Proposer un article

Top 7 des lieux les plus fascinants et effrayants d’Europe

Écrit par le 24/03/2021 et modifié le 23/03/2021 - Voyages et Tourisme - 0 commentaire - Lecture : 7 minutes

Et si, pour une fois, on s’intéressait à des endroits peu connus des touristes, qui pourtant racontent des histoires toutes plus extraordinaires les unes que les autres ? Dans ce top 7, vous allez découvrir des lieux insolites, où la beauté et la poésie côtoient la terreur et le mystère. N’ayez pas peur, aventurières ! Osez plonger dans le monde fantastique des lieux les plus fascinants et à la fois effrayants d’Europe…

Le jardin des poisons Alnwick Garden, Angleterre

Alnwick Gardens

 

Le jardin des poisons Alnwick Garden est considéré comme l’un des plus dangereux au monde… Et c’est donc sans conteste l’un des lieux les plus effrayants d’Europe!

Ouvert au public depuis 2004, il attire pourtant pas moins de 800 000 curieux chaque année. C’est Jane Percy, duchesse de Northumberland, qui a eu l’idée étrange de créer ce jardin, inspirée par celui des Médicis, à Padoue. Elle a donc sélectionné plus de 100 variétés de plantes dangereuses, voire mortelles pour plusieurs d’entre elles. L’inquiétant message sur le portail d’entrée en fer forgé noir est clair : These plants can kill (Ces plantes peuvent tuer).

Les courageux visiteurs peuvent alors découvrir les mythes et légendes qui entourent les plantes du jardin des poisons. Des informations scientifiques y sont également renseignées. Les jardiniers d’Alnwick Garden portent une tenue de protection lorsqu’ils travaillent auprès des plantes, incluant une bonne paire de gants. Les visiteurs ont l’interdiction formelle de les goûter, de les toucher ou tout simplement de les sentir. D’ailleurs, certaines d’entre elles sont placées sous cage…

Le château de Wewelsburg, Allemagne

Château de Wewelsburg

© Tsungam

 

Heinrich Himmler, dirigeant de la SS, acquît le château de Wewelsburg en 1934 dans le but d’en faire un centre de formation et un lieu de culte SS. Il ouvrit également des camps de concentration à côté de la forteresse, afin de disposer de la main-d’œuvre nécessaire à sa rénovation. D’ailleurs, plus de 4000 ouvriers perdirent la vie, de façon tragique, durant les travaux.

À l’intérieur du château, il y avait plusieurs salles ornées de croix gammées, ainsi que des œuvres d’art. L’une des pièces était appelée « la crypte ». De forme circulaire, cette salle possédait 12 fenêtres et 12 sièges, autant que de Chevaliers de la Table ronde. À la fin du mois de mars 1945, peu de temps après la défaite des nazis à Stalingrad, Himmler exigea de dynamiter le château. Certaines rumeurs prétendent que Wewelsburg fut détruit pour garder cachés des objets mythiques trouvés par les nazis, tel que le Saint Graal… Les troupes américaines arrivèrent le lendemain, et ne trouvèrent plus que les murs extérieurs. De nos jours, le château de Wewelsburg a été reconstruit, et fait partie des plus grandes auberges de jeunesse d’Allemagne. On trouve également un musée à l’entrée, qui raconte l’histoire de la SS.

L’île de Poveglia, Italie

île de Poveglia

© Ted Lum

 

Située au sud de Venise, l’île de Poveglia qui fait partie de notre top des lieux effrayants d’Europe n’est officiellement pas ouverte aux visites. Durant le XVème siècle, les malades de la peste noire, ainsi que ceux qui étaient suspectés de l’être, étaient placés en quarantaine sur l’île. Les cadavres étaient jetés dans des fosses, puis incinérés. Le sol est composé des cendres de plus de 160 000 personnes selon les rumeurs. En effet, cette histoire n’a jamais été affirmée par les historiens.

En 1922, un hôpital psychiatrique fut construit sur Poveglia. Une nouvelle sombre rumeur vint s’ajouter alors à l’histoire de cette île. Ainsi, des patients se seraient plaints de voir des formes fantomatiques et d’entendre des voix inhabituelles. Peut-être les esprits des victimes de la peste noire ? Après avoir pratiqué des lobotomies sur les patients, l’un des médecins de l’hôpital auraient aussi entendu des voix. Devenu fou, il se serait suicidé en se jetant du clocher de l’hôpital.

L’île de Poveglia accueillit ensuite une maison de repos pour les personnes âgées, avant de définitivement fermer ses portes en 1968.

L’île est donc inhabitée depuis de nombreuses années et la nature y a repris ses droits. Poveglia a été mise aux enchères en 2014 par la ville de Venise, mais aucun repreneur ne semble intéressé jusqu’à présent. L’île serait-elle vraiment hantée ?

La quinta da Regaleira, Portugal

Quinta da Regaleira

© Diego Delso

 

Antonio Augusto Carvalho Monteiro a été le propriétaire de l’un de ces lieux effrayants d’Europe, la Quinta da Regaleira de 1892 à 1920. Aujourd’hui, l’héritier du palais est la municipalité de Sintra, qui gère son entretien ainsi que ses visiteurs.

