Proposer un article

Primo-accédants : acheter sans apport personnel

Écrit par le 21/05/2020 et modifié le 20/05/2020 - Mes droits - 0 commentaire

L’achat d’un bien immobilier est un moment de vie fort. Vous pouvez souhaiter financer en partie votre projet par une somme qui vous est propre (comme un héritage ou des économies par exemple). On parle alors d’apport personnel. Disposer d’une telle contribution permet de mieux négocier votre prêt auprès de la banque. Cela peut faire la différence, surtout lors d’une primo-accession. Mais un premier achat immobilier peut aussi se faire sans apport personnel si le dossier présenté est minutieusement préparé. Suivez le guide pour acheter sans apport personnel.
 

Un investissement minimum pour un maximum de chances d’obtention de prêt

Inutile de tourner autour du pot : l’apport personnel vous offre un avantage certain. Il vous faut garder à l’esprit que la banque souhaite sécuriser son intervention le plus possible. Le fait de présenter une contribution personnelle tranquillisera votre opération, et ce, pour plusieurs points positifs. Cela démontre que :

  • votre gestion vous permet de constituer une épargne disponible ;
  • vous pouvez assumer un surcoût en plus de vos dépenses mensuelles ;
  • vous avez moins à emprunter ;
  • vous vous engagez pendant moins longtemps.

En somme, plus votre complément personnel sera élevé, plus la banque sera à même de considérer votre profil avec confiance. Mais à partir de quelle somme peut-on parler « d’apport personnel » ? De coutume, on l’observe dès minimum 10% de la valeur totale du bien recherché (ce qui équivaut généralement aux frais de notaire). Au-dessus de ce pourcentage, il vous permet d’envisager des taux d’intérêts plus avantageux.
 

L’apport personnel est un premier pas vers l’acquisition de votre bien immobilier

Acheter sans apport personnel : des solutions existent !

Bien que les banques apprécient l’apport personnel, emprunter à 100 % ou 110 % (pour couvrir les frais annexes) est possible, car d’autres critères sont considérés. À titre d’exemple, de jeunes actifs souhaitant acheter n’auront pas nécessairement l’épargne suffisante.

Ici, la banque se montrera un peu plus attentive, toujours dans un souci de sécuriser au maximum son implication. Elle s’intéressera alors à d’autres éléments comme :

  • la composition familiale des demandeurs (en couple, célibataire, etc.) ;
  • leur situation professionnelle (le CDI étant privilégié) ;
  • le « reste à vivre » du foyer après charges mensuelles ;
  • la capacité du ménage à épargner.

Avec un dossier bien préparé, vous avez toutes vos chances de vous voir financer votre premier acheter immobilier sans apport personnel. Sachez aussi qu’une telle opération est avantageuse pour la banque, surtout lorsqu’il s’agit de jeunes actifs. En effet, puisqu’un achat est un engagement sur le long terme. Emprunter auprès d’une banque, c’est donc aussi la possibilité pour elle de vous accompagner avec d’autres produits comme des assurances par exemple.

Vous pouvez également varier votre approche de financement en optant pour des méthodes qui vont vous permettre de financer totalement ou en partie votre projet immobilier :

Le prêt à taux zéro (PTZ), sur lequel il n’y a aucun intérêt à payer. Sous conditions, l’État vous aide jusqu’à 40 % du montant de votre prêt si vous achetez dans le neuf pour la première fois.

Le prêt d’accession sociale (PAS) auprès d’un organisme financier conventionné. Également sous conditions, il peut venir en renfort aux côtés d’un prêt à taux zéro par exemple. Il vous offre la possibilité de financer intégralement votre futur projet.
 

Une bonne préparation est la clé d’un projet réussi

Quelle est la possible influence de l’épidémie du Covid-19 sur votre projet immobilier ?

Il est encore beaucoup trop tôt pour évaluer les éventuelles conséquences de l’épidémie sur le marché immobilier au sortir du déconfinement. On ne peut donc faire que des suppositions.

« La pierre » comme on l’appelle, reste une valeur sûre aux yeux du plus grand nombre. Néanmoins, on peut imaginer que les banques se montreront peut-être plus attentives aux projets qui leur seront présentés, suite à la crise sanitaire, surtout pour une première accession à la propriété. Aussi, peut-être que les conditions d’accès à certains prêts (comme le PTZ ou le PAS cités plus haut par exemple) seront réévaluées. Cela reste toutefois des hypothèses.

Quoiqu’il en soit, à vous de bien préparer votre dossier pour la réussite de votre projet.
 

Comme vous pouvez le voir, acheter son premier bien immobilier avec ou sans apport est possible. Et vous ? Êtes-vous prêtes à vous lancer ? Avez-vous déjà tenté l’aventure ? Partagez-le avec nous dans les commentaires !

Laisser un commentaire