Proposer un article

La Destinée, la Mort et moi, comment j’ai conjuré le sort – S.G. Browne

Écrit par le 22/06/2018 et modifié le 22/06/2018 - Livres - 0 commentaire

Sort (Sergio) est en charge de l’attribution des événements négatifs qui compliquent la vie des humains. Il déteste Destinée, qui aide les humains à accomplir de grandes choses, tombe amoureux de sa voisine, humaine, et ne connaît pas encore le sort que lui réserve Jerry (Dieu), son patron…

 

Résumé

Sort (Sergio) est en charge de l’attribution des événements négatifs qui compliquent la vie des humains. Il déteste Destinée, qui aide les humains à accomplir de grandes choses, tombe amoureux de sa voisine, humaine, et ne connaît pas encore le sort que lui réserve Jerry (Dieu), son patron…

La Destinée, la Mort et moi, comment j’ai conjuré le sort
S.G. Browne
Éditions 10/18
Paru le 5 avril 2018
408 pages
8,40€

Auteur

S.G. Browne a travaillé à Hollywood avant de se consacrer à l’écriture. Il a déjà publié plusieurs romans noirs humoristiques. Il vit à San Francisco.

Notre avis

Je trouve l’idée de ce roman sympa et le récit promettait de l’humour noir.

Je n’ai pas aimé l’écriture. Je n’ai pas trouvé le récit drôle, mais prétentieux, attendu, un peu glauque même, et très, très négatif sur les humains. Je voulais de l’humour noir, pas du dénigrement ou du mépris.

Je n’aime pas du tout le personnage principal (Sort / Sergio), qui est ennuyeux, a une vie extrêmement répétitive (et le lecteur s’ennuie en le suivant) : Sort passe ses journées à regarder des humains rater une occasion d’améliorer leur vie… Et occasionnellement un humain fait le « bon choix ». Comme si nos vies se résumaient à quelques choix et des grandes lignes droites toutes tracées d’avance… Il faut adhérer à la théorie d’une destinée déjà écrite qui attend chaque humain pour résister à l’envie de déchirer les pages du livre…

Le final est étrange.

Bref, je n’ai pas du tout aimé ce roman.

Si vous cherchez un roman drôle préférez le très bon Petits arrangements avec le mariage de Moni Mohsin par exemple.

Laisser un commentaire