Proposer un article

La Nourrice – Marco Bellocchio

Écrit par le 12/12/2011 et modifié le 12/12/2011 - Cinéma, Cultivée - 0 commentaire


Titre original : La balia
Réalisateur : Marco Bellocchio
Année : 1999
Genre : comédie dramatique
Durée : 1h40

Rome, début du XXème siècle. Vittoria est l’épouse du professeur Mori, un psychiatre qui exerce sa profession avec passion dans un asile exclusivement féminin. Elle met au monde un enfant qu’elle refuse d’allaiter et pour lequel elle ne ressent aucun amour maternel. Le professeur décide alors de faire appel à une nourrice, Annetta, une jeune paysanne robuste et pleine de vie qui s’oppose à la pâle et tourmentée Vittoria.

Bien vite, celle-ci éprouve de la jalousie à l’égard d’Annetta chez qui l’instinct maternel est particulièrement développé ; la nourrice entoure d’attentions cet enfant qui n’est pas le sien, et la relation affective qu’elle parvient à construire avec le bébé provoque un malaise croissant chez Vittoria…


Maya Sansa…………….Annetta (la nourrice)
Fabrizio Bentivoglio…………….le professeur Mori
Valeria Bruni-Tedeschi…………….Vittoria Mori
Michele Placido…………….un patient du professeur Mori
Elda Alvigni…………….Lena
Jacqueline Lustig…………….Maddalena
Pier Giorgio Bellocchio…………….Nardi


Outre le thème de la maternité non désirée, La Nourrice aborde notamment la question de la névrose féminine qui y est étroitement liée, et qu’on devine fréquente dans la société bourgeoise et conformiste de l’époque. Non seulement Vittoria éprouve de la jalousie pour Annetta, mais elle reconnaît aussi chez la jeune fille un sens profond de la liberté, une liberté dont elle-même qui n’existe qu’à travers son statut d’épouse, n’a jamais véritablement pu jouir. Même le choix de la maternité lui a été imposé. Certes, Annetta est pauvre, analphabète, mais elle n’appartient qu’à elle-même. Vittoria, en revanche, souffre de sa condition et réprime en permanence de profonds  troubles névrotiques, sans doute précisément ceux que son mari tente de traiter chez ses patientes…

Bellocchio dresse ici deux portraits de femmes parfaitement opposés. Annetta est touchante dans sa volonté d’apprendre, de connaître, pour ne pas “rester la même toute [sa] vie”, selon ses propres termes. À sa demande, le professeur Mori commence à lui enseigner l’écriture et la lecture (ces séquences sont sans doute parmi les plus belles du film). Pour Annetta, la connaissance est synonyme de liberté. Vittoria, au contraire, semble s’étioler au fil des jours…

Par ailleurs, le thème de la liberté s’inscrit dans un climat d’agitation sociale particulièrement intense dans lequel Annetta est indirectement impliquée, à travers son amant… On retrouve bien là la patte du réalisateur engagé qu’est Marco Bellocchio.

La nourrice est vraiment un film magnifique qu’on vous invite à découvrir ! Les acteurs y sont exceptionnels, avec une mention spéciale pour Maya Sansa à laquelle Marco Bellocchio offrait là son premier rôle au cinéma.

Marie Giudicelli

Date de sortie : 6 décembre 2000

Contenu : bandes annonces et filmographies

Langue : français, italien

Laisser un commentaire