Proposer un article

Mon quotidien zéro déchet – Stéphanie Faustin

Écrit par le 11/11/2018 et modifié le 23/10/2018 - Ecologie, Livres - 4 commentaires »

Stéphanie Faustin nous donnes dans Mon quotidien zéro déchet ses conseils et astuces pour réduire au maximum nos déchets à la maison. Chaque conseil ou astuce est détaillé et Stéphanie Faustin partage sa propre expérience.

 

Résumé

Après un rappel des enjeux de la consommation responsable, Stéphanie Faustin nous donnes dans Mon quotidien zéro déchet ses conseils et astuces pour réduire au maximum nos déchets à la maison. Chaque conseil ou astuce est détaillé et Stéphanie Faustin partage sa propre expérience.

Mon quotidien zéro déchet
Stéphanie Faustin
Éditions Rue de l’échiquier
Paru le 5 juillet 2018
112 pages
13,90€

Auteure

Stéphanie Faustin, amoureuse de la nature, est engagée dans une démarche zéro déchet et zéro gaspillage depuis plusieurs années. Elle écrit sur le blog Tomates sans graines (recettes, réflexions écologiques). Elle est membre de l’association Zéro Déchet Nice et a publié le livre La Cuisine Zéro Déchet (Rue de l’échiquier).

Notre avis

Chaque geste compte. Si on ne doit retenir qu’une chose de ce livre, ce serait celle-ci. Reprochons (à raison parfois !) aux États, aux multinationales de ne pas agir dans le sens de la protection de l’environnement, mais n’omettons pas d’agir nous aussi. Car chacun de nos petits gestes écologiques a son importance et aide à sauvegarder un peu plus notre planète. (Lire l’introduction de Mon quotidien zéro déchet pour s’en convaincre tout à fait.)

Le livre est joli, agréable à consulter (dessins, couleurs, mise en page sympa). Il commence par des conseils généraux en matière d’écologie : utiliser des contenants en verre, des tissus récup’, de l’huile de coco (cuisine, beauté), manger bio… Autant de bonnes pratiques responsables à adopter.

Il y a ensuite de nombreux conseils concrets pour devenir plus écolo : fabriquer (avec le DIY) des bee’s wrap, des tissus pour emballer les aliments et qui remplacent le papier aluminium (à proscrire), consommer des aliments locaux, bio et de saison, utiliser (et fabriquer) des désodorisants pour WC naturels, coller un « stop pub » sur sa boîte aux lettres, fréquenter les Repair Cafés, utiliser (et fabriquer) des lingettes démaquillantes lavables… On aime !

Il y a aussi des conseils plus contestables, selon moi. À commencer par une page de prosélytisme vegan. Ce qui a le don de m’exaspérer. Les humains sont omnivores et des nutriments essentiels se trouvent principalement dans la viande… Fichez-donc la paix à nos steaks (saignants, pour la peine), côtes de porc et autres gigots d’agneau ! Demandez conseil à votre médecin si vous souhaitez modifier votre alimentation ! Pas de viande pour Stéphanie Faustin mais… une yaourtière ! Merci le lobbying des produits laitiers… Bref, on déchire les pages 32 et 33 du livre (qui seront réutilisées pour créer de jolis emballages cadeaux, c’est récup’ et écolo). Le conseil « éviter les moules en silicone » me paraît pertinent. Comment faire ? « Soyez imaginatif » et faites un gros gâteau plutôt que des muffins individuels. Et je fais comment pour mes cannelés, moi ? Un gros cannelé ? Stéphanie Faustin nous conseille de ne plus repasser notre linge… À la maison, nous avons principalement des vêtements en coton, le linge sèche bien étendu de manière naturelle (sans sèche-linge), mais reste très froissé. Donc, nous, on repasse pour ne pas porter de vêtements chiffonnés ! Et mon conseil écolo préféré : « je fais pipi sous la douche » ! Sans commentaire.

Bref, un livre qui apporte des conseils et quelques DIY sympa, mais d’autres conseils douteux, selon moi. Pas indispensable. Rien ne vaut une bonne dose de réflexion parsemée de bon sens.

Quelque chose à ajouter ?

