Proposer un article

The Irishman – Charles Brandt

Écrit par le 15/04/2020 et modifié le 15/04/2020 - Livres - 0 commentaire

“The Irishman” c’est Frank Sheeran, un Américain d’origine irlandaise qui est devenu l’un des tueurs à gage du parrain de la mafia Russell Bufalino et l’ami du célèbre dirigeant du syndicat des camionneurs les Teamsters, Jimmy Hoffa. Avant de participer à sa disparition en 1975. Charles Brandt raconte sa vie dans ce livre.

 
The Irishman – Charles Brandt

Résumé de The Irishman

The Irishman de Charles Brandt est une histoire vraie. Celle de Frank Sheeran, un Américain d’origine irlandaise.

Frank Sheeran a participé à la Seconde Guerre mondiale en Italie, où il a appris à tuer. De retour aux États-Unis, Frank Sheeran est devenu tueur à gage pour le parrain de la mafia Russell Bufalino. Il est devenu aussi l’ami très proche du célèbre dirigeant du syndicat des camionneurs les Teamsters, Jimmy Hoffa.

Sheeran dévoile, dans ce livre, ses crimes, comment fonctionnait la mafia, les Teamsters et comment il a été impliqué dans la disparition de Jimmy Hoffa en 1975. Le livre a été adapté en film par Martin Scorsese, avec Robert De Niro, Al Pacino, Joe Pesci (disponible sur Netflix).

The Irishman, Charles Brandt, éditions 10/18, paru le 2 janvier 2020, 552 pages, 9,10€. En vente sur Fnac, Cultura, Amazon.

L’auteur : Charles Brandt

Charles Brandt a été professeur d’anglais, procureur et procureur général du Delaware aux États-Unis. Il a aussi été l’avocat de Frank Sheeran en 1975. Il est en outre conférencier et auteur.

Charles Brandt a recueilli les aveux de Frank Sheeran pendant 5 années afin d’écrire le livre The Irishman (précédemment publié sous le titre J’ai tué Jimmy Hoffa, titre original I Heard You Paint Houses).

Notre avis

The Irishman de Charles Brandt est une histoire vraie passionnante.

Frank Sheeran y raconte, sous la plume de Charles Brandt, en détails sa vie et ses crimes. Son travail (de tueur à gage) pour le parrain de la mafia Russell Bufalino. Ses relations avec le dirigeant du syndicat des camionneurs les Teamsters, Jimmy Hoffa, avec qui il est devenu très ami. Frank Sheeran explique comment il est passé de chauffeur de camion à tueur à gage puis président d’une section des Teamsters. Et personne respectée travaillant pour la mafia italienne. Il dévoile aussi son implication dans la disparition – qui n’avait jusque là pas été résolue – de Jimmy Hoffa.

The Irishman est aussi un morceau d’Histoire. Frank Sheeran y parle de Cuba, du débarquement de la baie des Cochons, de Robert Francis Kennedy, de l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy, des parrains de la mafia…

Le livre contient principalement des passages dans lesquels Frank Sheeran parle à la 1ère personne du singulier. Il y a de nombreux détails sur les événements, les personnages (on ne peut tous les retenir). Mais pas d’émotions.

Il y a aussi des rares passages dans lesquels c’est l’auteur, Charles Brandt, qui précise ou ajoute certains événements.

À la fin du livre, la postface, le prologue et l’épilogue sont au moins aussi passionnants que le reste du récit. Charles Brandt reprend la parole et raconte le making off du livre, ses rencontres avec Sheeran, leurs entretiens, leur relation, la manière dont le livre a vu le jour. Charles Brandt dévoile aussi les émotions de Sheeran pendant leurs entrevues (ce que le reste du livre ne laisse pas du tout transparaître). Il y expose enfin les nombreuses preuves qui étayent les aveux de Sheeran et ajoute certains éléments qui n’étaient pas publiés dans la 1ère édition du livre.

Bref, on lit un polar mais qui parle de la vraie vie. S’il y a de nombreux détails qui peuvent parfois nous perdre un peu, on ne décroche jamais. On aime suivre ce récit palpitant et glaçant. Plongée dans les heures sombres des États-Unis lorsque la mafia semblait codiriger le pays avec les hommes politiques.

On ferme le livre et on file regarder le film éponyme sur Netflix pour rester encore un peu dans l’histoire.

Laisser un commentaire