Proposer un article

Le songe de l’astronome – Thierry Bourcy et François-Henri Soulié

Écrit par le 14/10/2016 et modifié le 11/07/2017 - Livres - 0 commentaire

Prague, 1601, l’Empereur Rodolphe II de Habsbourg organise un dîner auquel sont invitées plusieurs personnalités. Dîner au cours duquel son astronome, Tycho Brahé, doit présenter ses dernières théories. Mais l’astronome est assassiné au cours de la soirée…

 
le-songe-de-lastronome-thierry-bourcy-et-francois-henri-soulie
 

Résumé

Prague, 1601, l’Empereur Rodolphe II de Habsbourg organise un dîner auquel sont invitées plusieurs personnalités. Dîner au cours duquel son astronome, Tycho Brahé, doit présenter ses dernières théories. Mais l’astronome est assassiné au cours de la soirée. L’empereur ordonne que le château soit fermé jusqu’à ce que toute la lumière soit faite sur cet assassinat.

Il s’agit d’un roman, imaginé à partir de la disparition du célèbre (et réel) astronome danois de la Renaissance Tycho Brahé.

Le songe de l’astronome
Thierry Bourcy et François-Henri Soulié
Éditions 10/18
Paru le 1er septembre 2016
264 pages
7,50€

Auteurs

Thierry Bourcy : auteur et scénariste. Il a reçu le prix Saint-Maur en poche en 2010 pour Le Château d’Amberville.

François-Henri Soulié : écrivain, comédien, marionnettiste, scénographe, metteur en scène, scénariste. Il a reçu le prix du 1er roman du festival de Beaune en 2016 pour Il n’y a pas de passé simple.

Notre avis

Le rythme est soutenu. On passe d’un personnage à l’autre pour suivre leurs réactions, faire connaissance avec eux, au cours de la soirée et après le meurtre…

Le huis clos intrigue. Et on apprécie le suspens qui découle de l’enquête.

En revanche, je n’ai pas du tout aimé les personnages féminins du roman. La femme y a une place bien médiocre et peu crédible. Et on se demande pourquoi… Une prostituée transsexuelle, une comtesse, une duchesse et une domestique de cuisine nymphomanes et vulgaires. Qui n’apportent rien à l’histoire et ajoutent quelques scènes de sexe sordides. (WTF)

La solution de l’enquête n’est pas spectaculaire. Notamment parce qu’on nous y conduit avant la solution finale, en révélant le nom du meurtrier dans un 1er temps, puis en expliquant son mobile dans un second temps.

Les dernières pages sont inutiles et ennuyeuses, pseudo morales, lorsque l’on suit le capitaine qui a résolu l’enquête partir à la poursuite du meurtrier afin de se faire sa propre justice (où est la morale lorsqu’un meurtrier est soustrait à la justice, n’a ni procès ni jugement mais est poursuivi et assassiné par un enquêteur ?).

Un roman à lire quand on ne sait pas trop quoi lire… Comme un amuse-bouche.

Laisser un commentaire