  1. Stéphanie /Tomate sans graines - 27 janvier 2020 à 17 h 29 min

    Marie-Aube, je ne dis pas non plus que les yaourts sont un aliment indispensable (je n’en consomme pour ma part qu’extrêmement peu), je donne juste une astuce pour réduire ses déchets si l’on en consomme. Pour les gros gâteaux, nous sommes nous aussi deux à la maison, et le gâteau dure plusieurs jours. 🙂 Pour le linge, je comprends bien. Bref, oui, nous ne sommes pas d’accord sur tout, et c’est bien normal, c’est humain ! Et je n’ai rien contre la critique, au contraire, si elle peut être constructive et faire avancer ; juste, je n’aimais pas trop le ton de vos propos et le jugement faussé. Je suis contente que vous ayez accepté de valider mon message, ça montre votre ouverture d’esprit. Et comme vous dites, nous sommes d’accord sur le plus important…

  2. Marie-Aube - 27 janvier 2020 à 11 h 37 min

    Bonjour Stéphanie,

    Merci pour votre message et vos précisions.

    J’ai vraiment ressenti à la lecture du livre un désir de faire arrêter la viande aux lecteurs et de la décrier. Ce n’était pas votre intention, je le note donc. Les yaourts sont très loin d’être un aliment indispensable ou même utile à notre alimentation… Ils contiennent peu de calcium (contrairement à ce que le lobby des produits laitiers veut nous faire croire), du sucre, des parfums ou ajouts chimiques pour les yaourts industriels. C’est un pur produit marketing. Lorsqu’on est 2 à la maison, on ne peut toujours faire de gros gâteaux, en effet… La machine à laver est correctement réglée, j’étends le linge bien droit, mais les tissus en coton se froissent. Je fais de la couture et il m’est indispensable de repasser les tissus avant de les couper aussi.

    Nous ne serons pas d’accord sur tous les détails, mais je crois que nous sommes d’accord sur le plus important : faisons de notre mieux pour préserver la planète, notre santé et notre bien-être en évitant de produire des déchets, en réfléchissant à notre consommation et en la rendant plus responsable.

  3. Stéphanie /Tomate sans graines - 27 janvier 2020 à 9 h 37 min

    Bonjour Marie-Aube, je suis l’auteure de Mon Quotidien Zéro Déchet et je viens de tomber sur votre article. Je vous remercie d’avoir présenté mon livre, toutefois, j’aimerais revenir sur quelques points qui me dérangent : vous dites que je fais du prosélytisme vegan, or, il n’en est rien ! Vous avez du mal lire la page, ou avez compris le mauvais message. J’explique juste qu’il est préférable de manger majoritairement végéta*ien par rapport à l’impact environnemental qu’a la production de produits d’origine animale sur la planète, et sur notre santé. Mais je n’incite en rien à devenir vegan ! Je dis : « Un apport en viande une fois par semaine serait ainsi tout à fait suffisant, et vous pourrez compléter par un peu de poisson ou des œufs si vous êtes omnivore. » Et je termine par : « En bref, consommez les produits d’origine animale de manière raisonnée si vous en mangez et pensez toujours à avoir une belle portion de légumes à tous vos repas ». Mes propos ne sont donc pas du tout sectaires, mais ouverts. À aucun moment je dis qu’il faut arrêter de consommer tout produit animal, je parle juste de consommation raisonnée. Quant à la yaourtière, vous sous-entendez que je suis sous l’emprise du lobbying des produits laitiers… croyez bien qu’il n’en est rien, bien au contraire ! Simplement, c’est une réalité : pour réduire ses déchets quand vous consommez des yaourts, une yaourtière est une bonne chose ! Et je ne promeus pas non plus d’en manger des quantités astronomiques, je dis d’ailleurs à la page 32 : « Oubliez le slogan promouvant trois produits laitiers par jour, qui d’ailleurs, si je ne dis pas de bêtise, a été revu à la baisse ». Enfin, le conseil d’éviter les moules en silicone, de faire de gros gâteaux à la place de petits individuels est quelque chose qu’on peut essayer de faire chaque fois que possible, mais je ne dis pas que c’est possible tout le temps. Et je parle aussi de moules individuels en acier, donc pour les cannelés par exemple, cela peut être une solution ? Sinon, comme dit, choisir des moules en silicone platine, de meilleure qualité. Ah oui, et concernant votre linge, s’il est bien froissé, c’est peut-être que votre machine fait trop de tours par minute ? Car je peux vous assurer que de mon côté, je ne porte pas de vêtements chiffonnés. Bref, voilà, je voulais donner mon avis face à ces remarques et surtout y apporter des précisions, qui font toute la différence, notamment concernant le soi-disant prosélytisme vegan.

  4. Christophe - 16 novembre 2018 à 13 h 52 min

    Ah, la fameuse yaourtière ! d’ailleurs, pas besoin de yaourtière pour faire des yaourts : en rebord de fenêtre ensoleillé en été ou un radiateur en hiver, un four… il y a plein d’alternatives.

Laisser un commentaire