Proposer un article

Psychogénéalogie (1/3)

Écrit par le 9/01/2017 et modifié le 9/01/2017 - Psycho - 0 commentaire

Avant d’aborder la psychogénéalogie, commençons par parler de la généalogie. La généalogie est une discipline très prisée depuis plusieurs années. Un foisonnement de sites et ouvrages est consacré à cette science, de multiples associations regroupent des membres passionnés. Des sites offrent la possibilité de construire son arbre généalogique en ligne, d’échanger des informations, des techniques de recherches, et permettent ainsi de progresser parmi une communauté de généalogistes plus chevronnés. Le 1er site Internet français de généalogie déclare référencer 700 000 arbres généalogiques !

 
psychogenealogie-1
 

Qu’est ce que la généalogie ?

Étymologiquement , c’est l’étude de tout ce qui concerne les générations, donc l’étude des origines familiales. Plus concrètement, la généalogie consiste à établir la liste des membres d’une famille, en recherchant la parenté et la filiation des personnes. Un sujet part de lui, puis remonte par ascendance : la 1ère génération, ses parents, la fratrie de chacun et leur descendance ; puis la 2ème génération, les parents de ses parents, leurs frères et sœurs, les enfants de ceux-ci ; et ainsi de suite. Très vite, on aboutit à un nombre impressionnant d’informations. On construit alors son arbre généalogique, généralement sous forme d’un véritable arbre, aux multiples branches. On y note les noms,  prénoms,  dates et lieux de naissance et/ou  de décès, les métiers. On peut y noter les faits que l’on estime importants.

Les motivations qui mènent à construire son arbre sont nombreuses : remonter le temps pour savoir d’où on vient, pour connaître l’histoire de sa famille, de sa lignée ancestrale. Retrouver des descendants, des “cousins”, inconnus et qui figurent dans l’arbre. Des regroupements sont parfois organisés, appelés “cousinades” qui peuvent aller jusqu’à un nombre impressionnant de personnes.

La recherche en généalogie procède d’un intérêt concernant les époques historiques, car toujours les histoires personnelles sont liées aux grands faits de société : guerres, émigration, mouvements sociaux et économiques, changements technologiques, etc. En construisant son arbre on découvre les événements importants qui ont émaillé la vie de la famille, génération après génération. On se rapproche des réalités vécues, auxquelles étaient confrontés ses ancêtres.

Se sentir appartenir à une lignée est sans doute un des éléments clés de la motivation des généalogistes.

On peut approfondir la recherche en généalogie, en allant plus loin. Il est en effet possible de “travailler sur son arbre”, et c’est ce à quoi se consacre une autre discipline : la psychogénéalogie.

La psychogénéalogie

Définition. La psychogénéalogie, comme son nom l’indique, est un champ d’investigations psychologiques menées au travers de la recherche de notre histoire généalogique. La psychogénéalogie  nous propose de « faire parler » notre arbre généalogique, de comprendre quels liens nous unissent à notre histoire familiale. Cette discipline assez récente part du constat de l’importance de la transmission psychique d’une génération à l’autre.

Historique. Une des pionnières de cette discipline est la psychothérapeute et psychanalyste de groupe Anne Ancelin Schützenberger avec un ouvrage fondateur : Aïe mes aïeux !. Dans cet ouvrage, l’auteure met en évidence les liens transgénérationnels, observés dans sa pratique clinique durant près de 20 ans. Anne Ancelin Schützenberger décrit des exemples de la transmission psychique de génération en génération. Comment des événements ayant eu lieu dans une famille, non dits, oubliés, refoulés par l’inconscient familial, resurgissent, parfois de façon totalement identiques, quelques générations plus tard. Comment et pourquoi des dates, des maladies, des traumatismes, des accidents, des prénoms se répètent, sur plusieurs générations.

Comment notre parcours de vie contient les drames, les événements forts et les chagrins de nos ancêtres ? Par quels liens cet inconscient familial s’est il invité dans notre vie ? Le but de la démarche en psychologie trans-générationnelle est de prendre conscience de ce qui nous relie inconsciemment à nos ascendants afin de nous libérer de cette emprise inconsciente lorsqu’elle est une entrave à notre épanouissement de vie.

Exemple : un deuil non fait d’un enfant mort a automatiquement une résonance dans les générations futures. En effet, ne pas faire de deuil signifie ne pas vouloir accepter la mort de l’être cher. Donc la pensée de l’être manquant hante les esprits de tous, sans qu’aucune parole symbolisante n’aide à intégrer l’événement dans la suite de la vie. Il est non pas oublié mais refoulé. Ce qui est refoulé ne peut pas être travaillé dans le conscient. Ainsi, le souvenir du traumatisme reste en l’état, figé dans l’inconscient.

Le silence est toujours lourd de sens. Tout le monde y pense, personne n’en parle. La présence de ce mort, dont on n’a pas fait le deuil, est donc permanente. Un nouvel enfant, dans ce contexte, va aussitôt ressentir et porter en lui la tristesse, le chagrin non dits. Parfois, il lui est donné le même prénom que l’enfant disparu. Et, sans qu’il sache pourquoi, il sera hanté par l’idée d’une présence, la certitude de « quelqu’un » et le sentiment de n’être pas à la hauteur, d’être toujours imparfait, de ne pas satisfaire les parents, etc. En psychogénéalogie cette présence errante du souvenir de l’être mort s’appelle un « fantôme ». Une crypte lui est dédiée dans l’inconscient familial. Cette crypte avec ce fantôme à l’intérieur hante les futures générations, forme un blocage où l’énergie vitale ne circule plus. Jusqu’à ce que, par un travail psychique, un descendant ouvre la crypte, découvre ce mort, mette des paroles sur son existence et lui assigne sa vraie place.

Lire à ce sujet, le livre de Philippe Grimbert : Le secret. Philippe Grimbert, psychanalyste, raconte son propre itinéraire. Toute son enfance est parcourue par une tristesse indicible et l’impression persistante et nette d’avoir un frère aîné. Il lui parle, il l’invente, il lui assigne une place dans sa vie psychique. Associé à cela, Philippe Grimbert a le sentiment de ne pas satisfaire ses parents, de n’être pas comblant pour eux. Adolescent, Philippe Grimbert apprend, par hasard, que ses parents ont effectivement eu un 1er enfant, mort, dont ils n’ont jamais parlé et dont ils n’ont pas fait le deuil. Ce livre permet de bien comprendre, par le vécu, comment un non-dit peut envahir l’inconscient familial et être “pressenti”, être intuitivement présent, dans l’inconscient personnel de la descendance.

Laisser un commentaire