Proposer un article

Modigliani, Soutine et l’aventure de Montparnasse

Écrit par le 29/04/2012 et modifié le 8/11/2016 - Cinéma - 0 commentaire

Du  4 avril au 9 septembre 2012, la Pinacothèque de Paris présente l’exposition  « La collection Jonas  Netter – Modigliani, Soutine et l’Aventure de Montparnasse », proposant ainsi au public un ensemble de cent vingt-trois œuvres, dont de superbes Modigliani, certains d’entre eux n’ayant jamais été exposés jusqu’ici.

Jonas Netter est sans doute l’un des collectionneurs les plus discrets du XXème siècle. Associé avec le marchant d’art et poète Zborowski, il fut le véritable découvreur de Modigliani et de Soutine, puis d’Utrillo et Valadon. Homme de parole, honnête et organisé, Netter s’oppose en tout point au fougueux polonais ; pourtant, jusqu’en 1929, année de leur rupture, le duo fonctionnera à merveille.

La collection Netter comprend quelques-unes des plus belles œuvres de l’École de Paris, réalisées par ses plus célèbres représentants comme Modigliani, Utrillo, Derain ou Valadon, et par des artistes moins reconnus et néanmoins fort talentueux tels Kisling ou Ébiche.

On retiendra surtout la beauté émouvante et les yeux noirs en amande de Jeanne Hébuterne dans le « Portrait de la jeune fille rousse » (1918) de Modigliani ; la « Fillette en bleu » (1918), portrait en pied particulièrement saisissant également réalisé par le peintre italien, comme le « Portrait de Jeanne Hébuterne » (Jeanne Hébuterne au henné) (1918) où la jeune femme, coiffée d’un haut chignon, est représentée presque de profil.

Les Utrillo aux beaux ciels orageux sont également remarquables, tout comme l’ensemble des œuvres de Soutine.

Cette exposition passionnante nous fait pénétrer au cœur de l’incroyable vivier d’artistes que représentait alors Montparnasse, véritable centre artistique de la capitale. Par ailleurs, les reproductions des lettres échangées par Jonas Netter et les peintres exposés permettent de mieux comprendre comment fonctionnait, à l’époque, la relation mécène-artiste… et la constitution d’une sublime collection. À ne pas manquer.

Pinacothèque de Paris – 28, Place de la Madeleine, 75008 Paris

Marie Giudicelli

Laisser un commentaire