein de bonnes intentions mais qui se laisse facilement aveugler par l’appel des médias et son goût immodéré pour la célébrité et blessé par les agissements de son père méconnu ; sa secrétaire qui en pince pour lui (ça se voit comme le nez au milieu de la figure !) ; l’exaspèrent mais bien renseigné journaliste qui le poursuit ; son « ami » qui lui a demandé de défendre sa femme accusée de crime contre l’humanité qui semble bien sûr de lui.

On aime l’intrigue secondaire : la mystérieuse femme que Léopold Sully-Darmon cache avec tellement de soin.

On aime découvrir au fil de la lecture les points communs entre Léopold Sully-Darmon et Jacques Vergès : tous 2 avocats des opprimés et des bourreaux, tous 2 attirés par les lumières des flashes des photographes et de la télévision, tous 2 métis, tous 2 ayant passé plusieurs mois de « retraite » bien mystérieuse.

On aime enfin les dessins de Frédéric Volante qui nous aident à plonger dans cet album.

Bref, on adore cet album !

L’intrigue sera développée dans 3 albums, nous attendons avec impatience la suite et nous espérons que Maître Léopold Sully-Darmon aura d’autres dossiers après celui-ci…

Laisser un commentaire