Proposer un article

On a testé : la machine à coudre électronique Rubina (Veritas)

Écrit par le 16/12/2018 et modifié le 17/12/2018 - Loisirs créatifs - 0 commentaire

Il y a d’abord eu l’attente, l’anticipation, l’impatience de posséder enfin ma nouvelle machine à coudre électronique Rubina de la marque Veritas. Oui, comme quand j’étais petite et que j’attendais le matin de Noël pour déballer mes cadeaux. Quand on est accroc à la couture… Et puis elle est arrivée ! Et j’ai donc testé la machine à coudre Rubina de Veritas (et je l’adore !).

 

Préliminaires

Je vous épargne les détails sur l’attente de ma nouvelle nouvelle machine à coudre (MAC) ? Non, je vous raconte un peu… J’ai commencé par saouler parler à tout le monde de ma-nouvelle-machine-à-coudre-que-j-allais-bientôt-avoir. Encore, et encore. Et puis j’ai dressé d’interminables listes de choses que je pourrais coudre avec ma nouvelle MAC. Et je n’ai pas oublié de dénigrer un peu mon ancienne MAC. Ça ne se fait pas, je sais. Ma la nouvelle machine pourrait faire ceci, et cela… Et pas l’ancienne, ou la nouvelle le ferait mieux que l’ancienne. Bref, j’adorais déjà ma Rubina de Veritas avant qu’elle n’arrive à la maison !

Et puis elle est arrivée ! J’ai donc commencé par la déballer, l’observer.

Et par lire attentivement la notice. Elle n’est pas très longue, claire, et je voulais que la prise en main de ma machine soit faite dans les règles de l’art. Je vous conseille de lire la partie sur les conseils de sécurité et la mise en place. Afin d’être sûre de ne pas commettre d’erreur et de vous lancer plus vite dans les DIY couture. La notice contient un tableau des points que la machine peut coudre, pratique. Et des indications pour les points spécifiques (overlock, couture des boutons, etc.).

On branche (trop joli le câble d’alimentation rouge), on installe la machine sur une table.
 

Prise en main

Ensuite, on passe au test : un morceau de tissu de brouillon (je récupère toujours des petites chutes de différents tissus afin de faire des tests préalables à la couture sur mes jolis tissus), le fil, la canette, et on coud ! Je me suis amusée à tester les points classiques et des points sympa (fleurs…). Trop contente ! Et non, mon ancienne MAC ne faisait pas ça…

J’ai voulu réaliser un petit travail de couture (après le brouillon) : des serviettes de table. On prend un carré de chute de tissu de 49 x 49 cm, on fait un double ourlet (1 cm et 1 cm) tout autour, on pique. C’est prêt !

La prise en main est intuitive et rapide, l’enfilage est facile (enfilage automatique si on préfère), le tissu glisse tout seul, la sélection des points, largeurs de points est ultra simple et intuitive aussi. Un vrai plaisir de coudre avec cette machine !

Utiliser une MAC électronique me faisait peur au début, je pensais que son utilisation allait être compliquée… Mais non ! C’est tout le contraire. Je suis passée d’une machine (un peu âgée) manuelle à une machine moderne électronique très facilement. La Rubina de Veritas est rapide, efficace, simple et agréable à utiliser et jolie.
 

Points forts

La machine Rubina de Veritas sait (presque) tout faire ! Si, si. Elle est adaptée aussi bien aux débutantes qu’aux couturières expérimentées. Elle facilite vraiment le travail. Et permet de se lancer dans de jolies créations.

Ses caractéristiques principales :

● 99 points
● longueur et largeur des points modifiable
● coupe-fil côté et coup-fil canette (je n’en avais jamais testé, j’adore)
● prise en main intuitive avec notamment les dessins sur la machine pour l’enfilage
● plutôt silencieuse (le bruit est agréable, mais ça doit être un truc de couturière d’apprécier ce son…)
● jolie, blanche et rouge, sans fioritures
● coutures parfaites (on voit la différence de résultat lorsqu’on vient de quitter une MAC plus ancienne)
● accessoires fournis (comme souvent) bien utiles, notamment le découd-vite, des canettes, le pied à boutonnière, à fermeture éclair…
● prix très correct et bon rapport qualité-prix (299€)

Bref, j’adore la MAC Rubina de Veritas ! Je vous conseille vraiment cette machine à coudre !

Laisser un commentaire