Proposer un article

Qui veut la peau de Marc Lévy ? – Gordon Zola

Écrit par le 12/02/2012 et modifié le 23/02/2012 - Cultivée, Livres - 0 commentaire

Le monde des lettres est gravement menacé ! Un mystérieux kidnappeur a décidé de faire le ménage parmi les auteurs français. Deux atroces meurtres (mais des gens pas connus donc c’est moins grave) et de nombreuses disparitions plus tard (BHL, PPDA, Marc Lévy, Beigbeder, Florian Zeller…) la police patine toujours autant. Même Guillaume Suitaume, pourtant profileur renommé (il a sa propre collection de bouquins, et ça ça veut tout dire), ne comprend rien aux curieuses missives que laisse le ravisseur, qui se fait nommer le Bec et pour cause ! Il ne se contente pas de nourrir les pigeons dans les parcs publics mais les utilise pour commettre ses crimes.

Les auteurs seront-ils retrouvés en vie ? Auront-ils encore le temps de pour pondre leur manuscrit annuel ? Auront-ils appris à écrire entre temps ? Un roman au suspens insoutenable.

Editions du Léopard Masqué, 15 euros

Né en 1964, Gordon Zola est un auteur à la plume acérée et à l’humour ravageur. De cette union sont nées les éditions du Léopard Masqué, spécialisées en auteurs fantasques et décalés. En parallèle, il se consacre aux enquêtes du commissaire Guillaume Suitaume et aux aventures de Saint-Tin et de son Ami Lou.

Gordon Zola aurait pu s’attaquer à la mondialisation, à la guerre ou au réchauffement de la planète mais non ! il a choisi de s’en prendre à un véritable fléau de la société : ces imposteurs qui croient savoir écrire. C’est qu’il vous y ferait réfléchir à deux fois avant d’oser écrire la moindre ligne, le bougre !

Ce coup d’éclat contre les nuisibles de la littérature n’est pas sans rappeler le fantastique Et si c’était niais ? de Pascal Fioretto, mais si les victimes sont sensiblement les mêmes (mais forcément, quand on s’attaque aux écrivaillons de notre temps et bien… passons) le style narratif est complètement différent. L’auteur, qui n’hésite pas à intervenir malicieusement pour commenter son propre récit (on aime ou on n’aime pas mais personnellement j’en raffole), a une écriture très dynamique, abondante en jeux de mots, qui n’est pas sans rappeler Frédéric Dard.

Si les auteurs contemporains, à la philosophie absconse et à la littérature de supermarché vous donnent de l’urticaire, ce livre est fait pour vous. Non, on ne peut pas les tuer impunément, mais personne n’a interdit de s’en moquer, et Gordon Zola s’en donne à cœur joie dans ce livre drôle et méchant. Pour moi, ce fut du fou-rire à chaque page, et je vous en souhaite autant.

Laisser un commentaire