Ce mystérieux domaine évoque de nombreuses symboliques. Par exemple, le puits d’initiation, mesurant environ 30 mètres de profondeur et recouvert de mousse, représente les étapes de la vie jusqu’à la mort à travers les multiples étages. On peut également y voir une référence au paradis et à l’enfer. Son architecture contient plusieurs symboles qui se rapportent à la franc-maçonnerie, aux templiers ou encore à l’alchimie. La Quinta da Regaleira regorge aussi de symboles liés à la mythologie. Les jardins abritent des grottes, des fontaines, plusieurs statues de dieux et de déesses, ainsi que des tunnels souterrains. Quant à la chapelle située juste en face du palais, elle met en avant des saints catholiques, et quelques pentagrammes que l’on retrouve la plupart du temps dans les religions occultes.

La prison de la forteresse maritime de Patarei, Estonie

Patarei Prison

© Jon Shave

 

Patarei fut construite en 1840, par l’empereur russe Nicholas Ier. Cette sombre forteresse maritime a d’abord servi de caserne militaire. Elle devint ensuite une prison de 1920 à 2005, à cause d’un faible nombre de prisons à l’époque, et d’un grand nombre de prisonniers politiques. Véritable symbole de résistance sous le régime soviétique et le régime nazi, Patarei est, encore de nos jours, très importante pour les Estoniens.

La visite guidée est la meilleure solution pour s’imprégner du passé de cet effrayant bâtiment. Des guides apportent des informations sur la vie des prisonniers pendant les différents régimes politiques. Une atmosphère particulièrement pesante se dégage de la salle de pendaison, remplie de moisissures et très peu lumineuse. Explorer les lieux, de l’aile médicale à la salle d’exécution, en passant par les cellules permet de se plonger dans une ambiance particulièrement étrange. La forteresse de Patarei est disponible à la location pour des soirées privées ou des mariages…

Les catacombes d’Odessa, Ukraine

Catacombes Odessa

© Adam Jones from Kelowna, BC, Canada

 

Creusées principalement par des mineurs de calcaire au début des années 1800, les catacombes d’Odessa représentent aujourd’hui un exceptionnel réseau souterrain d’environ 2 800 kilomètres. Au départ, elles servaient de carrières où était extraite la pierre qui a permis de construire la ville.

Lorsqu’elles furent abandonnées, entre le XVIIIème et le XIXème siècle, elles devinrent l’endroit parfait pour les rebelles et les criminels. Des femmes y étaient vendues en esclavage. Durant la Révolution d’octobre 1917, elles permettaient aux membres de plusieurs groupements clandestins de se rassembler. C’était également le lieu idéal pour imprimer le journal bolchevique en toute discrétion. Plusieurs groupes de rebelles ukrainiens se réfugièrent également dans les catacombes pendant la Seconde Guerre mondiale. Les nazis, quant à eux, essayaient de les gazer et de bloquer les entrées.

À l’heure actuelle, il est possible de n’en visiter officiellement qu’une petite portion. Le réseau souterrain est très instable et en grande partie inondé. Il est donc dangereux de s’y aventurer, d’autant qu’en 2005, une jeune adolescente s’est perdue dans les catacombes. Son corps a été retrouvé 2 ans après…

La tour des crânes, Serbie

Tour des crânes

© Djina

 

La bataille de Cegar, à Niš, a eu lieu en 1809. Elle opposa les Ottomans aux Serbes. La tour des crânes, composée d’os humains, est un édifice historique servant à rappeler cette guerre… Stevan Sinđelić était le commandant des Serbes. Lorsque la défaite se fit sentir, il décida de tenter une dernière offensive en faisant feu dans un baril de poudre, risquant la vie de ses soldats, ainsi que la sienne. L’explosion tua des centaines de soldats serbes et ottomans, ainsi que le commandant Sinđelić.

En réponse à cette humiliation, les Ottomans reçurent l’ordre effroyable de mutiler les corps des soldats serbes. Les têtes furent tranchées, et les peaux détachées furent remplies de paille. Les Ottomans les envoyèrent à la cour d’Istanbul, afin de prouver leur victoire dans cette bataille.

Les 952 crânes des soldats servirent à ériger une macabre tour de 4,6 mètres de hauteur. Aujourd’hui, il ne reste que 58 crânes environ. La plupart des familles des Serbes décédés les ont récupérés afin de leur permettre des funérailles dignes de ce nom. Pour qu’elle soit protégée des changements climatiques, une chapelle fut construite en 1892, autour de ce monument pour le moins surprenant.

 

Vous l’aurez compris, l’Europe ne manque pas de lieux effrayants tous plus surprenants les uns que les autres. Et si l’histoire (assez violente, il faut le dire) de la tour des crânes vous a laissée sans voix, rassurez-vous, il existe d’autres bonnes raisons de visiter la Serbie. 😉 Si vous avez eu l’occasion de visiter des endroits originaux en Europe, qui possèdent une histoire merveilleuse ou stupéfiante, n’hésitez pas à nous en faire part dans les commentaires !

Laisser un commentaire