Proposer un article

L’hippodrome des Bruyères devient un Parc Naturel Urbain

Écrit par le 10/03/2016 et modifié le 10/03/2016 - Voyages et Tourisme - 0 commentaire

Le champ de courses des Bruyères de Rouen (76) n’accueille plus les activités hippiques depuis 2005. Après mûres réflexions, moulte concertations, concours de paysage et autres consultations, la Métropole a sélectionné le projet qui sera construit sur le champ de courses. Sortira de terre en 2020 un Parc Naturel Urbain.

28 hectares d’espace naturel au cœur de la ville accessibles aux promeneurs et aux sportifs situé le territoire de 5 communes, Rouen, Sotteville-lès-Rouen, Saint-Étienne-du-Rouvray, Grand Quevilly et Petit-Quevilly, voici ce qu’est aujourd’hui l’hippodrome des Bruyères. Après une longue vie en tant que champs de course, l’hippodrome des Bruyères sera transformé par l’agence Mutabilis (sélectionnée parmi plusieurs dizaines de candidats de toute la France et de plusieurs pays européens) en Parc Naturel Urbain. Début des travaux en 2017. Fin du chantier prévue en 2020.

Parc Naturel Urbain Rouen 4

Le parc du « Champ Libre » (c’est le nom du projet, et peut-être celui du parc lorsqu’il sera achevé) préservera la nature (ancien champs de course) et l’éco-système du lieu. Il sera composé de plusieurs aires, et ouvert la journée (aux horaires habituelles d’ouverture des parcs et jardins).

  • La forêt comestible : arbustes et arbres fruitiers, accompagnés d’œuvres d’art et entourés de clôtures de bois, du bois sous toutes ses formes, qui serviront de support d’expression.
  • Le chemin de points de vue : un chemin de bois, légèrement surélevé par rapport au sol, sur le tracé de l’ancienne piste hippique, offrira aux promeneurs une jolie balade et permettra d’observer des créations artistiques autour de jumelles (une série de vieilles jumelles hippiques…).
  • Plusieurs aires de jeux accueilleront les plus jeunes. Jeu de cordes, de grimpe et toboggans à l’aire de jeu des casaques. Promenade dans une structure végétale en bois dans le labyrinthe du bois.
  • Les jardins creux traversés de chemins accueillant les promeneurs seront plantés de bouleaux, aulnes, saules, prêles, fougères et attireront une faune aujourd’hui totalement absente du lieu et s’y formera ainsi un tout nouvel écosystème.
  • Des plateformes d’observation hautes ou basses seront disséminées dans le parc offrant de jolis points de vue.
  • L’espace écologique de réserve accueillera une certaine flore dans un espace de conservation et de valorisation de la flore.
  • Le pôle agricole : des parcelles de permaculture pour une ferme permacole, qui proposera des interactions culturelles, de découverte. (L’appel à projet pour la ferme sera attribué au printemps 2016.)
  • Le pré-verger : à côté du pôle agricole, arbres fruitiers de différentes variétés (des variétés anciennes de pommes et de poires, mirabelliers, pêchers et pêchers de vigne par exemple) dans un lieu de promenade et d’apprentissage de l’entretien, la greffe, la taille des arbres fruitiers.
  • La forêt jardinée : un jardin partagé accessible depuis l’extérieur (en dehors des horaires d’ouverture du parc).
  • La grande pelouse, les prairies et les bosquets formeront un immense espace vert (pelouse, bouquets d’arbres et prairies fleuries) pour se promener, jouer au ballon, pique-niquer…
  • Le pôle foot : des terrains de football, accessibles aussi depuis l’extérieur donc en dehors de horaires d’ouverture du parc urbain, seront destinés aux particuliers et aux collectivités.
  • La bande active : promenade sur bois qui longera le parc d’est en ouest, composée d’une entrée, du bâtiment d’accueil du parc, d’un parking de 70 places et d’équipements sportifs et de jeux (jeu de dames, marelle…), elle sera accessible 24 heures sur 24.

\SherekhanmutabilisDossiers En CoursDossiers de M à ZRouen

Quelques chiffres. Le coût total des travaux s’élèvera à 13 000 000 €. Subventionnés par le département à hauteur de 6 510 752 € et par la région à hauteur de 5 580 645 €.

Côté pratique, le métro dessert actuellement le futur Parc Naturel Urbain et sa desserte sera améliorée par l’arrivée de la ligne T4 prévue pour 2018.

Parc Naturel Urbain Rouen 3
 

Une visite du futur Parc Naturel Urbain est prévue dimanche 13 mars 2016 à 15h dans le cadre du mois de l’Architecture, organisée par la Maison de l’Architecture en Normandie avec la direction de l’Aménagement et des Grands Projets de la Métropole Rouen Normandie. Rendez-vous devant l’entrée du champ de courses, avenue des Canadiens, en face du Stade Diochon à Rouen. Visite gratuite, sans réservation.

 
Suivez le projet : www.metropole-rouen-normandie.fr.

Laisser un commentaire